Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Onecinikiou

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2120 0
1 mois 0 47 0
5 jours 0 16 0

Derniers commentaires

  • Onecinikiou (---.---.---.66) 15 juillet 14:33

    Tout le monde a le mot peuple à la bouche, mais personne ne sait véritablement défendre ses intérêts !


    Aux dernières nouvelles les grecs sont 85% à vouloir conserver l’euro, tout en souhaitant bien entendu que les autres pays d’Europe continuent à subventionner leur gabegies et leurs inconséquences. Le beurre et l’argent du beurre en somme.

    Que les grecs aillent se faire foutre, ils sont trop cons. Ou trop lâches, ou trop stupides. Il est vrai que Syriza n’a rien fait, strictement aucune pédagogie, depuis qu’ils sont au pouvoir et même avant, pour préparer le peuple grec à une nécessaire sortie de la zone euro. 

    Et pour cause : nos gauchistes de Syriza sont des europeistes fanatiques. Et ce n’est pas moi qui le dit, il suffit pour s’en convaincre de savoir lire ou écouter les écrits et les déclarations de leurs cadres depuis des années à ce sujet.

    Pire, ils se font fait les chantres zélés de la propagande de l’oligarchie euro-mondialiste visant à diaboliser toute politique souverainiste et patriote, qui tenterait de réhabiliter les frontières politiques et économiques, ou de recourir à une monnaie nationale pour sortir du marasme (maréchalisme a osé Melenchon), en prétextant, a l’instar d’un Barroso, d’un Juncker ou des néoconservateurs Cohn-Bendit et BHL, que ce serait le repli sur soi, le retour au « tribalisme nationaliste », et finalement des camps en ligne de mire. 

    Incroyables salopards de gauchistes, alliés objectifs de la ploutocratie transnationale, c’est désormais, avec le ralliement de Tsipras (mais non la trahison), une évidence empirique incontestable.
  • Onecinikiou (---.---.---.66) 15 juillet 14:02

    Attention Layly Victor, nos gauchistes pavloviens vont bientôt vous accuser de dresser le programme politique et économique du NSDAP !

  • Onecinikiou (---.---.---.237) 15 juillet 01:04

    Mon pauvre wesson, vous ne comprenez rien, vous ne pouvez pas comprendre. 


    Que repprochez-vous à l’Allemagne ? De défendre ses intérêts ? De s’être relevé de la ruine totale et d’une réunification qui lui a côutée 1 billiard d’€ ? D’être redevenue en l’espace de quelque décennies la première puisance industrielle mondiale ? D’être ultra compétitive ? De se servir de l’euro comme d’un cheval de Troie contre ses prétendus partenaires européen ? De ne pas « jouer » la solidarité européenne conformément à votre vision phantasmée - et nous y revenons donc toujours - des rapports de forces politiques en Europe ? De ne pas vouloir dissoudre sa souveraineté dans la technostructure euro-fédéraliste, comme vous autres, et qui est le corrolaire absolument inevitable si vous souhaitez conserver l’euro ? 

    Vos contradictions et celles de vos mentors éclatent au grand jour : c’est l’Allemagne et nulle autre qui a défendu au mieux sa souveraineté dans cette affaire. Vous leur repprochez car vos proximités politique en Grèce, élues sur un programme de rupture tel que Mélenhon le revendique, se sont couchées devant les injonctions allemandes comme des garces en chaleur. 

    Je me contrefous du sort de la Grèce comme une majorité d’européens. Que les grecs se démerdent, voilà ma réponse. Comme ils se sont démerdés ces deux derniers millénaires. Ils n’en sont pas morts que je sache ? Au contraire, c’est dans l’Union fédéraliste aujourd’hui qu’ils crèvent. Drôle de paradoxe pour nos belles âmes européistes tel Tsipras et Mélenchon. 

    Ce qui m’importe avant toute chose c’est l’avenir de la France, de ce pays qui a déjà 2000 milliards d’€ de dettes que l’on sait que l’on ne remboursera pas nous non plus. Qu’elle est la logique de venir en aide alors que nous sommes déjà en trains de couler ? En secourisme, la première des règles veut qu’un individu ne doive porter secours que dans la mesure où il ne se met pas lui-même en danger.

    D’autre part, et nous atteignons là le summum de votre imposture : c’est l’Allemagne qui s’est confrontée aux Etats-Unis et aux instances internationales (FMI, UE, eurogroupe) qui voulaient tous eux, obtenir un accord et sauver leur merveille, soit la construction européenne sous domination atlantiste. 

    Alors que l’Allemagne était prêt à rompre avec ce système pervers anti-économique et anti-démocratique, et c’est là votre immense paradoxe : l’Allemagne, à travers l’intransigeance de ses dirigeants encore soucieux de l’avenir de leur peuple et nation, a contrario de tous les autres dirigeants lâches, corrompus ou soumis à l’euro-atlantisme, notre président de la Ripouxblique en tête, était prête à offrir à la Grèce son sauf conduit, la sortie de l’euro, seul à même de permettre un redressement économique effectif à terme, et un retour dans la dignité. Mais par son propre chemin. 

    Que cela vous fait donc de vous retoruver dans le même camp qu’Hollande et Obama ? 

    Mélenchon, encore une fois, se trompe et trompe son monde sur l’Allemagne. Mais je comprends bien les raisons qui poussent notre mystificateur professionnel à chercher un bouc émissaire à la crise structurelle posée par le processus fondateur même auquel il a adhéré jadis, Maastricht : cela lui permet de se défausser à faible coût de ses propres responsabilités et aveuglement. 

    Cela lui permet de faire oublier aux doux naïfs qui ont voté pour lui en 2012, que ce salopard a fait élire un « Young Leader » encore plus aligné sur la géopolitique américaine que ne l’était Saközy (c’est dire), encore plus soumis aux instances européennes, encore plus enféré dans l’idéologie euro-mondialiste, encore plus traitre à l’intérêt des français et de la Nation française, en somme, encore plus anti-français.
  • Onecinikiou (---.---.---.237) 15 juillet 00:31

    @porcinet


    Vous vaticinez mon cher. 

    Vous autres gauchistes, vous gueulez comme des putois à chaque fois lorsque vous êtes dans l’opposition - « le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas » (on ne se bidonne pas !!) - mais lorsque vous êtes au pouvoir, en capacité d’agir, de recouvrer votre souveraineté, avec l’appui et le concours de votre peuple derrière vous, vous le trahissez dans les grandes largeurs et vous écrasez comme des merdes devant ceux-là même que vous prétendier, la minute d’avant, leur faire rendre gorge. 

    Vous êtes juste pitoyables, et méritez de finir dans les poubelles de l’histoire. Je réitère donc : vivement Aube Dorée.
  • Onecinikiou (---.---.---.237) 15 juillet 00:25

    Pas de procès d’intention mon cher porcinet, le procès pour le moment, vous pouvez le faire au traitre Tsipras.







Palmarès



Agoravox.tv