• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Patrick Adam

Patrick Adam

55 ans - Résident dans l’ex Rio de Oro, aujourd’hui Sahara marocain. Chercheur autodidacte intéressé à l’histoire de l’Ouest saharien et du Maghreb. Spécialiste du raid de Michel Vieuchange, jeune Français mort en 1930 à son retour de Smara, cité interdite du désert, et dont les Carnets de route, préfacés par P. Claudel, ont connu leur heure de gloire avant de sombrer dans l’oubli. Auteur de différents articles sur le sujet et d’un ouvrage paru en février 2006, aux éditions L’Harmattan, intitulé : "De Smara à Smara".
 [décédé début décembre 2006]
 

Tableau de bord

  • Premier article le 07/02/2006
  • Modérateur depuis le 27/02/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 33 1558 8285
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Patrick Adam Patrick Adam 22 novembre 2006 21:35

    @ Diod

    Pour un psychologue vous affirmez nombre de raisonnements qui tiennent plus de la déformation professionnelle que de la réalité que vous connaissez pas, ainsi que nombre de dérapages que vous maîtrisez mal et qui ne peuvent que me conforter dans mon opinion sur les psy. N’aimant guère ceux qui manient la morgue sans savoir à qui ils parlent, je pense que je ne m’appliquerai pas longtemps se sacrifier à la politesse avec vous.

    Si votre commentaire n’avait rien à voir avec l’article, il me semble que le simple bon sens eut été de ne pas me l’adresser... Pour ce qui est de comprendre, j’ai l’habitude de juger sur pièces, et les premières cartes que vous posez sur la table me paraissent franchement biaisées

    I - Vous dites : « Un psy peut-il pallier auprès d’un adolescent de la déconfiture de la cellule familiale ? » Avez-vous déjà entendu parler des thérapies familiales ?

    Faites les cellules psychologiques que vous voudrez, le problème est que la situation des familles s’aggrave et qu’on ne voit aucune solution pointer le bout de son nez. Bien au contraire. Nous sommes là devant vingt ans d’échec patent. Que le psy travaille avec tartempion de ne change rien. Vous ne répondez à aucune de mes interrogations sinon en m’envoyant votre bibliothèque à la figure. Voulez-vous que je fasse de même ? Vous risqueriez d’avoir quelques surprises. Quant à l’expérience sur le terrain, puis-je permettre de vous signaler que je ne me suis pas « rendu » comme vous dans les banlieues mais que j’y ai vécu durant plus de cinq ans et qu’il m’arrive régulièrement de visiter des quartiers particulièrement difficiles (entra autres celui de l’Ariane à Nice ou celui du Petit Bar à Montpellier). Il me semble là aussi que pour un « psy », vous avez la généralisation bien facile, mais peut-être me direz-vous que ce n’est pas à moi que vous faisiez allusion....

    II a - Autre morceau de bravoure : « Un psy peut-il aller éduquer les jeunes qui sont assis le soir au pied de leur immeuble ? » Comme je l’ai dit plus haut, ce travail se fait en équipe bien que votre vision des choses est très caricaturale... II b - "Un psy peut-il offrir un vrai projet de vie à un jeune environné par une multitude de trafics et les méfaits de l’argent facile ? Pourquoi tout psychologiser ? Les psys eux-mêmes ne le font pas... N’est-ce pas ici à nos politiques de résoudre ce problème... Bien que je le signale à tout hasard que des psychologues C.O existent et sont spécialisés dans les projets de vie et s’est très souvent la mairie ou les services sociaux qui les adressent à eux voire les jeunes de leur propre chef qui viennent les voir...

    Alors cette fois ce sont les politiques qui doivent se pencher sur ce problème ! Beau bottage en touche quand ça vous arrange. Ce serait donc à un député d’aller éduquer la jeunesse ?.... Connaissez vous un ouvrage qui traite des trafics de banlieues et de la masse d’objets volés qui passent chaque été les frontières du côté de Tanger de Nador, d’Oran, d’Alger, d’Annaba ou de La Goulette ? C’est par fourgons entiers dans lesquels on peut voir 5 à 6 vélos et une myriade d’appareils négociés dans les différents « souks des voleurs » comme il en existe à Barbès et à la Porte d’Aix à Marseille que la marchandise transite. Avec le père au volant qui connaît très bien la provenance de ces objets qu’il a achetés à de petits revendeurs et les enfants qui voient ces trafics faire partie de la « culture familiale ». Je ne dis pas que ces pères sont des voleurs mais des receleurs et quel exemple pour les enfants...

    III - Pour ce qui est des vieillards, j’ai vaguement l’impression que vous n’avez pas visité depuis longtemps une maison de retraite ou un service hospitalier. Votre ironie n’en est que plus basse. Le scandale des maisons de retraite est dénoncé par tout le monde, et vous vous me parlais de DESS de psychologie en gérontologie. La belle affaire. Allez faire un tour à l’hôpital Larchet à Nice ou à celui de Valence et vous serez peut-être édifié. Mais j’en doute car les faits que vous pourriez constater ne rentrent pas dans votre « cécité professionnelle ».

    IV - Qu’en [je vous signale au passe qu’il faut écrire « quant » - désoler de glisser sur ce terrain mais votre intervention est bourrée de fautes d’orthographe] a [à] ce qu’ont permis comme avancée les psy : n’avez-vous jamais entendu parler de Piaget ou d’un psychanalyste nommé Brazelton (la célèbre échelle de Brazelton) ? Erikson vous dit peut-être quelque chose ? ou bien de Bowlby, Bion , Malher, Klein ? Avez-vous lu ces auteurs ? Ignoriez-vous que leurs méthodes et théories font réferences [sans « s »] et s’appliquent au quotidien ?

    A vous suivre, si une méthode fait référence dans un milieu particulièrement, il faut la prendre pour parole d’Evangile. Consternant. Affûtez donc un peu mieux vos arguments et parlez donc des réussites de que ces sommités ont à mettre à leur actif. Vous faire comme Sarkozy : tout dans les proclamations volontaristes et au résultat une situation qui se dégrade chaque jour.

    V - « Arrêtons-là la démonstration de votre incompétence et lacune sur le sujet, je ne peux que vous conseiller de « comprendre » et « d’accepter » Mr Adam et de vous investir beaucoup plus voire vous inscrire réellement dans une démarche de recherche digne intellectuellement et sans préjugés. »

    Comprendre c’est facile. Accepter l’est beaucoup moins. Or les psy, après avoir tenté de comprendre (mais de façon bien théorique et en se laissant manipuler par des délinquants autrement plus futés qu’ils ne l’étaient eux-mêmes) les dérives de nos sociétés n’ont jamais abordé les bases de ces malaises. Avez-vous écouté pendant une semaine la chaîne satellitaire Al Jazeera ? J’imagine que non. Moi je l’ai fait pendant des années. Avez-vous fait une étude sur la décoration intérieure des familles immigrées ? J’Imagine que non ? Je pourrais vous en raconter de bien belles sur le sujet. Etes-vous allé au bled pour les vacances et avez-vous étudié pendant des mois dans quelle ambiance vivent les jeunes qui sont obligés d’y affronter les coutumes les plus archaïques ? A la manière dont vous parlez, il semble bien que non.

    VI - « Vous parlez d’écucation [éducation] dans les familles arabes... ne connaîssez-vous [connaissez] donc pas des ouvrages comme « ces jeunes qui désertent nos écoles... déscolarisation et cultures » de Coslin (pourtant un ouvrage récent) ou bien des psycholgues [psychologues] comme Glasman, Schiff ou Hasnia-Sonia Moussaoui (ou Khalid Boudarse)... A mon avis, je dois en connaître un peu plus que vous sur le sujet. Et ce que je sais, n’est pas du copier coller de quelques bouquins qui, si ne je leur dénie pas toute utilité) sont quand même bien loin de refléter ce qui se passe sur le terrain. Les psy qui se sont démultipliés sur les plateaux télé à l’occasion des émeutes de banlieues n’ont guère été à la hauteur du phénomène.

    VII - « « comprendre » et « accepter » : voilà qui est bien réducteur. déjà que vous parlez de cognition dans votre article en ne vous contentant que d’une vulgaire définition : je vous conseille vivement de vous plonger dans la lecture psy de l’aspect cognitif... »

    Là aussi j’ai bien peur que votre niveau intellectuel soit encore) l’entresol. J’ai parlé de l’apparition du cognitif dans l’évolution humaine, sans doute à une époque remontant à plusieurs centaines de millions d’années et vous venez me faire d e la psycho de bazar. Vos « conseils » n’en sont que plus dérisoires. Vous êtes incapable de sortir de votre discipline et d’avoir une vision interdisciplinaire. Mais ouvrez donc d’autres bouquins : histoire, sociologie, anthropologie, biologie, astronomie, histoire des religions. Je suis sûr que s’il fallait comparer ma bibliothèque à la votre, vous en ressortiriez en piteux état vu la manière dont vous vous exprimez.

    VII - Alors en conclusion : « Oui, je pense qu’un corps est laïque ! » Alors lisez tant que vous voulez Bruce Lee. Je ne vous demande pas de lire mes textes. Ecrire des stupidités du genre « Votre corps ne peut être laïque car il est vous... » est un sommet himalayen de bêtise crasse. De même que vouloir asséner comme une révélation que « votre corps vous appartenant et faisant lien direct avec vos pensées, idées, ce que vous voyez et selectionnez, votre histoire, accident si il y a... » Vous aimez donc tant que ça enfoncer des portes ouvertes que le commun des mortels a déjà franchie ? Quelle étrange passion. Serait-ce une preuve manifeste d’inculture et d’étroitesse d’esprit.

    Alors, effectivement, vous me confirmez dans l’opinion qui est la mienne depuis longtemps : les psy (bien souvent) c’est pour les gogos.

    Bonne lecture de Bruce Lee. Patrick Adam



  • Patrick Adam Patrick Adam 21 novembre 2006 09:45

    @ Mr Diod

    Je n’ai aucune haine envers les psy, mais j’estime que nos sociétés leur accordent bien plus de place qu’il ne convient. Un psy peut-il pallier auprès d’un adolescent de la déconfiture de la cellule familiale ? Un psy peut-il lutter efficacement contre le vide culturel qui enserre un nombre considérable de quartiers abandonnés ? Un psy peut-il aller éduquer les jeunes qui sont assis le soir au pied de leur immeuble ? Un psy peut-il offrir un vrai projet de vie à un jeune environné par une multitude de trafics et les méfaits de l’argent facile ?

    Un train déraille et on envoie une « cellule psychologique ». Un adolescent se blesse avec un panneau de foot et de basket et on envoie une « cellule psychologique » dans toute l’école. Un groupe de randonneurs se perd dans la montagne et on envoie une « cellule psychologique ». Pendant ce temps des milliers de vieillards meurent dans la pire des désolations psychiques et ils n’ont personne à leur chevet qui vienne écouter leurs histoires qui racontent combien ils ont été utiles à la société jusqu’à ce qu’on les stocke dans des mouroirs.

    Je n’ai jamais pensé que les psy voulaient « imposer des normes ». Vous faites partie de ceux (une large majorité) qui n’ont rien compris à mon texte qui n’a rien à voir avec ce thème. J’ai voulu, puisque vous ne l’avez as réaliser, aborder le fait que l’homme est avant tout un homme culturel, c’est à dire que de tous temps, il a su passer de biologique au culturel. ON est loin de la norme. Bien sûr, si comme bon nombre d’intervenant vous pensez que le fait de faire allusion aux gay pride signifie une prise de position sur l’homosexualité, je me dis que vous êtes au même « niveau » que tous ceux qui se sont engouffrés dans la brèche sans faire preuve de la moindre réflexion. Vu que ces commentaires sont tous du viscéral et non du raisonnable. Il y a longtemps que j’ai appris à faire la différence, et je n’ai pas eu besoin de psy pour ça. Juste une rigueur de logique.

    Je pense par contre que les psychiatres sont forts utiles à la société car ils ont une vision plus réalistes et moins fantasmagorique que les psychanalystes. J’aime bien les travaux de Laborit. Mais pour ce qui est des « très nombreuses avancées qu’ont permis les psychologues du monde entier » j’attends toujours dans voir les résultats concrets dans nos pays dont les liens sociaux se délitent chaque jour un peu plus. Un psy s’et-il penché un jour sur le système éducatif appliqué par de nombreuses familles musulmanes ? Y a-t-il eu une réelle recherche sur le sujet et quelles en ont été les conclusions. Or cette thématique touche environ cinq millions de jeunes plongés dans un environnement culturel qui ne peut que les déchirer. Un psy a-t-il fait une étude sur l’impact des télés satellitaires du Proche Orient dont certains parents gavent leur progéniture. ? Vous dites travailler dans les sciences humaines. N’y a-t-il pas là de bons sujets de réflexion.

    Que les psy s’occupent des enfants battus ou violés me semble tout à fait naturel. Ils remplacent alors fort utilement le rôle que jouaient autrefois les religieux. Mais de là à leur confier tous les problèmes de nos sociétés depuis plus de vingt ans et de voir à quels résultats ils sont parvenus a de quoi rester dubitatif.

    Issu d’une famille monoparentale, disposant de revenus plus que modestes, m’étant fait renvoyer de plusieurs établissements scolaires pour une indépendance d’esprit un peu trop manifeste, je me demande le chemin que j’aurais parcouru si j’avais été confié à un psy. Je suis heureux aujourd’hui de m’être fabriqué seul, au fil du temps, juste avec le désir d’apprendre le plus de choses possibles dans les domaines les plus variés qui soient. Je reconnais volontiers que j’ai été aidé par une société en expansion et confrontée à moins de problèmes identitaires qu’elle n’en connaît aujourd’hui. Et j’ai eu le plaisir de vivre loin de l’apologie de la violence et de l’obscénité dont on inonde aujourd’hui toute la jeunesse avec l’appui de nombreux psy qui en font l’éloge en la présentant comme un exutoire naturel.

    Dernier point, je pense que la plupart des psy n’ont pas compris la différence qui existe entre « comprendre » et « accepter ». Mais ceci mériterait un long développement.

    Bien à vous. Patrick Adam



  • Patrick Adam Patrick Adam 20 novembre 2006 18:46

    @ l’auteur

    Excellent article. C’est vrai, et c’est malheureux à dire, mais Bayrou s’est fait laminer. Ayant été longtemps absent de France, un de mes premiers raccrochages avec la politique hexagonale a été le discours de Bayrou au moment de la censure contre le gouvernement et je l’avais trouvé brillantissime. Plus tard, quelques interventions à la radio étaient plus ou moins réussies. Elles montraient un personnage s’affirmant mais ne tenant pas sur la longueur.

    L’émission d’Arlette Chabot l’a renvoyé au stade d’un prétendant malhabile qui veut aller jouer dans la cour des grands. Aucune proposition originale, aucune perspective, simplement le leitmotiv d’une disparition plus qu’hypothétique de la droite et de la gauche qui ne tient pas la route plus de cinq minutes. D’autant que Chevènement s’était déjà planté sur ce thème il y a cinq ans.

    L’émission a été révélatrice de la pratique politique en France qui fait et fera encore notre originalité : les potaches ne passeront pas ! Ce fut le cas de Rocard et de sa bande de ringards de la cogestion, puis des quadras du RPR et on connaît comment l’histoire a sombré au fond d’une fosse de ridicule. Aujourd’hui Sarko veut jouer au tout neuf, et Ségolène use et abuse de son âge et son sourire comme avait tenté de le faire en son temps Lecanuet. Et elle le fait en s’entourant de gens ouvertement incompétents et sans conviction. L’émission d’Arlette Chabot nous a montré un Montebourg bobo jusqu’au bout des ongles, venant pour endosser le costume de tribun du peuple. De quoi faire fuir, une fois de plus, la majeure partie de l’électorat populaire.

    La campagne s’annonce d’une pauvreté intellectuelle pitoyable et le dernier coup de Jack Lang venant d’annuler le tirage du livre qu’il avait écrit avant son alliance avec la cour royale parce qu’il y disait évidement trop de mal de sa nouvelle pouliche, ne va pas redorer le blason d’hommes politiques prêts à renier trente ans « d’art politique » appris auprès des plus grands pour se dévoyer avec une bande de cambrioleurs. Et les médias se vautrent eux aussi dans cette fosse d’amoralité, à l’exemple de Marianne qui, il a un mois, conseillait au même Jack Lang de raccrocher et qui aujourd’hui recommence à faire son éloge. On en sort plus...

    Patrick Adam



  • Patrick Adam Patrick Adam 16 novembre 2006 13:31

    @ l’auteuse

    Bel exemple de « démocratie participative » que vous nous donnez là, puisque comme votre idole, vous ne vous donnez la peine de répondre qu’à vos thuriféraires.

    Victimisez-vous ! Victimisez-vous ! Il en restera toujours quelque chose, pas vrai ?

    Patrick Adam



  • Patrick Adam Patrick Adam 16 novembre 2006 12:19

    @ l’auteur

    Piètre chronique d’une catastrophe annoncée et portée en triomphe par les médias. Vous semblez vous réjouir que la politique ait été ravallée au niveau d’une bergerie où des moutons viennent se faire tâter la laine par des nuées de maquignons. Et dire que ces malheureuses bêtes prennent ça pour une flatterie alors qu’elles ne tarderont pas à être tondues et à se geler le postérieur dans leurs pâtures...

    Votre solidarité féminandolâtre qui se veut « équitable » est pathétique. Armez bien votre rostre, car vous n’allez pas tarder à être broyée sans aucune pitié quand Ségol’haine n’aura plus de gentils « associés » socialistes devant elle mais de vrais compétiteurs qui n’hésiteront pas à la ridiculiser. Ce qui ne sera pas bien difficile.

    Patrick Adam

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès