• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

ppazer

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 23 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Cet auteur n'a pas encore publié d'article

Derniers commentaires

  • Par ppazer (---.---.67.241) 16 août 2011 16:54
    ppazer

    @Winston Smith.
    « Ca crée de la valeur »
    . Encore faut-il le définir, car créer de la valeur n’est pas créer de la monnaie.

    De plus, les étrangers ne créent pas des euros, le monopole de création étant à la BCE. Donc l’« argent » qui vient de l’étranger, comme vous dites, ne change rien dans les mécanismes d’une zone monétaire.

    Comme vous dites, si la quantité baisse, la monnaie « vaut » plus, en effet. Donc la dette qui est libellée dans cette même monnaie vaut plus également, ce qui nous met encore plus dans le purin. Merci pour cette remarque très sensée.

    Manfestement, les mécanismes systémiques vous échappent.

  • Par ppazer (---.---.67.241) 16 août 2011 16:03
    ppazer

    @Winston Smith : Je ne suis pas sûr d’avoir compris votre commentaire. Vouliez-vous dire qu’une échappatoire possible était de partir à l’étranger ?

  • Par ppazer (---.---.67.241) 16 août 2011 15:54
    ppazer

    En accord avec le commentaire de kiouty, l’origine de la crise est le système monétaire. Vous pouvez faire tous les plans d’austérité que vous souhaitez, il est impossible de résorber cette dette.
    Pourquoi ? Eh bien parce que :
    1) la monnaie est fiduciaire, elle n’est adossée à aucun actif physique (ex. de l’or), ce qui permet à la banque centrale d’en créer autant qu’elle veut à partir de rien, et d’en détruire avec autant de facilité.
    2) la banque centrale a le monopole d’émission de la monnaie.
    3) elle émet la monnaie avec un taux d’intérêt, c’est-à-dire qu’elle demande en retour plus de monnaie qu’elle n’en a créée, ce qui conduit à une dette dont la monnaie de remboursement n’a pas été créée.

    Rembourser la dette de l’emprunt conduit donc à réduire la quantité de monnaie en circulation dans l’économie. Chaque emprunt qui est ensuite remboursé entraine une diminution de la masse monétaire. Or, pour que l’économie tourne, il faut maintenir la quantité de monnaie disponible dans l’économie, donc il faut emprunter, de plus en plus. Ainsi, la dette augmente perpétuellement. C’est mathématique.

    Ce mécanisme de base est amplifié par plusieurs facteurs :
    1) le système de réserve fractionnelle des banques privées, qui prêtent à leurs clients la monnaie qu’elle n’ont pas, puisqu’elles n’ont qu’une fraction des montants prêtés dans leurs comptes : quand trop de client d’une banque deviennent insolvables (pas tant que ça, en fait, car les réserves sont très petites), celle-ci ne peut plus couvrir les pertes et s’effondre.

    2) l’interdiction aux gouvernements d’emprunter à taux 0% à la banque centrale, les obligeant à emprunter à taux élevé aux banques privées. L’Etat est donc soumis, comme tout acteur de l’économie, à un endettement public de plus en plus élevé, absolument impossible à résorber. Cette interdiction fut faite à la France par la loi Pompidou-Giscard de 1973, puis étendue au niveau européen (article 104 du traité de Maastricht, réaffirmé par l’article 123 du traité de Lisbonne (imposé alors que les français avaient voté NON en 2005, mais c’est une autre histoire...)).

    3) les Credit Default Swap (CDS) qui permet à une banque de revendre le risque de défaut de remboursement à un tiers, ce qui lui permet de réduire d’autant sa réserve fractionnelle. Peu de détenteurs de CDS sont en fait capables d’assumer ce risque d’impayé. Ainsi, au premier défaut de paiement, c’est tout un château de cartes qui s’effondre. Et des CDS, il y en a des quantités monstrueuses en circulation !!! Tu m’étonnes que les banques flippaient avec un défaut de paiement de la Grèce !

    En conclusion, je remets ce que j’ai mis en introduction : vous pouvez faire tous les plans d’austérité que vous souhaitez, il est absolument impossible de rembourser ces dettes ! C’est mathématique.
    La dette publique, c’est avant tout une gigantesque arnaque, le plus grand hold up de tous les temps par le secteur bancaire qui a réussi d’une part à décrocher les monnaies de l’étalon or, et d’autre part à privatiser les monnaies en interdisant aux gouvernements d’emprunter à leur banque centrale.

  • Par ppazer (---.---.176.173) 15 août 2011 14:22
    ppazer

    J’ai arrêté de lire votre message à la moitié, tant il était désagréable de buter sans cesse sur vos fautes d’écriture. Dommage.

  • Par ppazer (---.---.176.173) 6 août 2011 00:08
    ppazer

    Il est bien dommage de ne pas avoir cité Jacques Cheminade, déjà candidat à la présidentielle de 1995, qui dénonçait déjà à l’époque les mécanismes mortifères de la finance, et prédisait déjà que nous nous acheminions vers la catastrophe économique que nous commençons à vivre. Il était assez visionnaire, mais malheureusement le peuple n’aime pas les cassandres. Il préfère qu’on lui chante des berceuses : c’est moins angoissant, et ça permet de mieux dormir. Alors il se laisse doucement bercer, béatement bien-heureux. Par contre, voici venir le réveil : ça va fichtrement secouer !

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération