Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Onecinikiou

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1761 0
1 mois 0 72 0
5 jours 0 12 0

Derniers commentaires

  • Par Onecinikiou (---.---.---.237) 23 octobre 11:20

    Le fond du problème qui touche nos aveuglés tant à droite qu’à gauche de l’échiquier politique, qui se réveillent soudain après des décennies de dénégations et de fascisation de leurs adversaires politiques, et qui eux avaient vu justes, est d’abord et avant tout idéologique : ils ont cru, et pour certains ils croient encore, qu’un peuple européen existait, et que ce faisant il fut possible et même souhaitable de bâtir une nation européenne. Ils se sont lourdement trompés, le réel balayant leurs chimères qui confianit en fait à la détestation anti-nationale, et nous payons à présent le poids de leur colossale erreur. 


    Sur le fédéralisme européen et la question induite de l’Euro et de sa sortie, que l’auteur feint de découvrir comme étant centrale, Mélenchon et ses sbires se ridiculisent puisqu’ils croient toujours, malgré les déculottés de ces deux dernières décennies, à l’avènement de l’Europe sociale, progressiste et solidaire, comme au temps de sa profession de foi de 1992.

    « Si j’adhère aux avancées du Traité de Maastricht en matière de citoyenneté européenne, bien qu’elles soient insuffisantes à nos yeux, vous devez le savoir, c’est parce que le plus grand nombre d’entre nous y voient un pas vers ce qui compte, vers ce que nous voulons et portons sans nous cacher : la volonté de voir naître la nation européenne et, avec elle, le patriotisme nouveau qu’elle appelle (applaudissements sur les travées socialistes). » - Jean-Luc Mélenchon, intervention au Sénat lors du projet de loi constitutionnelle préalable à l’adoption du Traité de Maastricht, 9 Juin 1992.

    Voilà qui préside en réalité au coprus idéologique de nos anti-patriotes français fanatiques !

    L’internationalisme, consubstantiel à la pensée trotsko-mélanchonnesque, est incompatible de facto avec la défense des intérêts les plus immédiats du prolétariat français, et de ceux nationaux. D’où précisémment l’incapacité insurmontable de Mélenchon et de ses alter ego à introduire (réintroduire plus exactement) l’idée de protectionnisme aux frontières. Double incompatibilité d’ailleurs car :

    1/ La simple notion de frontières géographiques est insupportable aux oreilles de nos trotskistes d’opérette, idiots utiles objectifs de l’oligarchie apatride et prédatrice, puisqu’elle discrimine de facto entre les autochtones et les allochtones, entre les nationaux et les étrangers, entre les usufruitiers et les invités de bonne grâce. Alors que selon nos éminents théoriciens, dans cette perspective désincarnée discriminer est interdit, nous sommes bien évidemment tous frères, et en nécessaire communion... ; réductibles à ce seul critère unidimensionnel qu’est la condition sociale, et absolument pas influencés par les idéologies diverses, non plus d’ailleurs que par nos sentiments d’appartenance religieux, nationaux, ethniques, géopolitiques etc...

    2/ Pourquoi en effet vouloir réguler les effets de la mondialisation des échanges, fusent-ils objectivement désastreux pour les salariats occidentaux, alors qu’elle profite tant aux prolétariats des pays émergents ?! C’est auto-contradictoire dans les termes, et à tout le moins avec le corpus idéologique de nos trotsko-franc-maçons.


    Et ce sont les mêmes qui à présent voudraient qu’on leur fasse confiance alors qu’ils ont ni su, ni voulu nous prémunir des dangers mortifères que leur idéologie charriait ?

    Sauf à vouloir donner prime à l’incompétence, il me semble raisonnable d’attribuer notre confiance à ceux qui ont eu par le passé le courage de leurs opinions, contre vents et marées.

  • Par Onecinikiou (---.---.---.237) 23 octobre 11:03

    Encore un resistant de la 25ème heure, seulement un peu plus lucide que les aveuglés et les cyniques qui profitent du Système.


    En ce qui concerne les vrais résistants, et que l’histoire jugera comme tels, voir ici :

    « Sous le prétexte d’établir une monnaie européenne unique et une unité politique, on veut, sans le dire expressément au peuple, engager de façon irréversible un processus de mise en place d’une Europe fédérale sous l’autorité de la Commission bureaucratique de Bruxelles. (…) Il s’agit là d’une véritable conspiration contre les peuples et les nations d’Europe, et d’abord contre le peuple français et la France. Pour remettre celle-ci et son destin à des banquiers apatrides, on arrache à notre pays des pans entiers de souveraineté, et j’insiste - François Mitterrand l’a avoué lui-même - d’une manière irréversible. » - Jean-Marie Le Pen, discours au Palais-Royal, 1 Mai 1992.

    « Réunis en ce haut-lieu sacré de la patrie, symbole de sa fondation, de son enracinement, et de sa pérennité, nous jurons de défendre les libertés des citoyens, nous jurons de défendre l’intégrité de notre territoire, nous jurons de défendre la souveraineté nationale de notre patrie, et d’exiger, pour ceux qui auront trahi, le jugement et le châtiment de leurs actes. » - Jean-Marie Le Pen, « serment de Reims », 6 Septembre 1992.

  • Par Onecinikiou (---.---.---.237) 23 octobre 10:53

    Les socialistes français sont les responsables numéro 1 de la déréglementation financière au niveau mondial qui a permis d’abattre les frontières économiques, de démenteler les législations, de renverser les termes du rapport de force capital-travail, de susciter le dépassement du cadre national et la fin des souverainetés, et finalement d’occtroyer aux multinationales la possibilité d’opérer un gigantesque chantage à l’évasion fiscale, le même que Filoche déplore à présent...


    Voir le « consensus de Paris » :

    http://www.youscribe.com/catalogue/...

    Mais il me semble que Filoche est un socialiste français non, quand il pleure de ses deux yeux de veaux sur les conséquences de ses inconsquences et trahisons, et celles du parti auquel il appartient depuis tant et tant d’années... ?!

    Immonde salopard, ne crois pas que tu y échapperas, tu finiras la tête sur le billeau comme les autres !
  • Par Onecinikiou (---.---.---.237) 23 octobre 00:49

    « Il est tout de même effarant que les médias ne notent pas davantage l’effarant paradoxe qu’il y a à ce qu’une majorité dite de gauche ponde une loi de libéralisation de l’économie après dix années de majorité de droite. »


    Il est effarant que M. Pinsolle fasse mine de découvrir - et s’il le découvre c’est encore plus grave - que la gauche socialiste au pouvoir, fusse-t-elle plurielle avec en son sein les socio-traitres du PCF et les ultra-libéraux pseudo-écologistes, fut de manière déterminante la composante politique qui, en France mais aussi au niveau international, a crée les conditions d’une libéralisation toujours plus accrue de l’économie, et permis le déploiement effectif de sa financiarisation. 

    Quelques preuves pour étayer mon propos :


    Non sans ironie, pour les raisons précitées :


    Et encore :


    Il faut encore rappeler que l’Union européenne, sa technostructure oligarchique, son corpus idéologique, ont pour raison d’être le cheval de Troie de la mondialisation économique, le libre-échange tout azimut, par définition d’obédience libérale. 

    Or, c’est encore la gauche socialiste et ses obligés, sous sa majorité et gouvernement, qui, en France, ont méthodiquement avalisé l’ensemble des traités qui ont acté cette réalité depuis trente ans :

    - Traité de Rome en 1957 : Guy Mollet, SFIO
    - Accords de Schengen en 1985 : Fabius, PS
    - Acte unique européen en 1986 : Fabius/Delors, Ps
    - Traité de Maastricht en 1992 : Mitterrand/Beregovoy, PS
    - Traité d’Amsterdam en 1997 : Jospin, PS
    - Sommet de Lisbonne en 2000 : Jospin, PS
    - Traite de Nice en 2001 : Jospin, PS
    - Mécanismle européen de « solidarité » et Traité budgétaire européen en 2012 : Hollande, PS
    - traité transatlantique en 2014 (toujours en cours) : Hollande, PS

    N’en jetez plus !
  • Par Onecinikiou (---.---.---.237) 22 octobre 18:56

    « Alors, luttons contre le racisme, contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre mais sans corseter notre pensée dans la loi »


    Traduction : vous appelez à abroger les lois Fabius/Pleven/Taubira/Lelouch !

    Bravo, voilà une prise de position courageuse. 






Palmarès



Agoravox.tv