• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nola

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nola 28 février 2008 19:05

    Comme ce serait simple....

    Les méchants Blancs sont partis en laissant les pauvres Noirs derrière eux ? Légende bâtie depuis la grande crue du Mississippi en 1927, elle a la vie dure... Comme sa petite soeur qui dit que les Blancs (toujours eux, saleté de Blancs...) ont fait sauter les levées pour protéger leurs jolies maisons d’Uptown... Mais alors et Lakeview ? et Broadmoor ? et Mid-City ? et Gentilly ? Et mes voisins, mes amis, noirs, blancs, qui se saluent chaque jour, se retrouvent autour d’un Crawfish boil ou à l’église, vision surréaliste dans une Amérique trop souvent cloisonnée... Ne caricaturez pas Katrina, c’est une insulte à la face de ce que les gens d’ici ont construit depuis des années, c’est une négation de tout ce que New Orleans était avant l’ouragan... Oh certes pas un parangon de mixité sociale ou raciale, but a good place for people to try and live together. « One of the few truly beloved city in America »

    Et les viols et les meurtres au Superdome ? Légende urbaine. Inventée par notre cher maire pour faire venir les secours plus vite. Mauvais calcul C. Ray, les chauffeurs de bus ont eu la trouille. J’ai vu l’horreur dans toute sa banalité au Superdome. J’y ai aussi vu l’humanité dans ce qu’elle a de meilleur, de plus émouvant. Et je ne suis pas la seule.

    Quand au « not in my backyard » supposé des Américains. Oh si vous saviez comme elle m’a surprise cette Amérique, que l’on dit « profonde » dans son immense générosité. Trois jours après l’ouragan des sites internets offraient une chambre, un canapé, à qui en avait besoin, pour aussi longtemps qu’ils voulaient, de l’Alabama à Manhattan... Nous étions cinq, cinq jeunes de toutes les couleurs, baladés d’un état à l’autre, et partout partout, on nous a offert à manger, une douche, des vêtements propres, une épaule pour pleurer... Partout on nous a dit la honte que le peuple américain ressentait...Pardon pour l’ineptie et l’incompétence... Presque trois ans plus tard, j’ai entendu les mêmes histoires sur l’incroyable gentillesse de gens que nous ne connaissions pas à travers toute la ville. L’un des autocollants les plus populaires l’an dernier disait « Merci Houston », n’y voyez aucune ironie...

    J’adhère totalement à la critique des autorités en charge de la gestion de la crise, mais l’Amérique indifférente devant CNN retournant tranquillement à son barbecue, n’existe que dans des fantasmes anti-américanistes primaires.

    Obama n’a pas inventé le changement qui remue ce pays, il l’a mis dans la lumière et il est en train de le hurler sur tout les toits. Il est aussi le candidat de cette Amérique qui pleurait devant CNN et qui nous a tous invité au barbecue







Palmarès