• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Petitemarie

Esthéticienne, jeune maman, je n’ai malheureusement pas les compétences ni les connaissances économiques, scientifiques ou judiciaires pour me mesurer à nombre de rédacteurs ici bas, mais étant curieuse de nature et refusant d’être un mouton, j’aime confronter mes opinions à celles des autres. J’espère trouver ici l’ouverture d’esprit prônée par les articles de présentation d’AGORA VOX.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Petitemarie 17 avril 2008 10:31

    Malheureusement, la législation impose déjà aux parapharmacies d’avoir un pharmacien en leur sein. Sauf que rien qu’en Lorraine, il y a déjà 2 para Leclerc qui n’en n’ont pas et n’arrivent pas à en recruter en raison d’un salaire trop faible. Ce qui ne les empèche pas de continuer à ouvrir chaque jours et à vendre leur produits.

    Quant à former le personnel des parapharmacies, à ma connaissance, si les pharmaciens ont besoin de 6 ans d’études pour arriver à leur degré de connaissance, je ne pense pas qu’une formation d’une heure ou deux assurée par un laboratoir entre deux clients soit un gage de qualité.

     


  • Petitemarie 17 avril 2008 10:25

    Merci pour ce post édifiant.

    Je pense en effet que c’est tout un système de valeurs qui est en train d’être remis en questions avec toutes les "réformes" actuelles.

    La question réelle est : accepterons-nous un tel retour en arrière sous prétexte de "protection" du pouvoir d’achat ou d’uniformisation européenne ?

    Que tout un chacun se demande déjà s’il ne dépense pas trop dans des objets futiles potentiellement dangereux (cf. Portables ou micro-ondes) avant d’attaquer le système de santé français qui était un des pilliers de notre démocracie.

    D’autre part, habitant l’Alsace, nous n’avons pas ou presque de centres Leclerc. Cela signifie-t’il que si M. Leclerc passe son projet, nous serons pénalisés ? Faudra’t-il que le législateur se mêle en plus du grand combat entre GMS, et imposer un centre Leclerc dans chaque ville ?

    Non, vraiment, je crois qu’il y a des secteurs économiques où ce genre de "progrès" n’a pas sa place.


  • Petitemarie 16 avril 2008 13:39

    Là, je crois qu’on rentre dans un autre débat, mais peut-être ce médecin ne connaissait-il pas votre sensibilité à ce produit. Nul n’est omniscient. Quant à savoir ce dont on souffre avant d’aller voir un spécialiste, je ne pense pas que ce soit en regardant des films à la télé que l’on puisse être sûr de soi. d’autant qu’audimat oblige, on ne traite dans ces cas-là que de pathologies lourdes, rarement représentatives de ce dont souffre le "commun des mortels".

    Pour en revenir au sujet qui nous occupe et pour rebondir sur votre remarque, peut-être votre pharmacien aurait-il dû vous alerter. Et la question reste entière : vendre des médicaments en GMS ne risque’t’elle pas d’augmenter les problèmes induits par une prise de médicaments sur du long terme, avec personne pour vous conseiller (car, enfin, en admettant que Leclerc mette un pharmacien dans chaque para, ce qui est loin d’être le cas actuellement, bien que la législation l’y oblige normalement, quel pharmacien acceptera d’être là 24h/24 sauf le dimanche ? le conseil pharmaceutique ne pourra donc pas être respecté malgré ce qu’en dit M. Leclerc.)

     


  • Petitemarie 16 avril 2008 10:55

    Et je voudrais aussi insister sur le problème de nos chers compatriotes qui, à force de voir des séries télé sur les médecins arrivent en consultations avec le diagnostique de ce dont ils souffrent déjà formé dans leur tête et souvent même formulé au médecin ! Je n’ose pas imaginer ce que donnera l’automédication en france dans les années qui viennent !


  • Petitemarie 16 avril 2008 10:53

    Bonjour,

    Je me trompe peut-être, mais le risque des médicaments en vente libre n’est pas seulement lié à une surconsommation immédiate, mais peut être plutôt à des effets secondaires ou à long terme indésirables, que le consommateur, même éclairé par une notice complète, ne peut pas envisager seul.

    Peut-être faudrait-il chercher du coté du nombre de décès par cancer ou autres maladies induits par une prise à long terme de médicaments mais sans que la surconsommation immédiate ne soit avèrée (genre, aspirine ou autre qui fragilise l’estomac sur du long terme et risque d’entrainer des lésions plus ou moins réversibles et plus ou moins fatales, etc)...Mais le problème, c’est qu’à ma connaissance, on ne peut pas lier de manière certaine les causes de ces maladies fatales avec une prise à long terme de médicaments...

    Sans compter que pour faire des médicaments moins chers, on va chercher des excipients moins chers, et eux ne sont pas vérifiés au niveau de la qualité (bon, là, on rejoint plutôt un débat sur les génériques, mais à terme, on devrait aussi les retrouver en GMS, je pense), donc un risque accrus pour le consommateur si on les mets en vente libre.

     







Palmarès