• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

philippezimmer

philippezimmer

 Homme, 56 ans. Citoyen lambda

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • philippezimmer philippezimmer 11 décembre 2008 22:19

     Je confirme, sans pouvoir les chiffrer, que de telles augmentations dans ce secteur d’activité, ont également cours en Belgique.
    J’ai commencé à travailler chez un Entrepreneur de Pompes Funèbres (EPF) en 1997, soit peu avant le début de la période décrite dans l’article de base.

    Mes conseils :

    • tant que vous êtes en bonne santé, surtout intellectuelle, réfléchissez déjà, si possible en couple et avec vos enfants, à ce que vous souhaitez pour vos funérailles.
    • écrivez un brouillon de ce que vous souhaitez :
    1. choix du mode de sépulture, inhumation ou incinération,
    2. genre de cercueil avec sa garniture,
    3. avis nécrologique dans la presse, au moins un aperçu,
    4. style de la cérémonie, religieuse, philosophique ou civile,
    5. où ira ma dépouille ou ses cendres ? Suis-je le bénéficiaire d’une concession de sépulture ?
    • contactez différents EPF, exposez leur vos souhaits et demandez un devis.
    • contactez votre mairie et demandez, si vous n’en avez pas, à vous ouvrir un droit de concession au cimetière pour une tombe, avec ou sans caveau(x) ou un emplacement en columbarium.
    • si votre mairie vous accorde une concession, mettez-vous en règle en ce qui concerne le monument. Beaucoup de commune exigent la pose du monument dans un certain délai à dater du jour de l’octroi.
    • contactez différents marbriers et faites établir des devis. Attention ici, non seulement à la qualité des matériaux mais surtout à celle de de l’exécution des travaux.
    • dès que vous le pouvez, faites réaliser le monument. Assistez, si possible, à la confection des fondations et à la pose du monument lui-même : une fois le monument en place, ces détails sont invisibles.
    • contactez l’EPF que vous aurez choisi et demandez-lui de vous proposer un contrat.
    1. n’hésitez pas à le faire modifier selon VOS désirs et exigez qu’apparaisse une clause stipulant que des services supplémentaires ne sont pas souhaités, mais qu’ils peuvent être ajoutés s’ils ne donnent pas lieu à une augmentation de la facture.
    2. acceptez par contre une clause liant le montant à régler à l’évolution du coût de la vie.
    3. veillez à une clause de résiliation ; elle doit être réciproque.
    4. n’achetez pas nécessairement le monument chez l’EPF, comparez son prix avec celui des marbriers.
    5. NE REGLEZ JAMAIS LE MONTANT DE VOS FUNERAILLES A L’EPF. Il peut faire faillite, être malhonnête ou son entreprise peut disparaître sans qu’il n’ait transmis le contrat.
    • pensez malgré tout à un financement .
    1. Vous pourrez le faire par le biais d’un compte en banque spécialement affecté à cet usage. Comme il s’agit d’un compte épargne à relativement longue durée, vous devriez bénéficier d’intérêts un peu plus élevés que ceux fournis par un livret ordinaire et ceux-ci couvriraient à peu près l’évolution du coût de la vie. Sans oublier qu’il vous serait aussi possible d’alimenter ce compte au fil de vos disponibilités financières.
    2. Vous pourriez aussi souscrire à une assurance-décès calculée en fonction de votre âge et de la valeur du contrat. Il en existe, quoiqu’en disent les EPF, de très bonnes.
    • N’hésitez pas, si vous en connaissez un, à contacter un EMPLOYE de pompes funèbres : ils sont bien au courant des prix, des posiibilités et des démarches. Beaucoup, souvent de manière anonyme, se feront un plaisr de vous aider et de vous guider dans votre recherche. Leur intérêt : ils travaillent en indépendants pour une banque ou pour une compagnie d’assurances, il faut bien, quelque part, trouver un complément au salaire proposé par l’EPF.






Palmarès



Agoravox.tv