Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Onecinikiou

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2531 0
1 mois 0 37 0
5 jours 0 4 0

Derniers commentaires

  • Onecinikiou (---.---.---.237) 21 avril 19:26

    « Comment peut-on se contredire à ce point ? Si une arme nucléaire était utilisée, cela voudrait dire que la politique de dissuasion a échoué et on ne voit pas comment il serait possible de rétablir cette politique, une fois que l’on aurait signé son échec ! »


    L’auteur ne semble par prendre en compte les bouleversements géostratégiques et géopolitiques en cours. Il analyse les rapports de force avec des lunettes idéologiques datant des années 60/70.

    Il feint d’ignorer qu’à l’époque, toutes les puissances de premier plan étaient précisément celle qui disposaient déjà de l’arme nucléaire. Cette réalité est dépassée. Aujourd’hui, des puissances tierces non-nucléaires s’affirment sur la scène internationale et poussent leurs intérêts. 

    Pensons seulement que l’Arabie Saoudite dispose d’un budget militaire pour l’année en cours 2X supérieur à celui de la France, et est en mesure d’aligner autant sinon bien plus de chasseurs modernes - armes de supériorité par excellence - que celle-ci. 

    L’AS n’est pas (encore) une puissance nucléaire, mais elle en revanche en mesure de contester voire de menacer très sérieusement en cas de conflit (pourtant fort probable à l’avenir, vu l’évolution de sa géopolitique) l’intégrité du territoire français et ses centres vitaux. La menace est donc potentiellement existentielle. Face à ce type de menace, il est tout à fait envisageable et même probable que l’emploi de l’armement nucléaire soit rendu nécessaire, surtout vis à vis d’une puissance d’importance elle-même non nucléaire. 
  • Onecinikiou (---.---.---.237) 21 avril 19:16

    « Puis deux généraux nous expliquent, avec une ironie douteuse, que l’arme nucléaire pourrait être utilisée pour donner un ultime avertissementsous forme d’une impulsion électromagnétique (IEM) au-dessus d’un territoire ou d’une frappe « sur une cible symbolique » »


    L’auteur de l’article, prétendument spécialiste des questions de défense, semble découvrir que depuis l’avènement des missiles ASMP emportés sur chasseurs-bombardiers depuis le début des années 80, il a été intégré à la doctrine d’emploi de la dissuasion nucléaire française une hypothèse de frappe en premier de type « pré-stratégique », et qu’il n’a à aucun moment été tenté de l’édulcorer.

    Une hypothèse qui n’est aucunement farfelue, vis à vis d’une puissance adverse non nucléaire mais qui se révélerait supérieure en forces conventionnelles. Un tir de cette sorte aurait pour mérite de servir d’ultime avertissement en cas de de tentatives de velléités, avant l’usage plus ou moins massif des forces stratégiques emportées sur SNLE.
  • Onecinikiou (---.---.---.237) 21 avril 19:07

    « on nous dit que nos armes nucléaires peuvent frapper précisément les centres de pouvoir, comme « une usine  ». Passons sur le caractère absurde de la destruction d’une usine avec une telle puissance de feu »


    Pas si absurde lorsque l’on ait qu’il était envisagé un moment comme scénarii par l’état-major israélien de frapper les centres de recherches et les installations atomiques iraniennes par l’emploi d’armes nucléaires. 

    D’une certaine manière, il est au contraire très rentable et bien moins risqué pour l’assaillant de s’attaquer - et de détruire à très forte probabilité en l’occurence - une complexe industriel d’importance, généralement éloigné des centres villes surtout s’il a vocation à la discrétion, à l’aide d’une arme nucléaire qu’au moyen d’armements conventionnels. 

    L’argument se retourne donc ici contre l’auteur. 
  • Onecinikiou (---.---.---.237) 21 avril 18:59

    « Tout en rappelant que la France ne pratique plus une politique anti cité visant à tuer 50 millions de personnes »


    Les presque 400 têtes nucléaires de l’arsenal français sont tout à fait capables de tuer bien plus que 50 millions de personnes. Donc l’affirmation n’est vrai qu’en apparence, dans la mesure où une doctrine d’emploi doit s’adapter aux événements, elle pourrait tout à fait être révisée en ce sens. Dont acte.
  • Onecinikiou (---.---.---.237) 21 avril 18:49

    « Sous couvert d’une présentation de l’arsenal nucléaire, il est affirmé (2) que cette force a été le « vecteur principal de la paix » au 20ème siècle. Cette allégation est non seulement invérifiable »


    Non elle n’est pas invérifiable : alors qu’il n’a pas manqué d’occasion pour des conflits directs entre puissances nucléaires le siècle passé (et même encore aujourd’hui, lorsque l’on voit la réactivation des réflexes de guerre froide entre les USA et la Russie), de facto, il n’y en a pas eu. 

    En cela il est absolument certain que la dissuasion nucléaire, qui impliquait pour des blocs disposant d’arsenaux équivalents et monstrueusement dimensionnés, une destruction mutuelle assurée, doctrine centrale de ladite dissuasion, a joué un rôle majeur et déterminant pour hypothéquer leur risque de survenus. 

    Nier ce fait, c’est dénier la réalité des événements historiques et la logique des rapports de force à l’échelle des blocs de puissance. 






Palmarès



Agoravox.tv