Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

nobody

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 154 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires

  • nobody (---.---.---.177) 17 janvier 2013 16:04

    Italie, réforme Monti : 66 ans pour les hommes et 62 ans pour les femmes.

    Allemagne : 65 à 67 ans

    France, proposition du Medef à 67 ans !

    Il faut reculer l’âge de départ parce que la population vieillit, plus assez de cotisants, trop de retraités, etc…BREF C’EST DE NOTRE FAUTE ON VIT COMME DES CIGALES !

    Par curiosité j’ai essayé de comprendre ce qui justifiait la demande du Medef :

    1) Taux de natalité par pays :

    la France a un taux de natalité de 2 quand l’Italie et l’Allemagne sont à 1.4  : soit +40%.


    2) Population actives et taux activité comparés 2010 :

    Population active de la France : 28.3 millions = 56% x 0.705% tx d’inactifs = 39.5% de cotisants

    Population active de l’Allemagne : 41.5 millions = 51.2% x 0.766 tx d’inactifs = 39% de cotisants

    Population active de l’Italie : 25 millions = 41% -x 0.62% tx d’inactifs = 25.4 % de cotisants

     

    3) Cotisations sociales comparées (2008)

    Le français a un coût horaire supérieur à l’allemand, mais les cotisations sont nettement supérieures en France , au final le français perçoit moins en salaire brut.

     

    4) Conclusion

    On ne travaille pas moins, on cotise plus, on a une natalité nettement supérieure (+40% ce qui nous donne de bien meilleures perspectives à court terme), MAIS ON DOIT QUAND MÊME RECULER L AGE DE DÉPART A LA RETRAITE AU NIVEAU ALLEMAND OU ITALIEN…

    Puisqu’il s’agit prétendument d’un problème de déficit, je me demande comment les gestionnaires français de la Sécu, avec plus de cotisations, ne réussissent pas à équilibrer les comptes. Je crois que si on mettait notre nez dans leur gestion on aurait un coup de sang.

    A moins bien sûr que l’opération ne soit délibérément organisée par Bruxelles (sabordage sur ordre) afin de pouvoir harmoniser le sujet : il n’y a effectivement que la faillite qui puisse nous imposer la suppression des acquis sociaux...On ne peut que s’étonner de la similitude de la date de départ à la retraite proposée par le Medef avec l’Allemagne et l’Italie alors que les taux de natalité et les taux de prélèvement sont si différents entre nos pays.

    Remarque :

    Il n’y a plus de travail pour les quinquas, ce qui veut dire ceux qui par malheur se retrouvent au chômage à 50 ans, vont prendre 17 ans de précarité avant de pouvoir toucher leur retraite (à supposer qu’il y en ait encore une à ce moment là).

    Ceux d’entre eux qui ont des enfants pourront leur demander une prise en charge (gite et couvert COMME DANS LE TIERS MONDE) : on comprend mieux l’intérêt des homos pour l’adoption…

  • nobody (---.---.---.177) 16 janvier 2013 14:10

    @Morice


    Il y a effectivement des Fachos et des Collabos en Europe :
    1) les Fachos sont à Bruxelles : ils mettent en esclavage les peuples d’Europe du Sud.

    2) les Collabos sont les politiques nationaux qui appliquent ces directives, et les journalistes vendus qui ne les dénoncent pas.


  • nobody (---.---.---.177) 6 octobre 2012 15:20

    Si Wikipédia faisait une présentation erronée de Meslier, vous n’auriez pas manqué de me le faire remarquer...

    Sur le fond : vous faites dans votre article une présentation de la pensée de Meslier, et quand je vois qu’il énonce sous l’appellation de « preuves » de simples affirmations, j’en ai assez lu.

    Ce qui est important chez Meslier, ce n’est pas ce qu’il dit, mais le fait qu’en le disant il soit curé.

     Bonne route à vous aussi,

  • nobody (---.---.---.177) 5 octobre 2012 22:12

    La position de curé à l’époque est une position de notable, il y a fort à parier que Meslier, n’ait jamais été croyant et qu’il ait pris la fonction de curé parce qu’il y trouvait avantage, ce qui expliquerait son refus de quitter l’Eglise.

     Les exploits de Meslier se résument à l’UNIQUE anecdote d’une critique publique du Seigneur de Touilly. Pas d’autre vague signalée dans son parcours, ce qui signifie qu’il avait l’habitude de ne pas se faire remarquer (en bon apparatchik).

    Sur l’affaire de Touilly : « sévèrement tancé par l évêché , il aurait alors cessé de faire parler de lui, se réservant pour l’écrit posthume dont il a publié des extraits. ». On devine facilement un type aigri et pleutre déversant le fiel de ses frustrations dans ses mémoires.

    Son choix de vie est navrant, ce qui l’est d’avantage, c’est qu’il soit cité en exemple de nos jours : éloge posthume de la corruption, de la trahison et du mensonge.

     

     

  • nobody (---.---.---.177) 5 octobre 2012 14:29

    @Jean François


    Une chose est sûre : il était le contraire de ce qu’il prétendait être officiellement et a trahi ses voeux. Doit-on légitimer la trahison et faire l’éloge du mensonge ? Dans ces conditions y a t’il encore dans le monde une place pour l’honnêteté et à la sincérité ?

    Nous essayons tous de ne pas céder à la facilité (corruption), et nous pouvons nous honorer des choix que nous avons pu faire lorsqu’ils préservent l’honneur. Le choix vie de Meslier est navrant, et ne donne pas envie de connaître sa pensée. 







Palmarès



Agoravox.tv