• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

pxm

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • pxm 24 septembre 2008 14:29

    Sur le versement des dividendes, de nombreuses confusions et de contrevérités.

    RTE et ERDF sont des activités régulées en monopole qui ne choisissent pas le niveau de leurs investissements : on ne construit pas du réseau électrique pour le plaisir mais pour répondre aux besoins, à tous les besoins (obligation d’alimenter toute la population) et aux seuls besoins nécessaires. Ces investissements sont validés par la Commission de Régulation de l’Energie et à ce titre inclus dans le tarif d’utilisation du réseau (c’est bien à l’utilisateur des investissements à payer les investissements, sinon la prochaine fois que je prends le taxi je ne paie que l’essence, arguant que ce n’est pas à moi de payer l’achat de la voiture et de la licence :))

    Tout autre est la situation d’investissements dans le secteur concurrentiel, pour EDF, ou il y a un arbitrage entre faire ou ne pas faire (contrairement aux réseaux en monopole), ces investissements peuvent être potentiellement très rémunérateurs et pour limiter le recours à l’endettement l’actionnaire peut choisir temporairement de limiter le prélèvement de dividendes.

    Pour ERDF et RTE, le choix de prélèvement de dividendes n’influe que sur le niveau d’endettement (le niveau d’investissements étant défini de manière exogène), et les dividendes pris aujourd’hui ne le seront pas demain. En revanche il importe que le tarif d’accès au réseau prenne en compte correctement le coût des investissements (et tous les autres coûts d’ailleurs)
    Sinon que se passe-t-il ? Les actionnaires d’ERDF et de RTE, quels qu’ils soient, devront faire à une rentabilité dégradée, et préféreront investir ailleurs. Les dividendes ne sont que la juste rémunération du capital investi compte tenu du risque pris. Tout détenteur d’un Livret A trouve normal de se faire rémunérer à 4% avec un risque nul, un actionnaire d’ERDF ou de RTE trouve normal de se faire rémunérer à un taux certes un peu supérieur mais guère plus avec un risque qui n’est pas nul.

    Enfin rappelons que les tarifs d’ERDF et de RTE n’ont pas augmenté depuis de nombreuses années, ce qui en fait un cas à part pour une activité non délocalisable en Chine, à progrès technique faible et très sensible aux coûts des matières premières et de l’énergie.







Palmarès



Agoravox.tv