• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Policar

Professeur agrégé de sciences sociales à la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges. Nombreuses contributions aux pages "Rebonds" de Libération et "Débats" du Monde. Rédacteur en chef des Cahiers rationalistes. A publié en octobre 2006 La Justice sociale. Les enjeux du pluralisme (Armand Colin, Cursus).

Tableau de bord

  • Premier article le 23/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4 48
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Policar 25 avril 2007 19:11

    Réponse à Dedal

    Non, Hayek est opposé à la justice sociale tout court. Mais, effectivement, il y a place dans son œuvre pour une théorie de la justice. Celle-ci doit être pensée en dehors de l’idée de distribution ou de rétribution : elle se réfère à des règles de juste conduite. Agir de façon juste, c’est agir en conformité avec les règles de l’ordre social spontané dans lequel on est inséré, ces règles constituant le droit de notre société. Il s’oppose par conséquent à toute conception « positive » de la justice qui imposerait à la « société » de pourvoir les individus de choses déterminées.


  • Policar 24 avril 2007 19:29

    Le flot des réactions s’étant quelque peu tari, je souhaitais revenir sur certaines d’entre elles, non sans avoir préalablement remercié ceux qui ont pris la peine de me lire. Certains commentaires se sont emparé du texte pour l’interpréter en termes strictement électoralistes. Je reconnais bien évidemment qu’il s’agissait d’évoquer une des raisons qui me conduiront à ne pas voter pour NS le 6 mai prochain. Mais l’essentiel n’était pas là : je formulais une hypothèse dont, soit dit en passant, je n’étais pas absolument persuadé de la validité. Certains d’entre vous ont d’ailleurs utilement réagi en limitant leur commentaire à cet aspect.

    Premier point : il n’est pas nécessaire que NS ait lu Hayek pour que le rapprochement soit fondé (cf. le texte de Jean Lasson). Mon raisonnement est le suivant : 1. Les positions ontologiques d’Hayek le conduisent à considérer la justice sociale comme un mirage 2. Il semblerait que les propos de Sarkozy, en divers domaines, indiquent une certaine dévotion à l’ordre social tel qu’il est et le renoncement corrélatif à modifier ce que le patrimoine génétique et les hasards de la fortune sont supposés faire de nous. Je reconnais, comme me le reprochent Theophraste (sans aménité) et Pompon, que ce lien aurait dû être mieux étayé.

    Deuxième point : Arturh a raison d’insister sur une formulation maladroite. En effet, seules les actions individuelles peuvent être qualifiées de juste ou d’injuste. Je voulais dire que l’on est sensible aux conséquences injustes des événements qui ne sont pas le résultat d’actions intentionnelles.

    Enfin, troisième point, je recommande de lire et relire le commentaire, certes fort bienveillant, de Todoynada car il exprime, d’une autre façon, l’essentiel de ce que j’ai voulu dire. Qu’il en soit remercié.


  • Policar 23 avril 2007 16:33

    Je ne comprends pas ce que veut dire Calmos. Je n’ai rien « fait enlever ». Je ne sais même pas comment j’aurais pu. S’il pouvait expliciter son message, j’en serais heureux.


  • Policar 23 avril 2007 10:30

    Ce commentaire est fort éloigné du propos de mon article. Le seul enseignement que l’on puisse en tirer est que son auteur supporte mal les critiques adressées à N. Sarkozy . Étrange conception du débat contradictoire !

LES THEMES DE L'AUTEUR

Citoyenneté Présidence Sarkozy






Palmarès