• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pépère 1952

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Pépère 1952 3 décembre 2008 14:26

    Le débat est terriblement émotionnel. Mais peut-il être autre ? La Suisse a vécu un immense débat sur la pédophilie, des cas d’un gravité extême ont fait la "une" des journaux alimentant ainsi la discussion et augmentant la pression publique au jour le jour. L’initiative de la "marche blanche" a bénéficié de ces circonstances particulières pour être acceptée à une courte majorité par le peuple. L’émotion est l’ennemie de la justice. Peut-on appliquer un texte d’un flou artistique quant à la définition des actes pédophiles et de la puberté ? L’assassinat est le crime le plus grave que connaît le Code pénal, il est prescriptible. Les victimes d’actes pédophiles vont en souffrir toute leur vie, cela est évident ; l’imprescribilité changera-t-elle quoi que ce soit à cette souffrance ? J’en doute fortement. Un texte de loi ne changera strictement rien du tout à la situation actuelle de la société. Le code pénal suisse actuel prévoit la possibilité pour l’abusé de dénoncer son ou ses abuseurs durant 30 ans après leur majorité.L’initiative n’ajoute absolument rien à la volonté du législateur de sanctionner sévèrement des actes qui relèvent, pour la plupart du temps, plus de la psychiatrie que du Code pénal.


  • Pépère 1952 2 décembre 2008 13:16

    Vous écrivez : se recentrer sur l’homme... oui, bien sûr... mais ne faudrait-il pas en tant que croyant se recentrer sur Dieu pour ensuite aller vers l’homme ?


  • Pépère 1952 2 décembre 2008 13:10

    Votre article est intéressant, très bien documenté et remarquablement accessible à tous. Peut-être faut-il ajouter que les plus anciens textes qui composent ce que nous appelons le Nouveau Testament ne sont pas les Evangiles mais les épîtres de Paul.
    Les Evangiles ne sont pas les textes fondateurs du christianisme mais sont apparus par nécessité. Les premiers témoins, les témoins directs ayant disparu il fallait mettre par écrit les paroles du Maître. Vous défendez avec raison l’hypothèse des deux sources.
    Il est par ailleurs évident que l’Evangile de Jean porte l’empreinte grecque et celle-ci marquera toute la théologie de la primitive Eglise. La philosophie et la théologie vont devoir cohabiter (Justin de Rome, Clément d’Alexandrie, Origène par exemple). De plus l’Eglise latine a été curieusement absente des grands conciles dits oecuméniques qui ont promulgé les fondements (dogmes) de la foi chrétienne.
    Merci de cette remarquable vulgarisation. Continuez !







Palmarès