• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

olechka

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 23/05/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 26 31
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • olechka 4 mai 2010 06:31

    Oui bon, l’article est bien écrit, en tout cas un bon début d’argumentation et de pistes sur le désir au féminin. Mais pas très cohérent par endroits.

    Pourquoi ? Tout simplement parce que l’article est un copié mal collé du site Guide du Sexe !

    Dommage que le vrai auteur ne soit pas connu.
    Un Agoranaute se demande plus haut quels sont ces 80% de psychologique qui l’emportent sur les 20% de la techniques pour qu’une femme ait un orgasme. Cela prouve à quel point les hommes ne connaissent pas les femmes, et ne sont pas à leur écoute.

    Les 80% de psychologique, c’est toute la séduction que l’homme aura mis en place pour se rapprocher de la femme, la mettre en confiance, la valoriser, lui faire sentir qu’elle est unique.
    Les 80%, c’est la confiance qu’un homme a en lui même et qui se communique à la femme qui va le sentir séduisant. Car, contrairement à ce que croient les mecs, les femmes n’ont besoin ni d’un type blindé aux as, ni d’un mannequin.
    Le plus grand aphrodisiaque aux yeux des femmes est la Confiance qu’un homme peut avoir en lui-même (c’est d’ailleurs pareil pour un homme, qui trouvera 10 fois plus séduisante une nana banale mais qui a confiance en elle, plutôt qu’une nana physiquement canon mais qui a un pois chiche dans la tête et qui n’a pas d’estime d’elle-même)

    Enfin, comme le dit très justement qq1 plus haut, les 80%, ce sont aussi le tact, la courtoisie, la diplomatie, la galenterie. Même si vous n’avez pas de grande culture générale ou ne parlez pas comme un poète, soyez courtois, prévenant. Et non, ça ne vous rendra pas chèvre, ni faible aux yeux des femmes.
    C’est une idée vraiment fausse que nous les femmes, on aime les machos. Non seulement on ne les aime pas, mais on les exècre ! Par contre, on adore la galanterie melée à beaucoup de confiance en soi (que les hommes confondent malheureusement avec machisme, manque de respect et misogynie).
    Non, nous ne sommes pas des ’chiennes’ en chaleur qui n’attendent que leur maitre rentre pour les dresser, dominer et leurs dire comment vivre !
    Nous sommes des femmes à la sensibilité différente de la vôtre. C’est lorsque les mecs auront compris cela, et le prendront au sérieux, qu’ils auront fait les 3 quarts du chemin vers l’orgasme féminin.

    P.S. Heu, les 20% de technique ne sont pas négligeables non plus, hein... (quand on vous dit qu’on aime pas qu’on nous touche le lobe de l’oreille, ça sert à rien de recommencer, parce qu’à vous, ça vous plait ! quand j’vous parlais de sensibilité et empathie...)



  • olechka 8 mars 2008 16:27

    Très bel article à mon goût, non pas lugubre, mais réaliste.

    Juste un brin synthétique et en surface mais très juste dans l’ensemble.

    Internet représente nos pires craintes et nos meilleures attentes. C’est aussi le reflet d’une société, une civilisation qui ne sait plus vraiment communiquer et qui a besoin de supports artificiels pour recréer un semblant de communication : msn messenger, caramail et les tchats, facebook ou meetic, netinthecity et tant d’autres... Sans parler des mails, abonnements téléphoniques illimités ou textos- tout est là pour garder un maximum de contact, contact qui se réduit pourtant au final à sa forme la plus rudimentaire et miséreuse...

    La réalité, c’est que tout va très vite maintenant : on a pas trouvé ce que l’on veut, on passe à autre chose, vite fait et souvent ’mal’ fait, sans aucune précaution, ni considération pour l’autre. 

    Les occidentaux sont devenus trop ’egocentrés’ : on veut tout, tout de suite, sans avoir à fournir le moindre effort ou investissement. On ne veut plus ’donner’ mais on attend de ’recevoir’ beaucoup des autres, que l’on ejecte au moindre faux pas...

    Et internet est juste le point culminant, le paroxysme et révelateur d’un société qui a perdu les ’vrais’ outils de communication.



  • olechka 10 juin 2007 22:25

    Le pluralisme et l’expression citoyenne sont le fondement du régime démocratique. Pour autant, faut il oublier que le régime démocratique est lui-même le ’moins’ pire de tous les régimes ?

    La question de l’expression des extremismes est délicate. Car, outre l’expression de l’inacceptable, elle ouvre le champs des interrogations face à l’enrayement des idéologies extrémistes, qui est plus complexe.

    Comment enrayer ces idéologies qui sont contraires aux valeurs humanistes ? Laisser parler pour mieux en être conscient et mieux combattre, c’est une position intéressante. Mais il y a aussi l’autre position, celle qui consiste à penser que ceux qui avancent à visage découvert se sentent plus forts. Notamment concernant les racismes et la xénophobie. Leur existences légales dans des pays démocratiques et leurs expressions leurs confèrent un caractère légitime qui conforte les skinheads, extrémistes et racistes dans leur ’combat’. Combat qui consiste à avancer dans la société légale, juridique, humaine, à gagner, à coup de sophisme, la confiance des électeurs crédules, et se faire de plus en plus présent dans la vie politique (donc décisionnaire) puis tout simplement citoyenne.

    Examiner la question du point de vue du citoyen humaniste qui laisse libre court aux expressions variées, c’est intéressant, mais à partir du moment où une idéologie empiète sur les valeurs humanistes, il faut aussi examiner la question du point de vue de ces mêmes extrémistes, qui ne s’expriment aux tribunes publiques qu’à demi mots (expressions déjà choquante) et qui masquent des intentions beaucoup plus graves...



  • olechka 26 mai 2007 06:48

    Et en complément, j’ajouterai qu’il s’agit pour moi d’exacerbations des injustices sociales pour toutes les couches sociales. Le contexte de crise économique renforce et démultiplie le marasme social, donc soulève tous ces préjugés, clichés et intolérances culturelles et communautaires. Ca n’est bien sûr pas la réponse au racisme d’un noyau dur mais ça expliquerait certains comportements sociaux haineux de français qui se disent pure souche, et, subissant au quotidien des injustices sociales, ayant du mal a joindre les deux bouts, auront vite fait d’accuser l’autre, le différent, l’étranger ou l’exotique. Volontairement, ou manipulés par les discours politiques.



  • olechka 26 mai 2007 06:39

    @ Docdory

    Bonjour,

    A la question suis-je certaine qu’il y a un racisme significatif en France, je répondrai que oui. D’ailleurs c’est bien pour cela que j’ai écrit ce texte, pour démontrer qu’il ne se manifeste pas de façon ouverte, mais qu’il n’en gangrenne pas moins les rapports vitaux des uns et des autres.

    Est-il possible de comparer le milieu artistique et ses votes populaires de téléréalité avec les comportements quotidiens ? Je n’en suis pas sûre... Vous savez, il y avait beaucoup de blancs qui appréciaient les interprétations de Billie Holiday, et qui, en rentrant chez eux perpetuaient les pratiques ségrégationnistes, ou mieux encore, celles du lynchage.

    Les talents et compétences sportives et musicales font depuis longtemps partie intégrante de la personnalité des ’exotiques’. Ce sont d’ailleurs les seules qu’on leur reconnaisse. En revanche, en ce qui concerne les compétences plus techniques (ingénierie, justice, haut fonctionnariat, fonctions dirigeante des entreprises), les relations entre ’blancs’ et ’exotiques’ (j’espère ne froisser personne avec ces formules) sont plus sombres et complexes que cela.

    Par ailleurs, il n’est pas de besoin d’aller dans les hautes sphères pour pointer du doigt sur une absence (ou invisibilité) flagrante, dérivant d’un racisme sous-marin. Je vous invite à ’sonder’ quelques ’exotiques’ en question (noirs africains, antillais, arabes, asiatiques). Bien que les discriminations ne soient pas les mêmes envers toutes les communautés, je suis certaine que les représentants de chacune des communautés auraient quelque chose à vous raconter, concernant la recherche et l’obtention de boulot, la recherche de logement (racismes d’autant plus rageant qu’il y a déjà assez de pénurie dans les domaines du travail et logement), mais également dans les petites démarches au quotidien.

    Pour terminer, sans m’étaler sur ma vie privée, je suis une espèce de thermomètre ambulant, relevant la température des intolérance de plusieurs communautés, étant métisse.

    Excellente journée.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Intégration






Palmarès