• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

patrice lanoy

Tableau de bord

  • Premier article le 13/04/2007
  • Modérateur depuis le 26/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 11 12 116
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • patrice lanoy patrice lanoy 23 juin 2007 14:25

    @ jl c’est juste le système qui coince parfois, je crois j’ai reposté voir-ci dessus

    rien à voir entre contingence et créationnisme « actuel »

    cordialement


  • patrice lanoy patrice lanoy 22 juin 2007 21:24

    Pour ceux que la filiation entre la « contigence » et la lecture mathématique du monde intéresse :

    Être, essence et contingence

    Ed Belles Lettres

    Au XIIIe siècle, la Faculté de théologie de l’Université de Paris a été le lieu de débats philosophiques majeurs. Investis de la plus haute autorité en matière d’exégèse, les théologiens ont questionné la philosophie massivement héritée des mondes grec et arabe à partir du XIIe siècle. Ils l’ont confrontée aux standards de la culture latine, dominée par les figures d’Augustin et de Boèce. Les textes traduits ici sont les pièces d’une discussion qui a opposé trois des maîtres les plus influents de ce temps. Ils datent des années 1286-1287 et constituent la version rédigée de la première querelle sur l’être et l’essence en Occident latin. Déjà en 1250-1260, Thomas d’Aquin avait établi une distinction entre l’être - l’acte d’exister -, et l’essence - la détermination qui fait d’une chose ce qu’elle est, un homme, une rose, etc. En 1286, Gilles reformule cette distinction sur de nouvelles bases. Dans le contexte d’un néoplatonisme converti aux exigences de la théologie chrétienne, il considère l’être comme une forme réellement ajoutée à l’essence simple - la rose en soi - pour la faire exister dans la réalité concrète. Henri de Gand combat cette distinction, qu’il juge outrée, en associant Avicenne au souci de la contingence (Dieu est libre de créer le monde qu’il veut). Godefroid de Fontaines rejette aussi la distinction réelle, mais pour revenir à ce qu’il considère comme la stricte orthodoxie philosophique. Convoquant les enseignements des philosophes des années 1270 (Siger de Brabant), il confine la distinction entre « être » et « essence » dans le champ de la sémantique. Au cours de ce débat, la temporalité et la contingence se sont installées au coeur des questionnements philosophiques.


  • patrice lanoy patrice lanoy 22 juin 2007 21:21

    Ce « débat » sur le créationnisme n’a evidemment pas lieu d’être, comme bien lu et vu par Toapes. Il s’agit d’un contresens.

    Sur la contingence :

    Au XIIIe siècle, la Faculté de théologie de l’Université de Paris a été le lieu de débats philosophiques majeurs. Investis de la plus haute autorité en matière d’exégèse, les théologiens ont questionné la philosophie massivement héritée des mondes grec et arabe à partir du XIIe siècle. Ils l’ont confrontée aux standards de la culture latine, dominée par les figures d’Augustin et de Boèce. Les textes traduits ici (Être, essence et contingence, Ed. Belles lettres) sont les pièces d’une discussion qui a opposé trois des maîtres les plus influents de ce temps. Ils datent des années 1286-1287 et constituent la version rédigée de la première querelle sur l’être et l’essence en Occident latin. Déjà en 1250-1260, Thomas d’Aquin avait établi une distinction entre l’être - l’acte d’exister -, et l’essence - la détermination qui fait d’une chose ce qu’elle est, un homme, une rose, etc. En 1286, Gilles reformule cette distinction sur de nouvelles bases. Dans le contexte d’un néoplatonisme converti aux exigences de la théologie chrétienne, il considère l’être comme une forme réellement ajoutée à l’essence simple - la rose en soi - pour la faire exister dans la réalité concrète. Henri de Gand combat cette distinction, qu’il juge outrée, en associant Avicenne au souci de la contingence (Dieu est libre de créer le monde qu’il veut). Godefroid de Fontaines rejette aussi la distinction réelle, mais pour revenir à ce qu’il considère comme la stricte orthodoxie philosophique. Convoquant les enseignements des philosophes des années 1270 (Siger de Brabant), il confine la distinction entre « être » et « essence » dans le champ de la sémantique. Au cours de ce débat, la temporalité et la contingence se sont installées au coeur des questionnements philosophiques.


  • patrice lanoy patrice lanoy 20 juin 2007 18:19

    Bonjour Merci. Houla, non, pas le moins du monde. Michel Serres situe là le point de vue « philosophique » chrétien dans l’histoire des idées. On peut affirmer que Michel Serres est tout sauf créationniste.

    Il ne vous aura pas échappé que le point de vue créationniste a été de mise en Occident chrétien jusqu’à fort récemment. Voir les Conciles du Vatican, notamment celui de Trente. Et les ennuis de ceux qui s’opposèrent, jusqu’au 18eme.

    Cordialement.


  • patrice lanoy patrice lanoy 26 avril 2007 18:17

    Pour les passionnés du sujet quelques infos élargies sur mon blog, et des liens bien cordialement







Palmarès



Agoravox.tv