• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Rachid NEKKAZ

Rachid NEKKAZ

  • Candidat indépendant à l'élection présidentielle 2007 
  • Président du Club des Elus Allez France, qui regroupe le soutien de 2417 Maires de Campagne à la proposition de Loi sur l'inscription automatique de tous les citoyens français sur les listes électorales (5,1 millions de nos concitoyens ne sont toujours pas inscrits à ce jour). Par ailleurs, 414 Députés de toutes tendances politiques confondues soutiennent aussi cette proposition de Loi, soit 72% de l'Assemblée nationale (mais toujours pas de Loi discutée à cause du blocage par Nicolas Sarkozy)
  • Co-fondateur du Collectif Banlieues Respects qui pendant les violences urbaines de novembre dernier a lancé un appel à la paix et au respect au Champ de Mars
  • Auteur de 3 livres aux éditions Robert Laffont / Fixot :
    - sur les banlieues ("On vous a écrit d'à côté")
    - sur les scandales financiers d'Eurotunnel et Eurodisney ("Splendeurs et misères des petits actionnaires")
    - un livre-entretien multimédia avec les 7 Chefs d'Etat du G7 ("Millénarium") qui est l'aboutissement d'un projet né sur Internet et qui a été présenté aux chefs d'Etat du G7
  • Fondateur de plusieurs associations de banlieues pour le soutien scolaire, l'initiation à Internet dans les quartiers populaires

Tableau de bord

  • Premier article le 16/06/2006
  • Modérateur depuis le 05/07/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 58 763
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires


  • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 5 juillet 2013 19:03

    Bonjour à toutes et à toutes,


    Tout d’abord Merci à Agoravox de m’offrir cet espace pour expliquer ma décision de renoncer à ma nationalité française.

    Merci aussi aux nombreux commentaires qui reflètent les profondes tendances et inquiétudes des Français à l’endroit de celles et ceux qui ont des origines venant d’ailleurs.

    Je respecte chacun des points de vue exprimés. J’attends juste de vous que vous respectiez aussi mon opinion et ma décision même si elles vous déplaisent ou vous semblent déplacées.

    La France reste un magnifique pays des libertés et des droits de l’Homme même si chaque jour qui passe, cela devient de moins en moins évident.

    À bientôt

    Rachid Nekkaz

  • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 22 juillet 2006 13:57

    Bravo pour l’article. Il permet de se faire une idée claire de la façon dont nos petits actionnaires sont aujourd’hui trompés . Il donne aussi des éléments avec lesquels demain on pourrait changer les rapports entre les salariés, les petits actionnaires d’une part et les entreprises d’autre part.

    J’avais écris un ouvrage en 1997 sur les scandales financiers d’Eurotunnel et d’Eurodisney et la spoliation de leurs petits actionnaires respectifs. A l’époque, on parlait beaucoup de « Gouvernance d’entreprise » avec le rapport Vienot (nom de l’ancien PDG de la Société Générale).

    En 10 ans, rien n’a changé malheureusement. Pire, les choses se sont aggravées avec un repli du MEDEF sur des positions plus « sauvages-libérales » et donc moins porté à jouer le jeu de la démocratie en entreprise.

    Je pense aujourd’hui que le seul moyen de changer véritablement les choses dans le cas d’Eurotunnel est de nationaliser l’entreprise à hauteur de 51%, de demander l’annulation de toute la dette de la société et de repartir sur des bases nouvelles. Pour ce qui est de l’actionnariat-salarié, je considère qu’uen des seules façons viables de bousculer les habitudes et de lutter contre le chômage notamment, c’est de mettre en place d’un « prêt-emploi à taux zéro ». Il consiste à ce que chaque jeune à 18 ans ou chomeur, à se rendre chez son banquier qui va lui donner un chèque correspondant à un « prêt-emploi à taux zéro » (chèque non endossable par lui mais seulement par une entreprise) équivalent à un an de salaires au SMIC, soit à peu près 15 000 euros, remboursable sans intérêt (garanti par l’Etat) à partir de la 2ème année de travail dans une entreprise. La personne en question, lorsqu’elle sera intégrée dans une entreprise, le sera à double titre : avec le statut de salarié mais aussi avec le statut d’actionnaire. 15 000 euros de trésorerie pour une PME, c’est important. Toute entreprise devra cependant garantir le remboursement de ce prêt auprès d’une organisme-assureur afin de protéger le salarié-actionnaire en cas de rupture de contrat ou de dépot de bilan de l’entreprise. Si l’entreprise fait des bénéfices, le salarié-actionnaire touchera une partie des bénéfices de l’entreprise et sera donc intéressé au bon développement de son entreprise. Avec ce système du « prêt-emploi à taux zéro », ce sont tous les rapports entre les entreprises et les salariés qui sont révolutionnés. Et c’est une façon intelligente d’une part de lutter contre le chômage, d’appoter de la trésorerie-investissement pour les PME (qui n’ont pas accès à la Bourse) et d’autre part de relancer l’économie du pays, tout ceci grâce à une réconciliation des citoyens avec l’économie.


  • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 3 juillet 2006 01:01

    En tant que Candidat de la Génération Internet à l’élection présidentielle, voici ma position sur la question. Pour lutter contre la précarité, il est important de distinguer celles et ceux qui ont du mal à trouver un emploi stable, qui sont victimes de discriminations ou qui sont analphabètes ou n’ayant pas de formation, et qui n’ont pas un logement décent - et qui majoritairement vivent dans les quartiers populaires, « cités » et campagnes abandonnées. J’appellerai cette forme de précarité, « une précarité sociale » car les personnes concernées sont toujours dans le circuit social des fomes multiples d’assistanat existant dans notre pays. Et à côté de cette forme de précarité durable, il y a celles et ceux qui sont totalement en marge de la société suite à la perte d’un emploi, doublé généralement d’un divorce difficile ou d’une drame familial. La photo de l’ami du peuple illustre cette deuxième forme de « précarité a-sociale ».

    Ainsi, en fonction de ces deux formes de précarité, les mesures à adopter sont différentes.

    Dans le premier cas de la « précarité sociale », je propose tout un dispositif de valorisation de l’être humain-citoyen au travers d’un dispositif volontariste de :

    1) lutte contre toutes les formes de discriminations afin que des personnes dont la couleur, le sexe, le prénom ou le nom, ou l’adresse représentent un obstacle à leur embauche dans une entreprise puissent immédiatement porter plainte devant une juridiction spéciale créée pour la circonstance (sur l’exemple des tribunaux des prud’hommes). 2) de réattribution des logements sociaux en fonction des revenus réels des occupants avec une mise à jour annuelle des revenus de celles et ceux qui en bénéficient de facto et de celles et ceux qui devraient en bénéficier de jure et dont les demandes sont toujours en souffrance (3 millions à ce jour). En clair, les occupants actuels dont les revenus sont aujourd’hui supérieurs au barème fixé par l’Etat ont un an pour libérer leurs logements de façon à les réattribuer à celles et ceux qui ont des revenus plus faibles et qui en ont réellement besoin. 3) Au niveau de l’emploi, de développer le principe du « prêt-emploi à taux zéro » qui permettra à chaque citoyen (jeune de 18 ans ou chomeurs de plus d’un an) de postuler un emploi en tant que salarié et en tant qu’actionnaire de l’entreprise. Ainsi, le citoyen ira dans une banque demander son « prêt-emploi à taux zéro » (garanti par l’Etat) ; ce sera un chèque (non endossable) équivalent à un an de salaires au SMIG ( soit 15 000 euros). Lors de l’embauche, le salarié deviendra aussi actionnaire de l’entreprise et ainsi il pourra en fin d’année toucher une partie des bénéfices de l’entreprise. S’il souhaite quitter l’entreprise pour une raison ou une autre, l’entreprise devra dans tous les cas lui redonner l’apport ( 15 000 euros) qu’il a investi lorsqu’il a intégré la société. Car il sera obligatoire à toute entreprise de garantir cet apport auprès d’une organisme-assureur afin justement de rembourser quoi qu’il arrive au salarié-actionnaire, l’investissement qu’il aura apporté lors de son arrivée. Avec le prêt-emploi à taux zéro, le regard du citoyen par l’entreprise changera complètement car le citoyen lui apparaitra comme un apporteur de trésorerie (15 000 euros, ce n’est pas rien pour une entreprise) ; ce seront dès lors les entreprises qui coureront après les salariés pour que ces derniers choisissent telle entreprise et non pas telle autre pour y travailler. Ma philosophie est d’utiliser l’outil crédit (prêt) non pas pour de la consommation comme c’est le cas aujourd’hui, mais comme un investissement personnel qui assure une valeur et une crédibilité au citoyen dans sa fonction sociale de tous les jours.

    4) 29% des RMIstes ne savent ni lire, ni écrire, ni compter. Je propose une formation « obligatoire » à la langue française et à l’arithmétique à ces 400 000 personnes. Car ne pas savori lire ni écrire c’est être dans l’incapacité de lire ou de répondre à une offre d’emploi.

    Dans le deuxième cas de la « précarité a-sociale », je propose tout un dispositif de prise en charge sociale, médicale, psychologique et pédagogique de celles et ceux qui vivent dans la rue dans dans des abris de fortune : Ainsi, je propose d’indentifier ces milliers de personnes avec leur parcours personnel, leurs origines géographiques et sociales de façon à mieux adapter la réponse à proposer pour les sortir de cette impasse. Sitôt leur histoire personnelle mieux appréhendée, de leur offrir ensuite un logement dans une structure d’accueil adaptée dans la région où ils ont de la famille, des amis, avec une réinsertion progressive et un suivi psychologique. Ensuite en fonction des cas de chacun, leur donner une formation appropriée (cours de langue française pour les étrangers, ou choix d’une autre formation si personnes sont alphabétisées) L’essentiel est de redonner des repères familiaux et géographiques à ces citoyens perdues dans les grandes villes de notre pays déshumanisée. Dans le cas des personnes (une minorité) qui ne souhaitent pas bénéficier pour une raison ou une autre (en général les pressions du fisc dont de l’Etat sont la cause de leur désoeuvrement) de l’aide de la collectivité, ou bien on les laisse errer dans les rues ou bien on les force à intégrer une structure d’acueil appropriée.

    La philosophie de mon programme de lutte contre le précarité repose sur le fait que la précarité de chacun a une Histoire, et c’est en faisant l’effort de connaitre l’identité et l’Histoire de la précarité personnelle de chacun qu’on arrivera à mieux appréhender son origine et les solutions les meilleures et les plus appropriées à apporter pour sortir de cette précarité qui est supposée être provisoire, précaire.


  • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 3 juillet 2006 01:00

    En tant que Candidat de la Génération Internet à l’élection présidentielle, voici ma position sur la question. Pour lutter contre la précarité, il est important de distinguer celles et ceux qui ont du mal à trouver un emploi stable, qui sont victimes de discriminations ou qui sont analphabètes ou n’ayant pas de formation, et qui n’ont pas un logement décent - et qui majoritairement vivent dans les quartiers populaires, « cités » et campagnes abandonnées. J’appellerai cette forme de précarité, « une précarité sociale » car les personnes concernées sont toujours dans le circuit social des fomes multiples d’assistanat existant dans notre pays. Et à côté de cette forme de précarité durable, il y a celles et ceux qui sont totalement en marge de la société suite à la perte d’un emploi, doublé généralement d’un divorce difficile ou d’une drame familial. La photo de l’ami du peuple illustre cette deuxième forme de « précarité a-sociale ».

    Ainsi, en fonction de ces deux formes de précarité, les mesures à adopter sont différentes.

    Dans le premier cas de la « précarité sociale », je propose tout un dispositif de valorisation de l’être humain-citoyen au travers d’un dispositif volontariste de :

    1) lutte contre toutes les formes de discriminations afin que des personnes dont la couleur, le sexe, le prénom ou le nom, ou l’adresse représentent un obstacle à leur embauche dans une entreprise puissent immédiatement porter plainte devant une juridiction spéciale créée pour la circonstance (sur l’exemple des tribunaux des prud’hommes). 2) de réattribution des logements sociaux en fonction des revenus réels des occupants avec une mise à jour annuelle des revenus de celles et ceux qui en bénéficient de facto et de celles et ceux qui devraient en bénéficier de jure et dont les demandes sont toujours en souffrance (3 millions à ce jour). En clair, les occupants actuels dont les revenus sont aujourd’hui supérieurs au barème fixé par l’Etat ont un an pour libérer leurs logements de façon à les réattribuer à celles et ceux qui ont des revenus plus faibles et qui en ont réellement besoin. 3) Au niveau de l’emploi, de développer le principe du « prêt-emploi à taux zéro » qui permettra à chaque citoyen (jeune de 18 ans ou chomeurs de plus d’un an) de postuler un emploi en tant que salarié et en tant qu’actionnaire de l’entreprise. Ainsi, le citoyen ira dans une banque demander son « prêt-emploi à taux zéro » (garanti par l’Etat) ; ce sera un chèque (non endossable) équivalent à un an de salaires au SMIG ( soit 15 000 euros). Lors de l’embauche, le salarié deviendra aussi actionnaire de l’entreprise et ainsi il pourra en fin d’année toucher une partie des bénéfices de l’entreprise. S’il souhaite quitter l’entreprise pour une raison ou une autre, l’entreprise devra dans tous les cas lui redonner l’apport ( 15 000 euros) qu’il a investi lorsqu’il a intégré la société. Car il sera obligatoire à toute entreprise de garantir cet apport auprès d’une organisme-assureur afin justement de rembourser quoi qu’il arrive au salarié-actionnaire, l’investissement qu’il aura apporté lors de son arrivée. Avec le prêt-emploi à taux zéro, le regard du citoyen par l’entreprise changera complètement car le citoyen lui apparaitra comme un apporteur de trésorerie (15 000 euros, ce n’est pas rien pour une entreprise) ; ce seront dès lors les entreprises qui coureront après les salariés pour que ces derniers choisissent telle entreprise et non pas telle autre pour y travailler. Ma philosophie est d’utiliser l’outil crédit (prêt) non pas pour de la consommation comme c’est le cas aujourd’hui, mais comme un investissement personnel qui assure une valeur et une crédibilité au citoyen dans sa fonction sociale de tous les jours.

    4) 29% des RMIstes ne savent ni lire, ni écrire, ni compter. Je propose une formation « obligatoire » à la langue française et à l’arithmétique à ces 400 000 personnes. Car ne pas savori lire ni écrire c’est être dans l’incapacité de lire ou de répondre à une offre d’emploi.

    Dans le deuxième cas de la « précarité a-sociale », je propose tout un dispositif de prise en charge sociale, médicale, psychologique et pédagogique de celles et ceux qui vivent dans la rue dans dans des abris de fortune : Ainsi, je propose d’indentifier ces milliers de personnes avec leur parcours personnel, leurs origines géographiques et sociales de façon à mieux adapter la réponse à proposer pour les sortir de cette impasse. Sitôt leur histoire personnelle mieux appréhendée, de leur offrir ensuite un logement dans une structure d’accueil adaptée dans la région où ils ont de la famille, des amis, avec une réinsertion progressive et un suivi psychologique. Ensuite en fonction des cas de chacun, leur donner une formation appropriée (cours de langue française pour les étrangers, ou choix d’une autre formation si personnes sont alphabétisées) L’essentiel est de redonner des repères familiaux et géographiques à ces citoyens perdues dans les grandes villes de notre pays déshumanisée. Dans le cas des personnes (une minorité) qui ne souhaitent pas bénéficier pour une raison ou une autre (en général les pressions du fisc dont de l’Etat sont la cause de leur désoeuvrement) de l’aide de la collectivité, ou bien on les laisse errer dans les rues ou bien on les force à intégrer une structure d’acueil appropriée.

    La philosophie de mon programme de lutte contre le précarité repose sur le fait que la précarité de chacun a une Histoire, et c’est en faisant l’effort de connaitre l’identité et l’Histoire de la précarité personnelle de chacun qu’on arrivera à mieux appréhender son origine et les solutions les meilleures et les plus appropriées à apporter pour sortir de cette précarité qui est censée être provisoire, précaire.


  • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 30 juin 2006 20:13

    Aurélien, Il y a en effet beaucoup trop de difficultés dans nos démocraties à prendre contact avec les réponsables politiques. C’est encore aisé de solliciter un RDV avec un maire d’une petite commune de 1000 habitants. Mais dès que la ville dépasse les 30 000 habitants, ça devient difficile, pire pour les députés, les ministres et les Chefs d’Etat. Dans ces derniers cas, il faut avoir un projet très intéressant à leur soumettre, connaitre ou s’arranger pour entrer en contact avec les plus proches collaborateurs de ces responsables politiques. Le reste (qui fait toute la différence) c’est l’audace, un carrefour de circonstances, l’inventitivité et ...la chance.







Palmarès



Agoravox.tv