• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cassandre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 11/05/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 123 80
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Patricia 26 mars 06:40

    Je pense que l’Homme mythique, celui des religions, des croyances,des Dieux, est en train de devenir l’Homme scientifique et donc, plus rationnel, plus éloigné du sentiment d’amour comme au Moyen Age ou il était naturel de trouver des couples formés d’hommes et de femmes venant de catégories différentes.Cela ne choquait personne, c’était compris en incluant naturellement le sentiment d’amour et rien n’était fait pour séparer les catégories sociales mais bien au contraire puisque c’est à cette époque que les salons de courtoisie ont fait apparition. Lieux de rencontre ou il était obligatoire d’être courtois mais pas médisant au risque de se voir exclure.

    Nous sommes à l’aube d’une évolution de l’Homme dans la perception de lui-même. A la fois, vivre ensemble mais en gardant son individualité. Mais, c’est un vivre ensemble nouveau, qui inclut la nature, les animaux, les mécanismes de la vie, et pas seulement avec nos congénères.

    C’est intéressant, parce qu’à la fois nous sommes dans un monde qui profile de plus en plus de dangers et l’Homme va vers plus d’individualité personnel, comme si, maintenant, en se détachant de croyances immatérielles et invérifiables, il s’intégrait dans le réel mécanisme de la vie en ne regnant plus la réalité des méandres, positifs ou négatifs, de l’espèce à laquelle il appartient..



  • Patricia 26 mars 06:04

    Le droit naturel qui apparait évident dans n’importe quelle culture, dans n’importe quelle philosophie ou religion ou tout simplement à nous tous et toutes, ne l’est pas pour nos politiques.

    Toute la pensée naturelle de l’homme d’un ’humanisme naturel a été transcendée par nos dirigeants en pensée financière.

    Lorsque j’entends dire par toutes sortes de gens : « je suis fier -re- d’être Français - se - » , et bien je réponds : « je ne suis pas fière d’être Française ».

    Dans la situation dans laquelle nous sommes et qui va s’aggraver encore plus, je trouve un peu fort de prétendre encore être fier d’être Français, parce que dire ce genre de chose c’est redemander des coups de pied au c.. !, 
    - C’est dire à nos dirigeants « oui, vous avez raison », alors que nous savons tous qu’ils n’ont pas raison.
    - C’est dire à nos dirigeants « oui, vous êtes intelligents », alors que nous savons tous qu’ils choisissent la voie la plus facile et la plus corrompue.

    Même si on a un toit, il est difficile d’être indifférent devant ce que vivent certains alors que, peut-être, demain se sera notre tour.

    Et, même lorsqu’on est « riche » et que l’on sourit ou que l’on dédaigne les autres, il ne faut pas oublier que ceux qui tiennent les rennes, demain, peut-être, déciderons de s’accaparer de leurs richesses parce qu’en vérité ce ne sont pas ces personnalités qui les intéressent mais leur argent seulement sans oublier que plus on brime et on affame la population et plus le danger grandit.



  • Patricia 26 mars 05:27

    L’ubérisation c’est réduire l’humain a travailler plus pour gagner moins, en fait, à ne faire que travailler et pour préparer la belle crise financière qui nous arrivera après les élections très probablement après celles en Allemagne.

    L’ubérisation, c’est aussi des sociétés qui se réfugient derrière un rôle de « mise en relation client/travailleur » ce qui leur permet :
    - de ne pas établir de fiches de salaires avec leur entête et,
    - ne pas payer les prélèvements obligatoires, et,-
    - par contre prélever 27 % sur le montant total encaissé par le travailleur - dans le cas des taxis, et vélos -



  • Patricia 26 mars 05:17


    Tant pis pour les réactions je m’en contrefout, mais, je me demande si il n’y a pas dans cette question de peur des enseignants un certain pourcentage de juste retour, parce que chez nous, c’est nous qui avions peur des enseignants de nos enfants. Très sérieusement.

    J’ai bien compris qu’avec la présidentielle, nos politiques mendient leur vote, mais, franchement il faudrait voir qu’il y a des enfants qui ne tombent jamais sur des enseignants qui ont des comportements équilibrés.
    On les dit majoritairement de « gauche », et bien si c’est vrai, alors ils ne sont pas mieux que les autres et pas plus courageux.

    On dit toujours que les gens ont des opinions par rapport à leur parcours alors je ne vous dirai pas que je suis désolée parce que je ne vais pas l’être pour des gens qui ont décidé d’être des minables en martyrisant des enfants.
    Donc, je pense que la meilleure école du futur, c’est de former des petits groupes entre parents et d’enseigner à nos enfants.



  • Patricia 26 mars 05:01

    Macron c’est l’homme lisse - tout - lisse, la peau, le teint, les traits, la voix plate sans modulation d’où le fait que lorsqu’il crie on dirait une poule que l’on égorge mais cela dénote qu’il n’a jamais eu à crier dans sa vie.Le sourire mesuré, les gestes mesurés, le cheveux bien rangé, le vêtement parfait, et tout est comme ça chez Macron......mo-no-to-ne !
    Il en a conscience, il a tenté l’interview avec une barbe de 3 jours style Gainsbourg, mais quelqu’un a dû lui dire qu’il en faisait trop, alors, il nous fait maintenant le sourcil gauche brossé style revêche. Rajouter à l’apparence ce qu’il manque dans le fond !
    Le parfait élève, appliqué, apparence sérieuse, mesuré sur toutes les coutures. Trop lisse.
    Un parcours sans faute, bien né, sans se taper dans un mur, seul, éternellement seul comme lors de ses prestations théâtrales au lycée. Applaudit et surtout par Brigitte. Et, seul comme lors de ses meetings surélevé -comme sur la scène d’un théâtre - et, applaudit !
    Mr Macron, n’est pas fait pour les affrontements on l’a vu lors du débat lundi soir et à d’autres occasions,là il n’était plus la vedette seule, mais face - seul - à des concurrents et même Filon était plus à l’aise que lui !
    Face à Marine -mise en cause dans certaines affaires d’argent - alors qu’elle critique le parcours - sans nommer de nom - d’un candidat banquier, etc....et qu’il y avait matière à rétorquer il n’a su que geindre « c’est moi que visez, bien sur, c’est de moi que vous parlez ». Et, gnan, gnan..
    Quelques moues suffisantes, des regards qui balaient l’espace, c’est, ou, il ne trouve aucune réponse à donner, ou, il dédaigne les propos des autres candidats.
    En fait, Mr Macron, pense au moment ou il parle, très rarement avant d’où l’absence de rhétorique face aux autres ! et, certainement parce qu’il a toujours marché sur un tapis rouge et qu’il a toujours été trop protégé.
    Un chemin toujours encouragé, félicité, applaudit, oui, mais, là, Mr Macron, vous n’êtes plus au lycée, mais, je vous accorde qu’il doit être difficile de jouer au Président et n’être, au fond, qu’une marionnette entre les mains de ceux que Doctorix désigne si véridiquement.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès