• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Piotr

Piotr

Après une activité professionnelle dans l’administration hospitalière publique, je découvre la vie du retraité. Une de mes passions est l’informatique en général, et internet en particulier. Je gère quelques sites dont un site personnel. et un site sur la vie dans ma ville à Roscoff dans le Finistère .
J’aide des associations locales à créer leur site et j’ai ouvert deux ou trois blogs, sur des thèmes spécifiques dont un site de voyage en cargo vers la Patagonie.

Tableau de bord

  • Premier article le 11/11/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 2 27
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Piotr Piotr 11 juillet 2010 20:03

    Malheureusement, les histoires, même belles ne se terminent pas très bien.

    De cette aventure, il restera des écrits, des photos, quelques pages de l’histoire de ce bateau et du chantier naval « Kerenfors » de Roscoff où il fut construit.

    Que s’est-il passé ?

    Une fois arrivé à Roscoff, ce bateau n’a pas trouvé de place définitive où avec une protection contre les intempéries, il pouvait attendre quelques années, pour se refaire une santé, non pour naviguer ( c’était trop tard ) mais comme témoin de la longue activité maritime de la ville.
    Malgré de nombreuses démarches, il n’a pas été possible de trouver 50 m² qui serait devenu un chantier temporaire pour y entreprendre des travaux de restauration.
    Devant ce constat, nous avons chercher pendant deux bonnes années des passionnés ( particulier ou association ) qui puissent continuer cette belle histoire. 
    Au début de cette année, 2010, un jeune charpentier de marine a eu le coup de foudre pour le « Vagabond ». Il se donnait une dizaine d’années pour « refaire » ce bateau à partir de l’ancien. Il avait entrepris le travail, déposé le moteur. Pour l’équipe qui avait souhaité sauver ce bateau de la destruction, ce fût un grand soulagement. 
    Mais, lorsque les manoeuvres de déplacement ont débutées, il est apparu que les trois années passées à l’extérieur avaient bien affaibli ce vieux bateau. Il a commencé à « craquer ».
    Le jeune charpentier a réalisé que sont projet n’aboutirai pas.
    Devant ce bateau qui ne pouvait plus se déplacer, qui était provisoirement sur un terrain privé pour une durée limitée, il n’y avait plus de solution.
    La décision de destruction a été prise la mort dans l’âme. Il n’était pas possible de laisser à cet endroit un bateau sans projet.
    Il n’a pas été brûlé, mais démonté pièce par pièce.


  • Piotr Piotr 1er février 2006 13:08

    Cette observation à propos de la gestion du réseau téléphonique paraît très judicieuse. Actuellement l’évolution du téléphone est très rapide. Le grand public s’y perd quand il tente de comparer les avantages et les inconvénients d’un fournisseur par rapport à l’autre. C’est d’autant plus difficile que les conditions tarifaires évoluent en permanence. Les fournisseurs annoncent par exemple la gratuité sur tout le territoire sauf les téléphones mobiles et quelques numéros spéciaux. Puis l’on s’aperçoit que téléphoner chez un correspondant est payant si celui-ci est abonné chez un autre fournisseur que le sien. Si l’on a un problème technique, le fournisseur, s’il n’est pas les Telecom, vous dit que le problème vient du réseau Telecom qui répond à son tour que le problème vient du concurrent (Free, Alice, Club-internet ou autres...). En final, c’est le client qui fait les frais de cette « guerre commerciale » sans concession. D’où, l’intérêt de voir la gestion du réseau confiée à une société indépendante des fournisseurs. Ces derniers, tous confondus doivent se méfier. Les clients mécontents vont s’éloigner d’eux lorsque la technique rendra plus « pratique » la téléphonie par les logiciels du type « Skype » ou « Wengo ».







Palmarès