• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Patricia Tutoy

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 16 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Patricia Tutoy 29 août 2008 20:56

    Que nous transmet l’article de Jean-Michel Arberet ?
    1. L’histoire italienne de Marina Petrella : la justice de l’Italie a rendu son verdict. Nous, Français, n’avons aucun commentaire à faire sur le rôle et les décisions de la justice italienne.
    2. L’histoire française de Marina Petrella appartient à la France depuis 1993, année où notre pays a accueilli Marina Petrella et sa fille Elisa. Soit une période de 15 ans. Quand Marina Petrella est arrivée en France, elle a signalé, par l’intermédiaire de ses avocats, sa présence ici, tant au gouvernement français qu’italien.
    Pendant 15 ans, la France a permis à Marina Petrella d’obtenir des diplômes d’Etat, d’exercer des activités professionnelles au sein de collectivités territoriales (mairies) et d’associations d’aide aux plus démunis. Surtout, l’Etat français lui a délivré un titre de séjour.

    Sur ce 2ème point, nous, Français, nous pouvons faire tous les commentaires du monde. Nous pouvons par exemple commenter la "doctrine" Mitterand. Qui a râlé, parmi les citoyens de l’époque (1985) contre cette proposition de Mitterand : "La France accueille les réfugiés politiques italiens s’ils renoncent à la violence." Qui, parmi les commentateurs de cet article, s’est opposé à cela ?

    Parmi les quelques commentaires parus ici, suite à l’article, je ne perçois que des jugements de valeurs et surtout une méconnaissance totale de l’histoire de Marina Petrella, une ignorance profonde du fonctionnement de la justice et de l’Histoire italienne des années 1967-1980, une incommensurable absence d’informations sur ce que la France a mis en oeuvre depuis 1985 pour la protection des réfugiés politiques italiens.

    Un des commentateurs demande : "Et si Marina Petrella avait été d’extrême-droite ... ?"

    Les auteurs de l’attentat de Piazza Fontana à Milan en 1969 étaient d’extrême-droite. Ils n’ont pas été jugés puisque l’Etat italien de l’époque a attribué ce fait à l’extrême-gauche.

    Pour info, je me situe politiquement à gauche : anti-libérale, anti-capitaliste, humaniste, entre autres. Je ne suis pas communiste. Je suis entièrement d’accord avec l’article de M. Arberet.

    LIBERTE POUR MARINA PETRELLA !

    ABROGATION DE SON DECRET D’EXTRADITION !

    PROTECTION DE TOUS LES REFUGIES POLITIQUES ITALIENS EN FRANCE !



  • Patricia Tutoy 19 juillet 2008 17:23

    Toutes mes condoléances à sa famille, ses amis, ses collègues, ses élèves, ses connaissances.

    Sarko & Co n’avaient pas besoin d’intervenir comme ils l’ont fait, à se mêler de tout pour un coup de pub et tenter de faire remonter une côte de popularité qui restera ridicule quoiqu’ils fassent, quoiqu’ils disent.

    Un homme serait en vie aujourd’hui, près des siens. Et avec le temps et un soutien psychologique, il se serait reconstruit après le tragique accident qui n’était aucunement de sa responsabilité.

    Oui, un homme est mort. Hommage à sa mémoire.

    Merci au rédacteur de cet article.



  • Patricia Tutoy 12 juillet 2008 00:13

    Non faccio niente !

    Traduction pour ceux qui assimilent l’Italie à la pasta, la pizza et la mode : "Je ne fais rien !"

    On s’en fout des vêtements de marque !



  • Patricia Tutoy 12 juillet 2008 00:02

    Merci pour cet émouvant article.

    Pour répondre à certains commentaires, certes, les cadres vont morfler avec la nouvelle trouvaille de Super Sarko. Certes, les smicards vont morfler plus.

    Depuis que le système des R.T.T. existe, qui a jamais pensé à ceux qui ont choisi de travailler en indépendant ? Ceux qu’on appelle les nomades, à l’inverse des sédentaires.

    Je fais partie de cette catégorie, j’ai choisi de travailler à mon compte auprès d’organisations et de réaliser des vacations dans des écoles de commerce ou des universités. Pour être libre et échapper ainsi au diktat de la hiérarchie.

    Les 35 heures, je n’en ai jamais vu la lueur ou la douceur !

    Pourtant, j’ai participé, en ma qualité de citoyenne, à toutes les manifestations parisiennes pour la sauvegarde des 35 heures et des retraites. Depuis un an, mon emploi du temps professionnel est calé sur les manifestations. C’est cela la solidarité !

    A la rentrée, des manifs sont prévues. J’espère y voir des personnels des entreprises privées. Leur présence serait particulièrement appréciée.



  • Patricia Tutoy 3 juillet 2008 23:03

    Libération de Ingrid Bétancourt ? On s’en fout !







Palmarès