• samedi 19 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

PiXels

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 202 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Cet auteur n'a pas encore publié d'article

Derniers commentaires

  • Par PiXels (---.---.58.167) 11 mai 2012 18:08
    PiXels

    @ Pierre JC Allard


    « @ PIXels


     La démocratie est un projet motivant. »


    Bien d’accord avec vous Pierre JC !

    Mais à condition de savoir ce que l’on entend par démocratie !

    Le reproche que je fais à l’auteur dans ce fil c’est, d’avoir bâti son texte sur une idée précise de la démocratie ( la définition qu’en donnait Montesquieu) et de laisser entendre que ce que nous « subissons » depuis plus de deux siècles correspondrait peu ou prou à cette définition.


    Comme je le rappelle plus en détail dans un précédent commentaire, cette usurpation du vocabulaire participe à mes yeux activement à la stratégie éprouvée de la « fabrication du consentement ». 

    Ensuite, de deux choses l’une :
      soit il a écrit « en toute connaissance de cause » et vous aurez compris que je ne pourrai jamais être d’accord avec lui sur ce point.
       soit il a commis cette « erreur » par « habitude de langage » et il eût peut-être été préférable pour lui de le reconnaître simplement (pour éventuellement commencer à se « désintoxiquer » de l’utilisation abusive de ces formules mensongères.)
  • Par PiXels (---.---.58.167) 11 mai 2012 17:38
    PiXels

    « Montesquieu : « Comme la plupart des citoyens, qui ont assez de suffisance pourélire, n’en ont pas assez pour être élus ; de même le peuple, qui a assez de capacité pour se faire rendre compte de la gestion des autres, n’est pas propre à gérer par lui-même. »
    Source : 
    http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie_repr%C3%A9sentative

    Je pense que c’est clair.. »



    OUI TRÈS CLAIR !

    Ou plus exactement j’hésite encore un peu.


    Votre réponse ne semble pouvoir s’expliquer que par 3 raisons :

     - soit, pour paraphraser le regretté Coluche, vous voulez vendre de l’intelligence et de la culture et vous n’avez même pas un échantillon sur vous.
     
     - soit vous avez votre carte d’adhérent à l’ AMFGE*.

     - soit vous me prenez pour un gros « beu beu ».

    à moins que nous ayons affaire à un petit mix des trois solutions !

    Que vous ne connaissiez pas TOUT Montesquieu « dans le texte » n’est pas une tare, loin s’en faut. Vous ne seriez pas un « cas » isolé et, je vous rassure je ne dors pas avec « L’esprit des Lois » sous mon lit.
    Que pour combler vos « lacunes », vous alliez (enfin) à la pêche aux « informations » ou aux « vérifications » est plutôt une bonne nouvelle (vous auriez peut-être dû commencer par là, vous vous seriez alors évité d’avoir à tenter de justifier l’injustifiable !)

    Mais vouloir parer au plus pressé vous pousse à la précipitation :
    vos recherches et surtout vos analyses sont insuffisantes (travail bâclé aurait dit mon professeur !)

    Alors je vais vous aider.

    Aurais-je écrit ou même seulement suggéré que Montesquieu aurait été FAVORABLE à un système de République démocratique pour la France ?

    Si vous aviez seulement LU la citation de Wikipédia que je vous ai retranscrite dans mon 1er commentaire vous auriez noté ceci :
    « Montesquieu voit ce système [la démocratie] comme plus adapté aux communautés de petite taille »

    Montesquieu est mort est mort en 1755 soit 34 ans AVANT la révolution française.
    Il a donc vécu intégralement sous un régime monarchique et n’a JAMAIS connu la République.

    Où avez-vous vu une quelconque référence dans votre citation à « la démocratie » ?

    Ce mot figure-t-il quelque part ?

    Bien évidemment NON !...et pour cause :

    cette phrase n’a AUCUN rapport avec la démocratie au sens où l’entendait Montesquieu
    Elle ne concerne que son point de vue sur ce qu’il considérait comme souhaitable pour la gouvernance d’une Nation. 
    Et il n’a jamais écrit qu’il considérait que la démocratie était un système souhaitable pour la France (mais peut-être avez-vous un lien qui démentira ?)

    Votre réponse ne fait donc que confirmer que vous semblez découvrir qu’il considérait (mais était-ce si aberrant de le penser à son époque compte-tenu du niveau moyen d’éducation du « peuple » ?) que le Peuple n’était pas apte à gouverner ! (et je ne sais pas pourquoi, mais je ne suis pas très loin de penser que vous partagez ce point de vue....bien que les données aient passablement changé depuis !)

    Soit donc vous pensiez que votre citation précisait sa vision de la « démocratie » et vous démontrez que vous persistez à affirmer sans savoir et sans même prendre la peine de vérifier sérieusement.

    Soit vous saviez que cette citation n’a aucun lien avec la notion de démocratie « selon Montesquieu » et vous vous enfoncez dans la malhonnêteté intellectuelle la plus crasse.

    A mon tour de vous dire :
    je pense que c’est clair !

    * AMFGE : association des « mauvaise foi grande envergure »
  • Par PiXels (---.---.58.167) 11 mai 2012 11:26
    PiXels
    « Si vous dites que la démocratie n’existe plus depuis la Grèce antique, alors elle n’a jamais existé.

    A l’époque, chaque cité était indépendante, et à l’intérieur, les citoyens représentaient quoi ? 1/10 de la population. Les autres n’avaient pas le droit de participer. Maintenant on les fait voter, ces 9/10. »



    Je ne pense pas pas dénaturer la teneur des propos de l’auteur en reformulant SA phrase 
    «  Il convient de dresser un constat : la Démocratie, au sens où l’entendait Montesquieu, va mal, et ce, depuis plusieurs dizaines d’années…. » 
    de la façon suivante :

     1) la « démocratie » telle que l’entendait Montesquieu EST le modèle de la société dans laquelle nous évoluons.(sinon la phrase serait incohérente)
      2) CE modèle (la « démocratie » telle que l’entendait Montesquieu ) se délite depuis plusieurs dizaines d’années

    L’objet de ma « Réaction » était de lui faire remarquer que « la démocratie telle que l’entendait Montesquieu » ......n’avait jamais eu cours en France !

    Que lui (l’auteur) botte en touche en faisant semblant de ne pas noter la différence entre 
    la démocratie telle que l’entendait Montesquieu
    et
    la démocratie telle que « la définition qu’il en donne » (après qu’on lui ait fait remarquer qu’il avait écrit une grosse ânerie, car dans son article il n’est question QUE de la démocratie telle que l’entendait Montesquieu )
    qu’il se défausse en répondant à côté de la question sera peut-être susceptible de duper quelques naïfs mais cela reste « de bonne guerre ».

    Le FOND du PROBLEME que j’ai voulu soulever est cette stratégie de manipulation intellectuelle très élaborée qui consiste à RETOURNER le sens des mots pour faire accepter à la populace des ignominies.
    Ce n’est pas par hasard si on nous parle de « plans sociaux » en lieu et place de « licenciements massifs » (sociaux, comme la TVA sociale), de « réformes » (Changement de caractère profond, radical apporté à quelque chose, en particulier à une institution, et visant à améliorer son fonctionnementpour « casse des acquis sociaux », de « pédagogie » pour « lavage de cerveau », etc. etc.
    Il est évident que pour faire croire au bon peuple qu’il est « maître de son destin », mieux vaut lui dire qu’il est en « démocratie », même si c’est archi-faux.
    Reconnaissez qu’apprendre que notre régime est en réalité une « oligarchie aristocratique » serait pour nombre de nos concitoyens assez dur à avaler....et pourtant c’est la réalité !

    Pour plus de précisions c’est ICI

    Pour ce qui est de votre remarque, je suis assez d’accord avec vous :
    La vraie démocratie n’a jamais existé.
    Mais il ne serait pas raisonnable de vouloir faire des comparaisons stricto sensu avec la république d’Athènes :
     les époques et donc les moeurs sont intrinsèquement différentes.
    Et encore une fois ce n’est pas parce qu’on « autorise » ces 9/10 à choisir entre bonnet-blanc et blanc-bonnet ou entre la peste et le choléra qu’ils sont en « démocratie » ;
    C’est même tout l’inverse !
  • Par PiXels (---.---.58.167) 10 mai 2012 21:31
    PiXels

    « Je rappelle que le sujet portait sur les carences de cette Vè Constitution et invitait au débat d’idées sur les solutions à apporter  »


    « Et invitait au débat d’idées sur les solutions à apporter. »

    Désolé tout le monde n’est pas familier avec les us et coutumes en vigueur à  l’Ecole Supérieure de Police de Saint Cyr au Mont d’OR !

    Moi, quand je lis
    « C’est, à ces conditions ci-dessus définies, que notre pays retrouvera sa dignité républicaine. »
     j’ai plus le sentiment d’être confronté à une assertion définitive proche de la « vérité révélée » qu’à une « invitation au débat d’idées » !

    En même temps, je comprends mieux que vous preniez pour « référence » 
    («  Jacques Julliard, dans son éditorial (Marianne du 21 janvier dernier) , n’écrivait-il pas ... »...écrivez-vous !)
    un type qui, passé sans complexe de la défense du trotskisme à celle du libéralisme le plus débridé (mais la défense de ses intérêts propres n’ a bien entendu aucun lien avec cette « évolution »- ?!- « idéologique » !), s’est autorisé tout récemment rien de moins que de traiter (en filigrane) les 3 984 822 électeurs de Jean-Luc Mélenchon d’abominables nazis et d’horribles bolcheviques mangeurs d’enfants (j’admets, les précisions « abominables », « horribles » et « mangeurs d’enfants » ne sont que pures inventions ... mais pour le reste voir ICI

    Et pour le cas où vous ne seriez pas convaincu par le haut niveau d’expertise du sus nommé cette excellente définition de l’excellentissime Sébastien Fontenelle :

    "c’est qu(o)i, exactement, Jacques Julliard ?

    Réponse : Jacques Julliard, c’est le forgeron du consentement, tu sais, qui (parmi plein d’autres, mais avec une rare persévérance) fut naguère l’un des inventeurs d’une « deuxième gauche » qui avait ceci de très particulier qu’elle était surtout une deuxième droite « affublée d’un faux nez rose » , qui,« grâce à son déguisement, a pu réussir là où la première avait échoué ».


    L’article complet ICI : Jacques Julliard n’Est Pas Content


  • Par PiXels (---.---.58.167) 10 mai 2012 19:02
    PiXels
    Vous écrivez :
    «  Il convient de dresser un constat : la Démocratie, au sens où l’entendait Montesquieu, va mal, et ce, depuis plusieurs dizaines d’années…. »

    Je suis au regret de vous contredire formellement :
    « la Démocratie, au sens où l’entendait Montesquieu » NE va PAS mal, ...depuis plusieurs dizaines d’années….« et pour cause ....

    La Démocratie AU SENS OU L’ENTENDAIT MONTESQUIEU n’a jamais vu le jour en France (ni d’ailleurs nulle part dans le monde depuis Athènes il y a 2500 ans)

    WIKIPEDIA
     »Montesquieu distingue alors trois formes de gouvernement, chaque type étant défini d’après ce que Montesquieu appelle le « principe » du gouvernement, c’est-à-dire le sentiment commun qui anime les hommes vivant sous un tel régime :
      - La MONARCHIE « où un seul gouverne, ...

      - La RÉPUBLIQUE « où le peuple en corps, ou seulement une partie du peuple, a la souveraine puissance », comprenant deux types :
          La Démocratie, régime libre où le peuple est souverain et sujet. Les représentants sont tirés au sort parmi les citoyens qui sont tous égaux. Elle repose sur le principe de vertu (dévouement, patriotisme, comportements moraux et austérité traditionaliste, liberté, amour des lois et de l’égalité). Montesquieu voit ce système comme plus adapté aux communautés de petite taille.
         L’ aristocratie, régime où un type de personnes est favorisé à travers les élections.Repose sur le principe de modération (fondée sur la vertu et non sur une « lâcheté ou paresse de l’âme ») pour éviter le glissement à la monarchie ou le despotisme.

       - Le DESPOTISME, régime d’asservissement où « un seul, sans loi et sans règle, 
    entraîne tout par sa volonté et par ses caprices » dirigé par un dictateur ne se 
    soumettant pas aux lois, qui repose sur la crainte.


     « La démocratie, régime libre où le peuple est souverain et sujet. Les représentants sont tirés au sort parmi les citoyens qui sont tous égaux. »

    Vous pouvez me rappeler la dernière fois où nous (le peuple) avons participé à un tirage au sort ?
    Ou avez-vous vu que le peuple était « souverain » ? (quand après avoir refusé le TCE par référendum celui-ci lui a été quand-même imposé par le « monarque élu », peut-être ?)

    Il serait BEAUCOUP trop long de détailler ici tout ce qui fait que notre système N’EST PAS une démocratie !!
     
    En résumé   AU SENS OU L’ENTENDAIT MONTESQUIEU  ce que vous nommez « démocratie » est en réalité « l’aristocratie » !!

    Mais c’est vrai que « toute vérité n’est pas toujours bonne à dire » et nos sympathiques « aristos républicains » le savent mieux que quiconque.

    C’est par ce subterfuge que l’on fait croire aux gogos qu’en allant voter ils sont maîtres de leur destin et que de ce fait il leur est interdit de se plaindre des conséquences désastreuses d’un ....« mauvais choix collectif » !

    On oublie bien évidemment de rappeler aux « citoyens » que de (vrais) choix, ils n’en ont jamais ! (au mieux bonnet-blanc/blanc-bonnet.... au pire, peste ou choléra...)
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération