Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Pr ELY Mustapha

Pr ELY Mustapha

Professeur d'université et consultant international.
Juriste et spécialiste en finances publiques.
Ecrivain. Informaticien réseaux et système.
Domaines de recherche : Gouvernance démocratique, finances publiques, management public, elearning, réformes judiciaires, sécuritaires et pénitentiaires.
Une quinzaine d'ouvrages spécialisés (droit, économie, finances publiques, TIC), de romans et d'essais publiés.

Tableau de bord

  • Premier article le 25/06/2011
  • Modérateur depuis le 29/06/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 35 67 658
1 mois 2 5 5
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 51 50 1
1 mois 2 2 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Par Pr ELY Mustapha (---.---.---.34) 31 octobre 12:02
    Pr ELY Mustapha

    @Layly Victor 


    Exact. Et l’on se demande si celui qui touille l’univers, n’est pas en train de le renverser, d’où les « trous noirs »....dans ma tasse de café, qui s’est renversée.

  • Par Pr ELY Mustapha (---.---.---.34) 31 octobre 11:58
    Pr ELY Mustapha

    @Hubert de la Cormorandière

    LOL

    Même dosage, même café , même tasse, même cuillère même table, même serveur, même conditions hygrométriques, même lieu de gravité identique.

    Résultat observé : L’axe de ma cueillère reste identique , ma cueillère bien que droite ne s’allonge pas , le café continue à tourner et ne déborde pas. Il est fini.

    L’axe théorique de votre géométrie euclidienne, ne s’applique pas à ma cueillère. Elle est finie.

    Mais à force de touiller dans ma tasse il n’ y a plus qu’un trou noir...
    Aux abords des trous noirs, les lois de la physique sont renversées...et mon café aussi.

    Merci Mr Hubert.




  • Par Pr ELY Mustapha (---.---.---.34) 31 octobre 10:18
    Pr ELY Mustapha

    Ma théorie.

    The Theory of Spinning Universe.

    Ni cosmologue, ni physicien, ni mathématicien, j’ai découvert autour d’un café que je touillais que l’expansion de l’univers ne vient pas d’un bigbang quelconque mais d’une brusque rotation accélérée sur elle-même d’une masse préexistante ce qui fait d’ailleurs que les galaxies ont une forme « tournoyante » que l’on sait et que les planètes et autres astres continuent à tourner sur eux-mêmes ou autour d’autres objets. Du fait justement de la force de rotation que leur fut imprimée par la force de rotation originelle.


    Et pour prétendre au prochain prix Nobel de physique, pour ma théorie de la « rotation originelle », je l’appellerai en Anglais « Theory of the Spinning Universe  ».


    Tout le travail que je vais laisser aux chercheurs à venir c’est de déterminer où se trouve l’axe originel autour duquel la rotation originelle a commencé (spinning Axis). Et donc en déduire qu’ayant un centre de rotation, l’univers tourne sur lui-même, en expansion. Mais que donc ayant un axe, il a des extrémités, donc l’Univers n’est pas infini.

    Voilà. Je retourne touiller mon café.

  • Par Pr ELY Mustapha (---.---.---.34) 31 octobre 09:24
    Pr ELY Mustapha
    @l’auteur 

    Vous écrivez :

    « Le mérite des Tunisiens, c’est d’être soudés quelles que soient leurs tendances. On peut être islamiste, RCDiste, voire merzoukiste mais avant tout, on est et on reste tunisien avec une forte assurance quant à la singularité de la Tunisie. Les Tunisiens ont capitalisé par procuration les expériences d’autres pays arabes vus comme des repoussoirs L’émergence de Daesh a été un puissant stimulant par défaut de Nidaa Tounès. De plus, l’expérience algérienne et la sollicitude directe et indirecte au nom de l’Histoire notamment forgée par l’èpreuve commune à Sakiet Sidi Youssef, de la langue, voire de la religion, ont été des voies suivies par les Tunisiens dans la lutte contre le terrorisme. L’aile occidentale de la Tunisie étant sécurisée par l’Algérie. (...) »

    C’est bien vu. Article très intéressant. 
  • Par Pr ELY Mustapha (---.---.---.34) 30 octobre 09:23
    Pr ELY Mustapha

    @Spartacus

    Vous faites DODO.


    Vous écrivez « rejeter sur l’occident à longueur de paragraphes les problèmes, c’est du misérabilisme et une grande erreur ».

    Merci pour votre commentaire, mais votre remarque est aux antipodes de l’idée qui est en filigrane dans cet article : Certes, l’occident y est certainement pour beaucoup de choses mais il s’agit davantage de mettre les pays « sous-développés » devant leur responsabilités en montrant leur place dans la marche du monde vers le progrès humain (et je ne parle pas de croissance destructrice ni de modèle occidental à suivre).

    Que vous le voulez ou non, les pays d’Afrique sont pour la plupart miséreux surendettés et surexploités par les entreprises occidentales (industrielles et financières) et la coopération tant prônée est un pis -aller face à leurs besoins en développement.

    Le « misérabilisme » dont vous parlez est davantage celui dans lequel après avoir pillé des pays entiers durant des siècles on s’évertue à vouloir les aider ; une aide qui n’est en fait qu’un intéressement à un enrichissement à sens unique. Je vous renvoie à toute la littérature sur le fiasco de l’aide publique au développement.

    Et j’en sais quelque chose puisque, je sillonne du fait de mon métier depuis des années, les pays d’Afrique dans le cadre de l’appui international au développement et je puis vous assurer que la plupart de ces pays sont dans les affres d’une dépendance économique, industrielle et politique qui ne dit pas son nom et que gèrent leurs dirigeants à leur profit (dans le « donnant-donnant » corrupteur d’une diplomatie véreuse).


    Vous parlez de l’île Maurice ? Je reviens justement de Port Louis. Ce n’est point un exemple pertinent ni par l’importance que revêt ce pays pour le occidentaux en termes de richesses minières (ex. RDC..), ou pétrolières (ex : Nigéria, Gabon… ) ni en terme de géostratégie politique ou militaire qui justifierai de le mettre en coupe réglée. La République de l’île Maurice, est un petit paradis archipélagique dont l’île principale avec ses moins que 2000 km², développe un tourisme dépendant de tours operators occidentaux et qui aujourd’hui rasant ses cultures de canne à sucre cherche, avec l’appui de capitaux occidentaux et de Mauriciens (d’origine européenne), une voie de développement verte.

    Mais les Mauriciens savent bien que ce ne sont pas eux qui ont exterminé le DODO. 

    Cordialement.







Palmarès