• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Psion

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 9 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Psion 15 juin 2007 10:14

    @ Bois-Guisbert : « J’ai fourni CINQ arguments en faveur de la peine de mort, aucun n’est discuté, sauf l’étude de trois professeurs de l’université Emory, d’Atlanta. »

    Etude que tu as botté en touche, cela dit. Et s’agissant des autres « arguments », dont les « vies sauvés » (tu continues à faire peu de cas des exécutions d’innocents, d’ailleurs), je me permets de te faire remarquer que pour autant qu’on les tiennent pour valides (l’« adéquation » ?), il s’agit de positions pour les arguments 2 et 3 correspondant uniquement à ta moralité. Ils sont dès lors indiscutables, puisqu’infalsifiables.

    Pour le 1er, ce n’est qu’une simple méconnaissance du système judiciaire, qui comprends des situations aggravantes et atténuantes, et pour le 4ème, je crois qu’il a été suffisamment démonté au fil des discussions ici-même : vu le taux minimal de récidive, et vu la confiance que nous sommes matériellement obligés de faire aux spécialistes psychiatriques, il tombe de lui même.

    Tes « arguments » sont de toute façon beaucoup trop tendencieux pour avoir un quelconque intérêt. Il ne suffit pas de penser de toutes ses forces que la réalité est ainsi que tu le crois, pour voir la réalité se plier à tes désideratas. Il n’est pas suffisant de dire que les délinquants sexuels sont « généralement incurables », pour que cela soit vrai. As-tu une seule idée du taux de guérison de ce type de pathologie ? Connais-tu les chiffres de récidives ? En Suisse, ils sont de 2%, et en France quelqu’un a avancé ici-même celui de 5% ; on est loin d’un « affaiblissement dramatique d’une société ayant perdu tous ses repères ».

    Et parler de « religion des droits de l’homme », avec tant de mépris, prouves seulement que tu ne voyages pas beaucoup, ni dans le temps (étudie ce qu’ont apportés les droits de l’homme) ni dans l’espace (regarde le besoin en droits de l’homme dans la majorité du monde).

    C’est un discours d’extrême droite classique, cela dit.


  • Psion 14 juin 2007 17:22

    @ Bois-Guisbert : Je ne voulais pas répondre, mais l’égo faisant... Et c’est vraiment trop gros.

    « Mais quoi qu’il en soit, ce n’est que si elle est explicitement prévue et résolument appliquée que la peine de mort joue son rôle de dissuasion. A Psion qui ne croit pas à la valeur de l’étude des professeurs Dezhbakhsh, Rubin et Shepherd, je réponds que moi, j’y crois. »

    Bien, donc tu y crois sans l’avoir lue. Sans avoir lu les contre-arguments. Sans pouvoir expliquer pourquoi tu acceptes les conclusions.

    En somme, tu fais feu de tout bois : parce que tu as décidé que la peine de mort était la solution, tout ce qui va dans ton sens est valable, et le reste des foutaises.

    Ca me rappelle les « débats » univoques sur la terre plate ou ronde... et inquisiteur, tu l’es assurément.

    « J’ajoute, cependant, que si ces universitaires - le dernier corps de métier à qui je ferais confiance pour parler de la peine de mort, c’est bien celui des économistes, tous mes compliments pour la pertinence de l’argument - ont déterminé que chaque exécution épargne, en moyenne, dix-huit homicides à la société américaine, je me contenterais d’un seul cas de dissuasion pour cent exécutions, pour justifier la peine de mort sans aucune discussion. »

    De 1 : le nombre de 18 est évidemment à prendre avec des pincettes. D’autres études, ce que tu saurais si tu avais pris la peine de lire l’article, articulent des évaluations allant de 3 à 14.

    De 2 : Ma remarque sur les économistes, que tu n’as pas comprise, était dirigée sur le mode de raisonnement même des économistes. Je préfèrerais de loin lire des études par les hommes les plus à même de faire de telles recherches, soit des sociologues. Ma citation des sources, citation que tu as toi sciemment ommise, démontrait que je ne tenais pas leur branche de recherche pour un argument en soi. D’où ladite citation. Mais je pense que c’est ici seulement de la mauvaise fois de ta part, personne n’est aussi distrait.

    De 3 : Quand bien même nous réussirions à sauver des vies innocentes, il faudrait ne pas perdre de vue les vies innocentes tuées. Je t’invite à relire l’article qui, chiffres à l’appui, traite du sujet. Je t’aide, ça parle deux fois du chiffre 3.

    De 4 : Quelle pauvreté de vue. Heureusement que ce type de playdoyer (reposant sur un manque total de connaissance et de compéhension) est aujourd’hui traité avec mépris. C’est signe que nos sociétés ont beaucoup appris, à défaut d’un certain nombre de leurs citoyens.


  • Psion 14 juin 2007 16:05

    @ Bois-Gisbert : "En intervenant dans ce débat sur la peine de mort, dont je suis partisan pour des raisons dont j’ai exposé quelques-unes à 13h09, je ne m’attendais pas à déclencher des torrents de larmes en faveur... des assassins.

    A l’intention de ceux qui brandissent les horreurs de la détention par rapport à un portrait idyllique que j’en aurais fait, je rediffuse le passage suivant, qui est le reflet exact et fidèle de ma pensée :"

    A des questions précises et ordonnées, tu commences par un procès d’intention puis une citation.

    Décidémment, parmi les pro-peine de mort, si l’on essaye de dépasser les lieux communs et les cris de haine, c’est le carnage.

    Même pas drôle.


  • Psion 14 juin 2007 14:34

    @ Bois-Guisbert : « La peine de mort est dissuasive comme le démontre amplement l’étude approfondie entreprise par les professeurs Hashem Dezhbakhsh, Paul Rubin et Joanna Shepherd, de l’université Emory d’Atlanta. »

    Si j’ai entendu parler de cette étude, j’ai aussi entendu parler des objections faites. Notamment du nombre trop restreint de données à analyser pour que l’étude vale vraiment quelque chose.

    De toute manière, le dernier corps de métier à qui je ferais confiance pour parler de la peine de mort, c’est bien celui des économistes. Je vais le lire malgré mes a prioris, mais je reconnais qu’il s’agit d’un délit de sale métier caractérisé. Aussi pour ceux qui veulent se faire une opinon de leur propre chef, un lien :

    http://aler.oxfordjournals.org/cgi/reprint/5/2/344

    (c’est malheureusement payant)

    http://seattletimes.nwsource.com/html/nationworld/2003742913_execute11.html

    (un article du seattletimes donnant la parole aussi au détracteurs, en anglais)

    Pour dire que la dissuasion de la peine de mort est amplement démontrée, j’imagine que tu as du lire l’étude ? Tu n’oserais pas employer de tels termes dithyrambiques sans l’avoir lue, n’est-ce pas ?


  • Psion 14 juin 2007 13:03

    @ Bois-Guisbert : « Peut-être, mais ils sont EN VIE, eux... Et heureux de l’être. A la différence de leurs victimes. Ils ne se suicident pas. Au besoin avec l’aide de quelques co-détenus qui n’aiment pas davantage les tueurs d’enfants que de petites vieilles. »

    Je ne peux que te conseiller de relire l’article, et de suivre les liens indiqués. Comme celui sur les conditions de détention et le manque d’espoir des prisonniers italiens, qui préféreraient la peine de mort :

    http://www.liberation.fr/actualite/monde/257925.FR.php

    A mon avis, il est urgent que tu te renseignes sur les conditions réelles de détention, car l’image que tu as de la prison, lieu où les condamnés pourraient s’épanouir, surfer sur internet en sirotant un cocktail, est au mieux incongrute.

    Rien que dans une prison de détention préventive près de chez moi en Suisse (et alors que les conditions n’ont rien à voir avec celles de la Santé), il se produit 2 tentatives de suicide par semaine - sur 300 détenus. Et pour avoir lu des lettres de détenus, je ne peux qu’être choqué par la désinvolture avec laquelle tu (et vous) parlez de la prison.

    La taule, ce n’est pas un endroit marrant. C’est une privation de l’un des droits les plus essentiels de l’homme, sa liberté. De cette privation, certains ne s’en remetteront jamais. En raison de condamnations pour des broutilles, parfois. Pour des condamnations plus sévères, d’autres fois.

    Qu’ils soient heureux d’être en vie, pour certains c’est le cas. D’autres préfèrent la mort. Mais dans tous les cas, tous souffrent en prison.

    J’ai rarement lu une telle quantité de provocations sur agoravox. Je ne sais pas si c’est le sujet qui attire tant d’opinions irréfléchies, où si agoravox s’est simplement tranformé en cloaque.

    Peut-être un peu des deux.







Palmarès