• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Psykotik

Psykotik

La vie est trop courte pour être prise au sérieux. Mais la vie est trop longue pour n’être qu’une vaste blague.

Tableau de bord

  • Premier article le 14/02/2006
  • Modérateur depuis le 03/04/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 18 98 1052
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 11 7 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Psykotik Psykotik 13 février 2014 07:57

    Il faut faire preuve d’une très grande ignorance du contexte suisse pour dire croire que c’est l’immigration extra-européenne qui est visée. Ce sont des dizaines de milliers de Français, Allemands et Italiens qui passent la frontière chaque jour pour venir gagner leur croûte en Suisse. Les Portugais s’y installent.

    Les Suisses sont frappés de cécité, tout comme leurs voisins. Ils pensent le projet européen être la source de leur problème. Alors qu’il en est la solution. Nous avons tous besoins de plus d’Europe, d’un renforcement du parlement et des systèmes démocratiques. Il est juste plus facile d’accuser les immigrées et Bruxelles que de trouver des solutions politiques communes. Lorsque la France va mal, c’est la faute de l’Allemagne et de Bruxelles, jamais des choix économiques et sociaux inadaptés effectués en France.



  • Psykotik Psykotik 12 février 2014 15:27

    Tout l’objet de ma bafouille était de mettre en exergue l’origine sentimentale du vote suisse.

    Je ne comprends pas très bien pourquoi mettre en vis-à-vis l’objet réel (donc le résultat) avec la cause de la réussite de l’objet (donc le sentiment nostalgique).

    Comme il a été remarqué ailleurs, la Suisse n’est pas plus xénophobe que n’importe quel autre pays européen. Mais contrairement aux autre pays européens, elle est en pleine croissance, va de réussite en réussite (sauf sur les dossiers fiscaux). Elle n’a pas de problème économique, au contraire.

    Le vote n’est donc ni xénophobe, ni mu par un problème économique. Il est identitaire, nostalgique, passéiste, illusoire, et surtout... va coûter cher à une Suisse arrogante, qui dans sa folie des grandeurs croit pouvoir dicter sa volonté à l’Union européenne. Ca va se payer cash, ce qui dans le monde des virements bancaires, va faire mal.



  • Psykotik Psykotik 12 février 2014 15:19

    Pourquoi extra-européenne ? Nous, Suisses, régulerons désormais l’immigration française. C’est vrai ça, foutu fromages-qui-puent qui viennent nous prendre notre pain. Chacun chez soi, à se construire nos images d’épinale et nous vautrer dans la nostalgie d’une époque qui n’a jamais existé, rien de mieux.

    Mon cher Lucidus, nous sommes tous étrangers. La question est de savoir où nous mettons la frontière. Moi je décide de la mettre sur la nature de l’individu : veut-il apporter ou non quelque chose à la société. Toi, c’est sur le passeport. Bref, dans ce cas, je ne vois pas pourquoi se limiter à la régularisation extra-européenne, mais revenons à avant WWII. C’était la bonne époque !



  • Psykotik Psykotik 1er décembre 2009 17:16

    Je me suis déjà expliqué sur le sujet. Je ne vais pas faire des copier-coller sans fin.

    Quand à une définition universelle de la démocratie... je me marre :)



  • Psykotik Psykotik 1er décembre 2009 16:39

    Je peux comprendre que ma position te choque. Mais note bien qu’en dehors de parler d’une population insuffisamment informée, il ne m’est jamais venu à l’esprit de l’estimer trop conne. C’est un amalgame que je me refuse à faire, et refuse tout autant ton procès d’intention. 

    Rapidement, voici quelques réponses que je peux t’apporter :

    1/ Oui, cette question est complexe. Elle ne se réduit pas uniquement à une question d’aménagement du territoire ou de police des constructions. Sinon, cela ne serait que du ressort des administration habilités. Cette initiative a déclenché un torrent islamophobe, c’est bien la preuve que le problème n’a rien à voir avec les minarets, mais avec le vivre ensemble. Et on ne va pas beaucoup avancer dans le vivre ensemble avec cette votation.

    2/ Oui, et j’assume mes dires. Si on avait attendu des votations majoritaires, jamais l’Union européenne ne se serait construite, jamais la peine de mort n’aurait été abolie.

    3/ Je me suis déjà expliqué sur le sujet. Je n’ai rien contre « perdre » une votation, ce qui m’agace c’est de la « perdre » lorsque le camps adverse n’a fait qu’agiter des épouvantails de futurs sombres et a été incapable d’avancer le moindre argument cohérent. Je t’invites à lire les commentaires ici-même où, malgré mes invitations, personne n’est capable d’en formuler un seul.

    D’autre part, au sujet de ta batailles de chiffres, je parles antérieurement d’un 40-60, pour ensuite, dans un second élan inspiré, expliquer qu’un tiers des Suisses a décidé de l’avenir des minarets. Effectivement, un totale non mentionné de 21% des Suisses pouvant voter se sont prononcés contre cette initiative, mais quel intérêt de mentionner ce chiffre, puisqu’ils ont... perdu, dois-je le préciser. C’est donc bien 1/3 qui a choisi de l’avenir.

    4/ Aucun minaret en Suisse ne fait d’appel à la prière. Aucun n’en a fait la demande. On parle de quoi, là, de vaines spéculations terrifiées sur le futur ?

    5/ "Pour terminer sur cet article grotesque, laissez moi vous dire ceci :les chrétiens encore vivants des pays de tradition musulmane aimeraient pouvoir construire des églises, même sans clochers !"

    Ralala... la torture est pratiquée dans les geoles lybiennes, est-ce une raison pour l’introduire en Suisse ? On parle des lois suisses, et pas lybiennes, bon sang !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès