• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

pazuzu

pazuzu

35 ans, passionné par les vins et la nature, la gastronomie et mes amis. Associé dans une agence de communication, j’aime ce métier fait de contact et de rencontres épanouissantes.
Je n’aime pas trop les vérités "officielles", et les informations prêtes à "consommer". Déchiffrer le non dit du dit, un exercice périlleux et excitant. J’ai une attirance naturelle pour les sujets interdits.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 11/07/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 7 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • pazuzu pazuzu 24 juillet 2007 22:11

    Madwil,

    Je coupe court à nos échanges. Dans la journée vous avez fait sauter une de mes réponses, et je ne trouve pas ce geste très fair play.

    Je ne souhaite pas commenter ce que traduis, et confirme ce geste. Bonne continuation dans ta lutte.

    Bye



  • pazuzu pazuzu 24 juillet 2007 01:09

    Si un esprit est manipulateur, ici, c’est bien le votre : ce n’est pas parce que je cite El-ASsad qui critique le peuple juif que jedis que l’on peut critiquer les autres religions. Manipulateur et tortueux de surcroît. Mais je n’ai nullement dit que vous disiez qu’on peut critiquer les autres religions, au contraire, je tenais à vous dire, et cela ne vous a sans doute pas échappé, que toutes les autres religions font l’objet de critique. Voire même de caricature. C’est pourquoi je ne comprenais pas bien pourquoi vous précisez qu’il a critiqué la religion juive. Il l’a critiqué, et alors ? Redheker a critiqué l’islam, charlie hebdo critique le Pape, et alors ? Si moi je critique le judaisme c’est permis, mais Assad n’aurait pas ce droit ? Oui, face à cela et malgré les 6 ans qui séparent les faits car ces 6 ans n’ont pas été sans menaces et agressions verbales de la part d’Assad. Comme vous le dites, la politique régionnale a évoluée en 6 ans, mais je vous rassure, pas Assad ! Je note qu’il menace, qu’il parle, mais ce n’est pas ses missiles qui s’abattent sur la région, ni ses avions qui tirent sur des civils. Alors comme on dit, un beau parleur est moins dangereux qu’un mauvais parleur, n’est ce pas. Et je ne crois que la Syrie a violée plus de 75 décisions de l’ONU. Compte tenu des menaces de Bush, il a de quoi avoir peur en effet. Inutile de me rassurer sur l’éventuel changement d’Assad, c’est curieux mais c’est toujours les mêmes qui sont menacés, vous avez remarqué ? Puisque vous avez l’air si au fait de la géopolitique de la région, comment avez-vous pu ommettre dans votre explication de texte que les USA mais aussi la France refusent de parler avec la Syrie depuis l’assassinat d’Ariri ? Comment avez-vous oublier que le chef des services secrets syriens, obéissant directement à Assad a été convoqué pour audition et est fortement suspecté pour son implication. Pour l’information de tous, le gouvernement syrien refuse actuellement de le livrer à la commission d’enquête. J’ai omis pour ne pas tout dire, faute de quoi il me faudrait un livre, mais vous avez raison, la France a missionné depuis dix jours un conseiller diplomatique pour discuter avec la Syrie. C’est encore plus frais que 2005. Le chef des services secrets Syrien a été convoqué, et après, ca en fait un coupable ? Dominique De Villepin et même Chirac ont été convoqués par un juge récemment, ça n’en fait pas des coupables. Ariel Sharon a été convoqué par un juge Belge aussi, jadis, mais je n’ai jamais entendu qu’il a été désigné coupable. Quand à livrer à la commission d’enquête un de ses salariés, la Syrie a raison. Au début, on a vu que la première commission a été corrompu et encore corrompu. La livrer à qui ? A celui qui a déjà enquêté pour le compte des Américains lors de l’explosion en Allemagne, avec le résultat qu’on connaît ? Je note que vos preuves sont désormais de « forts soupçons ». Mais en droit, un soupçon n’est pas une preuve, alors veuillez écrire au conditionnel, c’est plus honnête. 3.Quand à votre relecture finale des faits, elle est votre. Cependant, votre vision de la position syrienne est pour le moins en parfait décalage avec toutes las analyses que l’on peut lire sur tout média, toutes tendances confondues. Quand je vous disais que vous aviez un esprit tortueux... Les analyses répondent à un consensus, à un certain ordre social, et ces conventions servent à forger l’opinion publique. Posez-vous des questions très simples. Pourquoi, si Assad est coupable, aucune preuve n’existe à ce-jour ? Pourquoi, le tribunal chargé de juger les responsables de ce crime « national » a été mis en place sous l’article 7 ? Connaissez-vous un crime national jugé par un tribunal international ? Hormis crime de guerre, il va de soi. Votre analyse, que je respecte, s’appuie sur des informations qui correspondent à un consensus. Vous reprenez une information que l’on retrouve à l’échelle mondiale, et vous la collez. Ce qui est intéressant, c’est de faire ou de tenter une analyse. Ce n’est pas le cas de votre article. Si vous porter la contestation fait de moi un esprit tortueux, alors le débat va s’enrichir avec vous  Mais vous avez raison, il faut avoir la même position que tout les médias, toute tendance confondue, c’est-à-dire le formatage des esprits, et l’extinction de l’esprit critique. Bravo de cette leçon, mais argumentez vos articles au lieu de coller sans analyse, vous avez un cerveau, et il mérite mieux que ça, j’en suis sûr.



  • pazuzu pazuzu 23 juillet 2007 23:41

    Monsieur,

    Je viens de lire votre article et, n’ayant pas la même lecture que vous des évènements dont vous faites part, j’apporte mon point de vue personnel pour enrichir le débat.

    Dire que la contrepartie de l’accord entre la Syrie et l’Iran est la non signature d’un accord de paix avec Israël, est une interprétation hasardeuse et non une information fiable. En effet, la Syrie ne souhaite pas négocier sans le « retrait » d’Israël du Golan. Ce retrait est un préalable à toute négociation, et non la contrepartie de l’accord commercial et militaire signé jeudi.

    Vous poursuivez en collant un article de wikipédia dans lequel il est écrit qu’Assad critique les juifs et Israël. Et alors ? Il est permis de critiquer les Catholiques, les Musulmans, mais pas les Juifs ? Il est permis de critiquer le monde entier, y compris les religions. En quoi votre précision apporte un plus à l’information ? Ce passage, dans votre article, serait une entreprise de manipulation des esprits ? Dans un souci de transparence, permettez-moi juste de coller la réponse du Pape Jean Paul II à Assad lors de cette allocution « il est temps de retourner aux principes de la légalité internationale : interdiction de l’acquisition des territoires par la force, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, respect des résolutions de l’ONU et des conventions de Genève ».

    Plus loin, vous reprenez par un « face à cela ». Je précise qu’il s’est écoulé 6 ans entre son discours devant le Pape, et sa proposition de pourparler avec Israël. La politique régionale a, bien évidemment, évoluée, ceci expliquant sans doute cela .

    Plus bas, vous écrivez que la Syrie est au ban des nations « pour son implication (plus ou moins directe) dans l’assassinat de Rafik Ariri. Ce « plus ou moins directe » m’amuse beaucoup. D’autant plus que depuis 2 ans personne, pas même la commission d’enquête de l’ONU, n’a permis d’affirmer ou d’apporter la moindre preuve de l’implication de la Syrie. En revanche, je vous l’accorde, 5 minutes après l’attentat, Bush affirmait que la Syrie était coupable, mais on attend encore les preuves. Comme quoi les idées reçues, surtout celles de Bush, on la vie longue. Et si vous avez une quelconque preuve de la responsabilité de la Syrie dans ce crime, je vous informe qu’une prime de 5 millions de dollars est encore offerte à qui permettra d’identifier les coupables, la croix rouge serait ravit de ce don si vous ne savez qu’en faire. Question, avez-vous des preuves ? Merci de m’en faire profiter.

    Enfin, pour enrichir votre information selon laquelle la Syrie finance Fatah Al-Islam, je précise que le fils Hariri finance aussi Fatah Al-Islam, mais que l’administration Bush a également financé ce groupe terroriste pour contrer le Hezbollah. Ma source est en Anglais et j’en suis désolé http://www.newyorker.com/reporting/2007/03/05/070305fa_fact_hersh

    Vous concluez en affirmant que le président Assad est aux abois politiquement, au plus bas, et qu’il tente de trouver des relais. Et si nous tentions une autre lecture vous et moi ? La Syrie sait parfaitement qu’aucun tribunal ne pourra honnêtement prouver son implication, parce qu’elle se sait non coupable. Politiquement, Israel est au plus bas, et on peut en dire autant de Bush. Les USA sont pris dans deux bourbiers (Irak, Talibans), ils se battent contre la Chine au Darfour, et l’Amérique Latine se rebelle. L’armée de Bush n’ira pas en Iran. Si Israël veut déstabiliser l’Iran, il ira seul.

    Pour ma part, en tant que spectateur, et stratégiquement, je trouve la Syrie et l’Iran très habiles. J’insiste en précisant que je ne partage pas leur position, mais politiquement, et en terme de guerre froide, ils ont parfaitement bien compris les enseignements de Machiavel.

    Amitié



  • pazuzu pazuzu 16 juillet 2007 22:44

    Excellent article qui est publié au bon moment.

    Le mouvement des citoyens est là, il va prendre de l’ampleur, même si à à ce stade rien ne permet d’en distinguer totalement la forme.



  • pazuzu pazuzu 10 juillet 2007 16:48

    Je suis bien au bureau de la désinformation ?

    C’est la CIA qui m’a donné cette adresse smiley

LES THEMES DE L'AUTEUR

Médias Cinquième Pouvoir






Palmarès