• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pascale Lagahe

Pascale Lagahe

Chargée de développement pour l’association i-citoyen, journaliste, native du sud ouest, je vis depuis 2004 à Lyon.

Tableau de bord

  • Premier article le 17/01/2006
  • Modérateur depuis le 18/07/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 8 108
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Cinéma : vers le sud

www.i-canut.com

2336 visites 25 jan. 2006 | 0 réaction | Pascale Lagahe  




Derniers commentaires


  • Pascale Lagahe Pascale Lagahe 20 novembre 2007 13:50

    un très bon papier ! je me disais bien que les argentins avaient une spécificité mais je ne savais pas vraiment laquelle.


  • Pascale Lagahe Pascale Lagahe 11 octobre 2006 21:04

    une chose est sûre : sur agoravox, il y a plus de rédacteur que de rédactrice (Carlo donne nous les stats !!!!!!! :) Pour les femmes, être visibles et reconnues, c’est aussi ne plus s’enfermer dans le rôle de la femme parfaite (amante, professionnelle, maman, femme de ménage, bonne cuisinière, sportive, belle....) Après tout, est ce que vous messieurs vous y arrivez ? Nous aussi on a droit à notre bière et nos chips devant « prison break » ! :) ok j’arrête mon délire... smiley


  • Pascale Lagahe paslyon 30 août 2006 11:38

    puisque ma critique trop courte n’a ps été retenue par le comité de rédaction, je profite de votre billet pour la mettre dnas les commentaires

    De la guerre d’indépendance à la guerre civile...

    Il y a des cinéastes qui, malgré les années, parviennent à rester modernes, tout en conservant leurs idéaux. Ken Loach, fait parti de ces grands metteurs en scène. Depuis le début de sa carrière, le réalisateur britannique s’attache à traiter des sujets sociaux tels que l’injustice, le travail, la pauvreté (Sweet Sixteen, The Navigators ou Bred and Roses. Pour son dernier film (l’on espère pas le dernier), Ken Loach ne déroge donc pas à la règle. Il choisit un thème politique particulièrement sensible : le début de la guerre civile en Irlande. Afin de mettre en scène une histoire réaliste avec des personnages forts, il fait appel au scénariste Paul Laverty. Les deux hommes allient alors leur talent pour réaliser un film chargé d’émotions.

    Le résultat ?

    « Le vent se lève » c’est avant tout des destins d’hommes et de femmes, unis dans le même combat, qui finiront par se déchirer, tiraillés entre le désir de paix et de liberté. « Le vent se lève », c’est aussi l’histoire des révolutionnaires irlandais, opprimés durant des siècles, luttant contre l’armée britannique, à l’image des maquisards français durant le deuxième guerre mondiale. Le parti pris est indéniable mais l’histoire aussi. Ken Loach ne nous épargne donc pas la violence, la peur, la torture. C’est dur, parfois même insoutenable. Malgré tout, on ne se lasse pas de la manière dont le réalisateur parvient à nous faire ressentir des sentiments forts et bouleversants. « Le vent se lève » fait définitivement parti des films qui vous touchent, vous remuent l’estomac et vous rappellent l’histoire, aussi complexe soit elle, d’une façon toute singulière.


  • Pascale Lagahe paslyon 24 août 2006 18:14

    d’une certaine façon je crains que les derniers reportages tv sur le thème de l’immigration et des sns papiers n’attisent les sentiments racistes de certains électeurs potentiels...les journalistes ne diffusent que des infos factuelles mais la façon dont ils le font me dérange. Alors svp, je sais que la question de l’immigration, des sans papiers, ...est importante, mais tentons de l’aborder sous un autre angle. (j’aime beaucoup les chiffres mais là c’est trop et inutile)


  • Pascale Lagahe Pascale Lagahe 18 juillet 2006 15:36

    désolé nono mais je ne peux pas vous laissez dire que mon papier est démagogique Je me suis seulement appliquée à restez impartiale Pour votre information, je suis une grande fan des tcl, (et de certains de leur conducteur de bus : ) et j’ai tjs payé ma carte (même quand mes moyens étaient limités) J’expose juste un fait : à lyon et ailleurs des gens militent pour la gratuité des transports.







Palmarès