• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

qborg

qborg

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • qborg qborg 6 août 2007 14:22

    HM : C’est la pure logique d’un système aligné sur les EUA et leur cheval de Troie.

    QB : quel cheval de Troie ? Est-ce que les USA contrôlent le gouvernement français ?

    HM - L’espéranto a déjà pris racine, mais l’étouffement de son développement fait partie des réalités qui avaient été détectées dès le début des années 1920...

    QB : à nouveau, vous semblez dire que la raison pour laquelle la langue a du mal à décoller est parce que (mais quoi/qui au fait ?) l’en empêche... Moi il me semble que pour une langue soit parlée, et bien il faut justement qu’elle soit parlée... Si demain 2 milliards d’être humains parlent l’esperanto, je ne vois pas ce qui les en empêcherait...



  • qborg qborg 6 août 2007 13:08

    Je ne saisi pas vos propos...

    Enfin, la seule remarque sur laquelle je puis me raccrocher est celle que l’éducation nationale qui « prône » l’anglais en priorité...

    N’est-ce pas plus logique ?

    Loin de moi l’idée de vouloir diminuer l’intérêt de l’Esperanto, mais tant que cette langue n’aura pas réellement pris racine, je vois mal les politiques pénaliser nos chères têtes blondes en ne leur inculquant pas l’anglais en premier... Et par ailleurs, je crois que l’espagnol a également sa place dans les lycées, non ?

    Autant que je sache (faudrait voir les chiffres, s’ils existent), il me semble que l’anglais est parlé par plus de gens que l’Esperanto...

    Je pense que plutôt d’accuser les politiques qui ne sont finalement que pragmatiques, il faudrait plutôt se demander quelles sont les raisons qui font que l’Esperanto n’arrive pas à décoller... Et par décoller, j’entends un réel engouement populaire et pas une communauté qui communique dans la langue, mais qui est finalement comparable à une communauté d’érudits communiquant en latin ou en grec ancien, par exemple...



  • qborg qborg 6 août 2007 12:13

    Je ne vous suis pas...

    Vous dites que certains politiciens ont dit des choses « pas gentilles » sur l’Esperanto, mais en quoi est-ce une entrave ? Que certains politiques donnent leur avis sur une langue, je ne vois pas en quoi cela empêche cette langue de se développer...

    Il en est de même sur les émissions... Ce n’est pas parce qu’elle ne traitent pas d’un sujet, que ce sujet est « tabou »...

    D’ailleurs, autant que je sache, on ne prône pas spécialement d’autre langue non plus, que ce soit en politique ou dans les médias...

    N’est-ce pas un raccourci dangereux que d’affirmer ce genre de chose de manière un peu gratuite ?



  • qborg qborg 6 août 2007 11:22

    « Professeur au Collège de France, Umberto Eco a très bien compris que les raisons qui ont entravé sa progression ne sont pas d’ordre linguistique mais bel et bien d’ordre politique comme pourraient l’être celles qui favoriseront son émergence »

    Je m’interroge sur ce qui pourrait justifier ce commentaire... Comment « la politique » serait-elle capable d’entraver la progression d’une langue si des gens décident de la parler ? Surtout aujourd’hui, ou communiquer via internet rend toute tentative de bridage linguistique risible...







Palmarès