• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pupuce

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Pupuce 24 mars 2010 14:08

    Témoignage très intéressant de la part d’une personne bien informée et mesurée.

    Mais comment envisager une mise en valeur de ce travail programmatique sans les cadres adéquats ?
    Il faudrait des porte-paroles thématiques qui le relaient, le fasse connaître, un Burex qui ait un réel rôle (alors que FB a toujours dit que l’avis de tous les membres du Burex réunis comptait moins que celui de MdS), des candidats compétents aux élections (élus par les millitants et non nommés par le chef) qui s’y intéressent, et cela nécessite que FB arrête d’occuper tout le devant de la scène et laisse se développer un parti à part entière et non une simple écurie présidentielle. Cela nécessite de respecter un minimum de procédures démocratiques.

    On en revient au même sujet : le rôle de FB au MoDem et donc la raison d’être même du MoDem, qui n’a malheureusement aucune existence propre en-dehors de l’objectif de 2012 de son président.

    On peut touours imaginer que quelque chose se libèrera après 2012 au MoDem, vu que l’idée de départ était bonne et peut sembler encore valable, mais avec qui ? Les cadres compétents ou réellement motivés par une troisième voie démocratique seront pour la plupart partis. Resteront les cadres béni-oui-oui ou petits soldats de la campagne présidentielle de 2012 qui n’auront pas brillé par leur capacité à promouvoir cet esprit démocrate au MoDem.



  • Pupuce 3 novembre 2008 17:45

    J’ajoute que si on commençait déjà par respecter les règles actuelles de la séparation des pouvoirs, du non-cumul des mandats etc... on éviterait l’oligarchie actuelle.

    Ce qui vaut pour le monde, la France, vaut aussi pour le MoDem.



  • Pupuce 3 novembre 2008 17:24

    L’auteur reprend le diagnostic de François Bayrou, qui est très bon, mais se contente, comme ce dernier, d’incantations puisqu’il ne nous dit pas quelles seraient les conditions concrètes de l’avènement de cette société "démocrate" (terme qu’il ne définit pas clairement par ailleurs alors qu’il enseigne la philosophie et est engagé en politique).












Palmarès