• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

P.J.D.

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • P.J.D. 2 mai 2006 14:52

    Mr Hertoghe est un fin analyste ! En tout cas, il sait faire la synthèse : il y aurait donc à voir entre le référendum sur la constitution européenne, la crise des banlieues, celle du CPE et donc « l’affaire » Clearstream ! Plus sérieusement, je regrette que nombre de journalistes s’adonnent à la technique générale qui se résume ainsi : on lève le doigt en l’air et on voit où souffle le vent. On prend une dépèche AFP, on la dégraisse, on la détourne et on créé la polémique. On commente ce que l’on ne sait pas et on tire les conclusions qui nous arrangent.

    En effet, qui aujourd’hui a le droit -sinon les juges, de tirer les conclusions adéquates de cette pseudo-affaire ? Certes, les journalistes doivent renseigner, c’est leur mission et c’est évident. Mais qu’ils laissent la conclusion aux juges et tant que l’affaire est en cours qu’ils s’abstiennent de toute interférence dangereuse. On frise l’ingérence judiciaire dans cette affaire !

    Ah ! Cette fameuse présomption d’innocence, ou est-elle ? Et oui, la presse est loin d’être un modèle de neutralité et de sagesse. Elle est orientée, de gauche ou de droite (en l’occurence de gauche dans ce qui nous intéresse aujourd’hui). De plus, si affaire Clearstream il y a, il est une affaire dans l’affaire : quid du scoop du Monde (Rondot mouille Villepin) ? Est-ce une information exacte, oui ou non ? Là, j’aimerais des commentaires d’experts...

    Maintenant, sans connaitre le fond du dossier, Clearstream, politiquement, c’est quoi ? Une petite bombe à retardement dont, encore une fois, on peut se demander (en le sachant bien cependant) à qui elle profite. Clearstream, ça flirte avec l’information radio et TV depuis quelques mois déjà. Certes en 5ème ou 6ème titre mais c’est connu depuis un certain temps. Mais la grosse vague arrive à un moment propice, celui ou le 1er ministre, tout juste étrillé par le CPE, reste très fragile dans l’opinion (et oui, l’opinion, ce petit chose qui flotte...). Bref, Mr Sarkozy se dit victime. A voir... Quand l’UMP lâche Villepin sur le CPE et quand Mr Sarkozy fait son cirque sur Clearstream, qui est la victime ? Je vous laisse le soin d’apprécier.

    Autre point, je déplore le comportement général de la presse, ce grand pouvoir, qui n’a de cesse, pour une raison qui m’échappe, de vouloir faire tomber Villepin. Les 2 grands media radio que sont RTL et Europe 1, par exemple : ça dégouline de bons sentiments pour Mme Royal ou Mr Sarkozy, remake « bankable » du Chirac-Jospin de 2002. Mais Villepin, ça casse : c’est le casse de Brice comme dirait l’autre ! Il faut voir les interviewes de Mr Elkabbash ou les édito de Mr Duhamel envers l’intéressé. Ca sent le soufre ! Pourquoi ? Y’a t-il un mépris de la presse envers Villepin comme il y a eu en son temps un mépris de la presse envers Chirac ? Villepin a-t-il négligé de mettre en place des réseaux avec la presse comme l’ont fait Sarko, Royal, DSK, etc... ? Villepin a-t-il renvoyé de manière inélégante ces courtisans du pouvoir ??? Quant au livre de Franz-Olivier Giesbert, c’est la cerise sur le gâteau... Ca, pour reprendre grosso modo l’expression de Mr Hertoghe, ça sent la poubelle... Que les media nettoient d’abord devant chez eux et qu’ils révisent leurs pratiques avant de critiquer celles des politiques...

    Enfin, dernier point, sans rapport toutefois avec ce que j’ai dit plus tôt (quoi que !). Que l’opposition propose au lieu de surfer sur cette vague de démagogie et de dénonciation calomnieuse. Les socialistes ne savent rien mais ils disent tout. C’est mal engagé pour eux en dépit de ce qu’ils pensent car ils n’ont toujours pas fait de choix politique. Ni programme ni candidat. S’ils gagnent, au rythme où vont les choses, ce sera sur un champ de ruines et ce n’est jamais bon de gagner par défaut...







Palmarès