• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Paul ORIOL

Né le 02/12/35 à Carcassonne, études à Carcassonne et Toulouse, coopérant en Algérie de 1964 à 1972, militant au PSU puis aux Alternatfs, retraité, habitant Paris 20ème
Auteur de
- Immigrés, métèques ou citoyens, Syros, 1985
- Les Immigrés devant les urnes, Hamattan, 1992
- Résidents étrangers, Citoyens ! Plaidoyer pour une citoyeneté européenne de résdence, 2003

Tableau de bord

  • Premier article le 02/06/2011
  • Modérateur depuis le 14/06/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 215 163 2529
1 mois 1 1 7
5 jours 1 1 7
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 29 25 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Paul ORIOL 23 août 09:45

    Les édifices les plus importants du Havre dont je parle ont été érigés sous des maires de gauche, essentiellement communistes !
    - la reconstruction du Havre, par l’atelier Perret, très décriée autrefois, a été salué par l’intérêt que portaient les architectes au confort des logements. C’est maintenant reconnu. On fait visiter l’appartement témoin.
    - le « Volcan » de l’architecte Oscar Niemeyer qui était, officiellement, communiste.
    - le Musée d’Art moderne, même s’il porte le nom et a été inauguré par Malraux.
    L’Été au Havre est du à Blaise qui organisa depuis des années le Voyage à Nantes avec le soutien de Ayrault quand il était maire de Nantes. Et dont j’ai parlé lors d’un précédent article quand j’ai visité Nantes.
    Avec une différence que je signale, Nantes parle de l’avantage qu’a tiré la vile de l’esclavage. Ce que ne fait pas l’Été au Havre. Peut-être, les traces sont-elles plus nombreuses à Nantes.



  • Paul ORIOL 8 juillet 07:18

    Goûtez et comparez.



  • Paul ORIOL 1er juillet 09:22

    @foufouille

    Les sentiers sont asse difficiles. Nous en avons fait un seul, entre Vernazza et Corniglia, réputé sans difficulté, durée, 1 h 30. Il nous a paru assez fatigant mais nous l’avons fait à la rage du soleil entre 11 et 13 heures et notre âge (81 et 76)... Par ailleurs, ce sont des villages médiévaux, de montagne. Il faut toujours monter quelque part, pour avoir un bon point de vue (comme les photos le montrent). Si on ne veut pas marcher beaucoup, il faut prendre le train qui dessert tous les villages ou le bateau qui permet de s’arrêter dans chaque village (sauf Corniglia)et qui donne un beau point de vue de la côte depuis la mer.



  • Paul ORIOL 30 juin 12:02

    @agent ananas
    Bonjour,
    Nous avons rencontrè, à trois reprises, une Australienne de Sidney, pendant notre séjour. Ce n’était pas la première fois qu’elle venait aux Cinque terre mais faisait un grand périple : Madrid, Rome,... Dubaï...
    Bien à vous
    Paul



  • Paul ORIOL 5 mai 22:06

    @Alren
    e me souviens des suites du référendum et de la multiplicité des candidatures des opposants de gauche avec le résultat que l’on sait...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès