• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

PASDUPE

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 69 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires





  • PASDUPE 26 mars 2013 15:30

     

    Il faut vraiment que la France sorte de ce piège à rats.

    Portons François Asselineau au pouvoir le plus vite possible.

    Notre homme providentiel, c’est lui.

    Le seul en qui nous pouvons croire.

    Le seul a être intègre. Le seul à se battre contre l’emprise de l’empire et à nous éveiller aux enjeux considérables que l’on nous cache.

    Le seul à dire que l’UE est une volonté américaine en vue de notre annexion aux EU planifiée pour 2015 par le biais du marché unique transatlantique où ils nous imposeront : langue (c’est en bonne voie), culture (aussi), monnaie, politique, guerres, normes et réglementations économiques, industrielles...

    Le seul à dire que nous sommes témoins de notre propre colonisation sans qu’aucun média vous le présente ainsi.

    Le seul à dire que c’est la fin de notre pays si nous laissons faire.

    Le seul à dire que l’Allemagne en n’a rien à faire de la France, que son véritable partenaire est les Etats-unis, que le couple franco-allemand est une duperie (une de plus).

    La France est soluble dans l’UE. Nous assistons à sa fonte inexorable jusqu’à sa disparition complète. Tous les autres pays de l’UE le sont aussi (seules l’Angleterre et l’Allemagne auront un traîtement à part).

    Voilà le but recherché et qui est en passe d’advenir.

    Je ne sais pas pour vous, mais moi, si rien de capital ne se passe à court terme maintenant, tant le temps nous est compté, je crains d’être pris par des crises d’ angoisse de plus en plus fréquentes.

    Alors après le réveil : les urnes ou la rue ? Les deux ?

    Oui claquons la porte de l’UE, de l’OTAN, de l’Euro... et à jamais !

    Reprenons notre indépendance !

     



  • PASDUPE 25 mars 2013 12:05

    Le ton enjoué que l’auteur prend pour nous annoncer un non-événement est pathétique.

    Comment peut-on aujourd’hui encore croire à ses salades ? Comment peut-on encore essayer de nous vendre un fédéralisme dont personne ne veut ? Comment peut-on encore vanter une institution de façade d’un grand-tout dictatorial imposé aux peuples européens qui est entrain de les faire crever ?

    L’UE nous sera profitable seulement le jour de sa disparition. Espérons que ce jour arrive vite.

    Au travail pour en accélérer l’avènement.

     



  • PASDUPE 23 mars 2013 14:27

    « Le recul du poids de l’État dans les décisions collectives est une constante depuis 40 ans. Rien pour l’instant ne semble en mesure d’enrayer cette tendance lourde, laquelle devrait donc conserver, au moins sur plusieurs décennies, son infreinable inertie. »

    Ne pensez-vous pas que vous voyez l’inertie rester « inerte » sur un trop grand laps de temps ?

    Ne pensez-vous pas que l’effondrement de leur joujou qu’est l’UE, pour moi inéluctable, et pièce maîtresse de leur stratégie, ébranlerait d’une façon durable leur hégémonie ?

    Doit-on s’attendre alors à ce que l’ existence de l’UE nous soit imposée par la force, contre notre gré, les amerloques ne pouvant consentir à une telle perte ?

    Devront-ils alors s’en prendre physiquement à ses populations pour maintenir leur glacis géopolitique patiemment mis en place depuis la dernière guerre ?

    De libérateurs (je commence sérieusement à me demander si c’est le mot à employer) deviendraient-ils nos occupants ?

     



  • PASDUPE 23 mars 2013 11:05

    C’est une bonne nouvelle pour les communes. Les français d’une manière générale y sont très attachés et dans ce cas précis, leur volonté, exprimée par le vote, doit être respectée par les « décideurs » qui ont de plus en plus la très fâcheuse manie de vouloir imposer leur seul point de vue. Ce qui est parfaitement inacceptable.

    Pour la préfète, c’est un discrédit total.

    Je crois qu’ils sont de plus en plus nombreux, qu’ils soient préfets, députés, sénateurs, ministres, à devoir faire face à une défiance grandissante de la population, voire une exaspération, face à leurs actes, leur absence d’actes, leurs agissements digne du « fait du prince ». A croire que la France leur appartient et qu’ils sont donc en droit d’en faire ce qu’ils veulent. Nous représenterions alors à leurs yeux qu’une entrave à leurs desseins.

    Le divorce est consommé.

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès