• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Philippe Paul

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • philippe51 27 février 2007 02:09

    Ce qui se passe actuellement en France la fait ressembler de plus en plus aux Etats-Unis d’Amérique (où je vis).

    Dans ce pays, les médias ne consacrent pas de temps d’antenne ou d’article pour d’autres partis que les deux gros, Républicain et Démocrate. La majorité des américains ignore l’existence de partis comme le parti socialiste, le parti communiste, le parti libertaire, les verts, les philosophes, etc... ce qui fait que ces partis restent des corpuscules.

    Au mieux, j’ai entendu les médias discuter s’il fallait ne considérer que les candidats « viables », mais c’était au niveau plus local des élections dans un des états de l’union, jamais au niveau fédéral.

    Le problème créé par cette réduction est de déaffranchir l’immense majorité des sujets. Seuls ceux mentionnés par les « gros » candidats seront relayés par les médias. Les remises en question sont donc évitées. Il n’y aura que l’infime pourcentage de la population qui en veut plus qui écrira et lira la tribune libre des journeaux ou des blogs, les chaînes de TV restant silencieuses pour ces dissidents.

    A l’inverse, un système qui offre la voix à tous fait que les électeurs entendent trop d’information et ne savent plus quoi écouter ou faire. De plus, l’abondance de candidats permet à certains groupes de percer au niveau national, on se souvient de la surprise Le Pen en 2002. Aussi l’équilibre est-il difficile à trouver.

    Un autre facteur de ressemblance aux Etats-Unis est l’introduction quasi-silencieuce en France des machines à voter informatiques. Seuls quelques citoyens concernés en parlent, alors que les médias devraient publiciter l’événement.

    Les médias ont (ou devraient avoir...) pour vocation première d’informer les citoyens, seconde d’analyser l’information. Ils péchent par omission quant ils ne cherchent pas et ne présentent pas l’information ou pas toute l’information. Ils péchent par action quant ils s’allient au gouvernement ou à des intérets particuliers. Les médias principaux, chaîne de TV diffusant aux heures d’affluence, ont beaucoup de pouvoir et donc de lourdes responsabilités. Leurs silences peuvent avoir une porté de censure. Qui les fera faire leur examen de conscience ?

    Pour en revenir sur ma première phrase, j’espère que la France saura reconnaître à temps le dérapage vers la tendance américaine, pas forcément voulue ou recherchée, mais qui s’instale insidieusement puisque tirée par les mèmes motivations de pouvoir ou de profit.







Palmarès