• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pehachem

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 54 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Pehachem 21 février 2009 09:13

    Ce raisonnement sur la quantité de population, s’il est argumenté, pourrait justifier la transformation de la France archaïquement jacobine d’aujourd’hui en une fédération de régions réellement plus autonomes.


  • Pehachem 22 décembre 2008 14:12

    "La Garde meurt, mais ne se rend pas !" (Cambronne, 1815)


  • Pehachem 9 décembre 2008 14:11

    Il est vrai que les gains au jeux ne sont pas taxés en France... mais c’est parce que les mises l’ont déjà été !

    Pour le Loto, il me semble que la moitié des mises passent dans les caisses de l’Etat... avant la distribution des gains, qui peuvent se permettre d’être nets d’impôts.


  • Pehachem 6 décembre 2008 08:32

    Un modèle basé sur la croissance ne peut pas être pragmatique.

    Une croissance de 3% par an, cela s’appelle une croissance exponentielle... mais il ne peut pas exister d’exponentielle durable dans un monde fini, parce que la croissance se cogne forcément aux limites du monde.
    Il n’existe pas d’exponentielle dans la Nature, Il n’y en a que dans les livres et dans l’esprit des théoriciens. C’est sans conséquences pour un mathématicien qui manipule l’infini, mais c’est grave pour un politicien dont la mission est concrète.

    Réalisons que notre modèle de civilisation a rencontré ses limites. Elles s’appellent réchauffement climatique, pollution de l’eau, désertification des océans, pénurie d’énergie, ...

    Il est peut-être encore temps de changer de modèle, et celui de la décroissance en est bien un autre.
    En tous cas, le modèle qui nous a conduit au point où nous en sommes n’est plus tenable. Je le crois près d’entraîner des catastrophes pour l’humanité, voire son extinction pure et simple. A moins que ce soit plutôt Soleil Vert...


  • Pehachem 23 octobre 2008 22:46

    @ l’auteur
    Vous commettez une erreur.

    1 - le système est constitué de deux parties. D’une part les "pesons" qui se déplacent le long des rayons, à des instants soigneusement choisis pendant la rotation. D’autre part le reste de la roue qui ne se déforme pas et reste identique à lui-même pendant la rotation.

    2 - règlons tout de suite le cas de la deuxième partie : le côté qui monte et le côté qui descend sont symétriques, donc ils s’équilibrent. Cette partie ne saurait donc être la cause d’un quelconque mouvement (sinon, les cyclistes le sauraient depuis longtemps)

    3 - en ce qui concerne les pesons : considérons-en un, pendant exactement un tour de la roue (je suppose que la roue tourne) :

    3.1 - Son trajet commence tout en haut, à l’altitude maximale H. Comme la roue tourne : il descend tout en bas, jusqu’à l’altitude minimale h. Ce faisant, il transforme l’energie potentielle de cette descente en énergie cinétique, laquelle est transmise à la roue et en accélère la rotation... Je précise - et c’est important - que l’énergie potentielle ne dépend que des altitudes H et h (on démontre mathématiquement qu’elle est indépendante du trajet suivi)

    3.2 - Mais maintenent, il lui faut remonter ! Il part cette fois de h et doit remonter jusqu’à H pour recommencer un cycle... ce qui l’oblige à acquérir exactement la même quantité d’énergie potentielle que celle perdue lors de la descente. Pour le faire, il doit transformer de l’énergie cinétique de la roue. Pour être précis ; il doit reprendre à la roue EXACTEMENT la même quantité d’énergie cinétique que celle qu’il avait pu lui donner en descendant.

    Et ça, c’est dans un environnement idéal où l’energie cinétique acquise par la roue lors de la descente du peson est encore là pour qu’il puisse la récupérer à la remontée.

    Or, dans le monde réel, les frottement en ont dissipé une partie... Le résultat est que la roue finit par s’arrêter, plus ou moins vite selon le soin apporté à minimiser les frottements qui a été mis dans sa fabrication...

    A moins, bien sûr, qu’il y ait un apport d’énergie extérieure, assez pour compenser les frottements. Comme par exemple si les rayons étaient légèrement profilés pour que la roue joue le rôle d’éolienne. Et là, vous avez peut-être trouvé une oeuvre d’art !

    Noter qu’on peut mettre des ressorts, des poulies multiples, des systèmes de contrepoids... qu’importe : chacun de ces sous-systèmes devra recevoir de l’énergie ET la restituer en totalité... au cours d’un tour de roue... sous peine de ne pas pouvoir revenir dans la position qui était la sienne au tour précédent... ce qui dégraderait sa performance à chaque tour. Là aussi, les frottements sont fatals.

    Voilà. Pas de mouvement perpétuel. Point.
    Si vous croyez le contraire, je vous recommande d’ouvrir un cours de physique de classe de seconde : la preuve de cette impossibilité y est accessible au lycéen.
    Si vous ne faites pas cet effort et si vous persistez dans votre prosélytisme, alors vous confondez certitude et preuve et vous êtes un imposteur.







Palmarès