• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ortograf-fr

Professeur de physique en retraite. Principales occupations :
1°) Opération Ortograf
2°) Economies d’énergie grâce à la cogénération, qui représente, avec la pompe à chaleur, un "chauffage à faible production d’entropie".
Pour faire connaître chacune de ces deux opérations, j’ai été amené à développer un système d’articles et de tracts, que l’on peut trouver sur les sites : 1°) ortograf.fr 2°) alfograf.net 3°) ortograf dans les blogs nouvel obs.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 13 102
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • ortograf-fr 23 octobre 2008 22:07

    La différence entre ce que Robert Louis-Dreyfus a versé pour acheter Adidas et ce que Bernard tapie a reçu est passée où ? au Lyonnais ? aux sociétés off shore ?

    La crise de 1933 était une crise du capitalisme. Pour la situation présente, on pourrait peut-être dire que c’est un simple accident de parcours du machiavélisme économique.



  • ortograf-fr 15 octobre 2008 20:29

    En trouvant le commentaire de Walid, j’ai émis par erreur un vote : "commentaire non constructif", en croyant qu’il concernait l’article de départ, alors qu’il concerne l’avis de Bois-Guisbert et qu’il me semble parfaitement justifié dans ce sens.

    Historiquement, il est évident que la fragilité de la société française est bien plus ancienne que l’immigration. Son principal révélateur, c’est la Révolution Française, qui a été un affrrontement entre deux clans de voyous formés par la même école française : le clan des voyous incompétents qui avait verrouillé le pouvoir à son profit, et le clan des voyous surdoués qui a réussi à prendre le pouvoir en s’appuyant sur les masses populaires qu’elles roulaient dans la farine.

    L’origine culturelle commune à la mentalité commune de ces deux clans, c’est le machiavélisme, un systèmes de considérations politiciennes à courtes vues et dénué de scrupules qui continue d’inspirer tous les voyous en mal de pouvoir. Il sous-entend notamment que le pouvoir ne se partage pas avec les grandes masses : il se garde ou il se prend. Diviser pour régner, la fin justifie les moyens, etc.





  • ortograf-fr 9 octobre 2008 23:29

    Mes impressions vont exactement dans le sens de celles de l’auteur pour ce que j’ai pu constater du fonctionnement de Wikipédia. 

    Dans sa version anglophone, un de ses fondateurs a, parait-il, lancé un site concurrent après avoir été en désaccord avec les autres fondateurs de Wikipédia. Avez-vous des informations là-dessus ?

    Selon toute vraisemblance, une nomenklatura jalouse de son pouvoir préfère verrouiller le système plutôt que de lui découvrir un dynamisme qu’elle ne maitriserait pas.

    L’enjeu de pouvoir, de prestige et de fric explique bien de telles intrigues occultes, qui sentent le machiavélisme.

    Avec le jeu de la censure et de l’interdiction de signer les articles, c’est l’appareil de Wikipédia qui se les approprie. Si vous mettez un article sur le net à trois endroits différents, dont Wikipédia, évitez de faire un copier-coller à partir de Wikipédia. On vous reprochera de n’avoir pas respecté les droits d’auteur de Wikipédia ! J’ai réussi à me faire sucrer un article que j’avais mis sur mon blog nouvel obs, parce que j’avais signalé le fait à un modérateur de Wikipédia.

    Une grandeur physique appelée "entropie" a toujours été présentée de façon complètement sordide et incompréhensible, à tel point qu’on met ce mot à toutes les sauces parce que ça fait bien, vu que personne n’y comprend rien. L’article de Wikipédia sur la question ne fait pas exception, et le fait est bien reconnu quand vous cliquez sur l’onglet "discussion".

    Or, un petit raisonnement simple permet de montrer qu’une production d’entropie est équivalente à une consommation de ressources énergétiques qui serviraient à chauffer directement l’atmosphère. On a là une astuce précieuse au point de vue pédagogique, mais qui donne en plus un éclairage nouveau sur des gaspillages de ressources que l’on ne soupçonne même pas. Le plus simple des documents sur cette question fait une demie page et il est intitulé : "Comment une chaudière électrique réchauffe l’air du temps".

    A la décharge de Wikipédia, les blocages que j’ai pu trouver pour faire avancer cette idée ont concerné tous les milieux scientifiques, sauf de rares et encourageantes exceptions. Sur Wikipédia, j’ai réussi à placer un premier article intitulé : "Bataille de l’entropie : la nomenklatura veille au grain", et un autre article, peut-être intitulé : "Les chauffages à faible production d’entropie", mais ils n’apparaissent pas dans les moteurs de recherche. Il faut d’abord trouver "entropie", sur le site de l’encyclopédie, puis se coltiner : "Discussion".

    J’ai proposé il y a quelques jours un article intitulé : "Entropie et décote entropique" : il a été prestement censuré. Etant un article et non un commentaire, il aurait eu le gros défaut d’apparaitre directement sur les moteurs de recherches.

    L’article intitulé : "Bataille de l’entropie : la nomenklatura veille au grain", est cocasse à lire, même, je l’espère, par des non-scientifiques. Il y en a des copies ailleurs : on ne sait jamais.

    Tout ceci est à mettre en relation avec une initiative pédagogique absolument bizarre : il y a quelques années, les décideurs de l’Education Nationale voulaient imposer le remplacement de la flèche qui apparaît dans toutes les équations de réactions chimiques par un signe "égal". Les justificatons étaient tortueuses et embarrassées. En fait, nos mentors nous imposaient de copier ce qui se fait en Russie !

    .



  • ortograf-fr 4 octobre 2008 20:09

    Réponse à Parpaillot

    "Je ne comprends pas le message que vous cherchez à faire passer, ni les rapports qu’il pourrait y avoir entre l’espérance de vie et l’origine de la langue maternelle ? Je ne vois pas non plus en quoi le fait de parler le français devrait être un handicap dans la vie professionnelle ? Je n’ai jamais rien constaté de tel dans mon pays, la Suisse, pays multilingue dans lequel je vis."

    Réponse

    Tu pêches par modestie, Parpaillot, et pour un Parpaillot, Suisse qui plus est, c’est pas bien.

    Le message que je cherche à faire passer, c’est qu’il faut réformer l’orthographe, mais pas n’importe comment.

    En y regardant de près, on s’aperçoit qu’elle représente un énorme handicap pour les francophones, mais qu’elle n’est jamais mise en cause. A sa place on accuse les enseignants, les méthodes de lecture, les parents qui démissionnent.

    Pour montrer qu’elle est une véritable cause de déclin, on peut alors reprendre le discours qui a été tenu des deux côtés des barricades en mai 68. D’après ce discours, la mentalité entretenue par le catholicisme de la Contre-Réforme était à l’origine des fragilités de la société française. On ajoutait même qu’elle avait beaucoup inspiré le communisme : "nos communistes sont des
    catholiques, mais des catholiques d’avant le Concile" (Alain Peyrefitte, "Le Mal Français"). 

    Le même auteur fait remarquer que ce sont les pays protestants d’Europe du Nord qui ont fait la révolution industrielle, il fait remarquer aussi qu’en Suisse, ce sont les cantons protestants qui ont été les plus dynamiques.

    Toutes ces analyses font un lien entre la mentalité et ce qu’on peut appeler l’intelligence collective, dont dépendent notamment la qualité de vie et la longévité.

    Comme par hasard, il s’avère que les complications de notre orthographe ont été mises en place au même moment que le courant de Contre-Réforme, vers 1640.

    L’explication des problème de la société française est alors toute simple et lumineuse. Le livre "Le Prince", de Machiavel était sorti un siècle plus tôt et il avait été interdit par l’Eglise 28 ans après sa parution. Ce livre sous-entend en permanence que le pouvoir ne se partage pas, il se garde ou il se prend, par les voyous les plus motivés, et pour ça, la fin justifie les moyens.

    Machiavel inspirait et inspire les réflexions de la classe dirigeante, alors que les milieux populaires en ignoraient et en ignorent jusqu’à l’existence.

    Le machiavélisme a beaucoup utilisé l’Eglise pour garantir la soumisssion populaire. Par exemple, suite à la révolution de 1848, Thiers, un rationaliste, est allé jusqu’à déclarer : "courons nous réfugier dans les bras des évèques, eux seuls pourront nous sauver (Cité dans "les grands discours parlementaires du 19ème siècle, préface de Jean-Louis Debré). Ce ralliement opportuniste à l’Eglise a permis à Montalembert, député de Maiche, de mettre en place en 1850 l’enseignement catholique qualifié pour la circonstandce de "libre". Le marché était on ne peut plus clair : l’Eglise fournissait des cadres moyens soumis et bien pensants, et, en contrepartie, elle avait ainsi une tribune pour faire connaitre son message.

    Depuis quelques dizaines d’années, l’Eglise ne peut plus guère être manipulée efficacement par quelque dirigeant machiavélique. Notre chanoine-président aurait probablement mieux fait de se contenter d’une grâce terrestre qu’il tenait, sans vouloir y ajouter une autre grâce qui fleurait trop l’opportunisme.

    En tout état de cause, un Prince qui se respecte doit maintenant trouver autre chose que l’Eglise comme outil d’asservissement du peuple, et cet ersatz, il le trouve de toute évidence dans l’obscurantisme.

    Les deux places fortes de l’obscurantisme sont naturellement les instances qui ont pour mission de former et d’informer le peuple, c’est à dire le système éducatif et les grands médias. Aux sommets de ces deux instances, les chefs de clans se partagent le pouvoir et se ménagent mutuellement. Par exemple, ils ont fait en commun un raté qui a amené l’explosion de mai 68. Ce raté, c’est la réforme signée par Christian Fouchet, ministre du général de Gaulle, et concoctée avec la collaboration indispensable de l’appareil communiste de l’Education Nationale.

    S’ils partagent le pouvoir entre eux, pourquoi pas. C’est déja un début de partage. Le malheur, c’est que, depuis 1960 environ, des impulsions venues d’en haut ont fait faire à l’Education Nationale toutes les c... possibles : méthode globale, grammaire structurale, maths modernes, targette à pëne plat, réforme Fouchet. On y ajoutera un intellectualisme forcené digne de l’ancien régime et qui nous vaut un record de chômeurs et la régression sociale, et un activisme agaçant pour faire des réformes bidon.

    Et l’orthographe dans tout ça ? Par les difficultés qu’elle apporte, par l’aventurisme pédagogique et les réformes bidon qu’elle occasionne, elle fournit le meilleur des prétextes pour faire cafouiller l’enseignement et écarter les élèves des savoirs fonctionnels, qui, eux et eux seuls, sont synonymes de pouvoir.

    Le principal atout de l’obscurantisme moderne, ce n’est plus du tout le catholicisme, c’est l’orthographe du grand-père.

    .



  • ortograf-fr 4 octobre 2008 13:49

    Réponse à grangeeoisi :

    "Mais en France Monsieur ? On ne voit guère d’analyse sur les résultats !"

    Réponse :

    Parlez-vous du "bon cru" du bac qu’on nous annonce chaque année ?

    En toute sincérité, nous avons dans le public et dans les enseignants un bon noyau de gens qui tiennent la route et qui ont heureusement du recul par rapport aux modes débiles que nos manipulateurs professionnels voudraient nous faire gober en matière d’éducation.

    Mais il est clair aussi que les résultats obtenus ne sont pas à la hauteur de l’énorme investissement éducatif réalisé par la collectivité, par les éducateurs et par les familles.

    Si vous voulez une analyse indépendante et objective des performances du système éducatif, sachez que les médias ne vous sortiront jamais rien d’autre que les discours de perroquets des deux clans politiques.

    Actuellement, les refondateurs jouent sur le catastrophisme et gagnent toutes les positions. Les pédagos voyous qui font semblant de s’y opposer sont en réalité leurs complices dans un même obscurantisme.

    Au train où les refondateurs avancent, on aura une guerre civile dans quelques années. Ca nous fait penser à Montalembert déroulant un tapis rouge à la fois éducatif et politique à Napoléon le Petit. Vingt ans plus tard la triple Buse se prenait une râclée et on avait la Commune de Paris.

    On a l’intelligence qu’on peut au pays de l’orthographe française et de la Révolution Française.







Palmarès