• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

rad

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • rad 22 août 2007 13:45

    Je suis d’accord avec toi sur certains point, mais est il insensé de dire que tant que cette personne représente un danger, elle ne sera pas mise en liberté ... ? C’est ça en quelque sorte, donc si la loi passe (effectivement sur ce point tout n’est pas clair, est ce que le président peut présenter aussi ouvertement une loi sans quel soit voté, si c’est dans le cadre d’un projet de loi, disant que ça se fait d’une manière courante). Quand à l’hôpital de Lyon sache qu’il était déjà prévu depuis 2002 (mais pas seulement pour les criminels sexuels).

    Donc on aura dorénavant, le juge qui va prononcer une peine de X année suite à la quelle une conclusion clinique s’imposera pour déterminer si cette personne est encore une menace. Faut il que cette personne est était suivi pendant sa peine, mais sa c’est une autre question ...



  • rad 22 août 2007 12:22

    lol, vu l’extéme de certains commentaire, je vais essayé de me faire l’avocat du diable. Je pense que la personne qui a écrit cette article dit, que si on met de côté nos sentiments (car le droit en réalité n’est pas une histoire de sentiment au contraire, c’est des fais et rien d’autre). Il ne faut pas utiliser les lois de manière arbitraire, au risque de toucher au droit fondamental de l’être humain comme l’insinue notre constitution :

    « Nul ne peut être arbitrairement détenu. »

    « L’autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi. »

    Mias la ou moi je suis pas d’accord, c’est que la justice est aussi dans l’obligation de mettre les individus dangereux, hors atteinte. Car elle se doit avant tout de protéger les victimes et d’empêcher que y en ai dans le future. Même si elle se doit d’être gardienne de la liberté individuelle, elle est dans l’obligation de protéger nos enfants, contre des individus qui peuvent les détruire ...



  • rad 22 août 2007 11:58

    Pourtant le fer de lance du droit dans ces cas là, sont d’empêcher de nuire cette individu, de protéger la victime et d’éviter l’existante d’autre victimes. Car si le droit aujourd’hui ne sert qu’à donner des punitions, faut vite changer les hommes de droit, car le droit ne peut être responsable d’une telle aberration ...



  • rad 22 août 2007 11:25

    Même si les attentions que tu portes dans ton article sont louables, il ne reste que tu oublies le plus important dans cette histoire. Trouve tu, que ça soit normal que tu mets en liberté un homme qui a de très forte chance de repasser à l’acte (ce n’est pas une hypothèse, mais un fait) ? Ils l’ont mis en liberté en sachant qu’il a toujours un problème majeur de déviance sexuel et pour se donner bonne conscience, on lui interdit de s’approcher de mineur (comme s’il suffisait de le dire) et quelques autres restrictions. Et pour couronner le tout, cet homme demande aujourd’hui qu’on l’aide à se sortir de son problème (preuve que la justice n’a pas fait pleinement son travail, si l’accusé lui même demande qu’on l’aide) ... Alors effectivement on peut se demander si on peut vraiment l’aider, y a t il une solution à cette déviance, beaucoup d’études sont faite à ce sujet. Mais il est certainement pas normal, ni pour les enfants, ni même pour le coupable de le laisser libre sans avoir essayé de l’aider (vous me direz peut on obligé quelqu’un a accepté de l’aide, je dis oui surtout s’il présente une aussi grande menace et sachant qu’un enfant qui a subit de tel sévices sexuel peut lui gâché sa vie, donc l’enjeu n’est pas une banalité, ne pas prendre en compte ce point est un acte irresponsable même en terme de droit). Malheureusement les prisons actuelles sont complètement inadaptées, elles ne permettent pas la rédemption et la réinsertion des criminels (que ce soit les pedocriminel ou autre). Nous sommes donc dans l’obligation de trouver une solution, effectivement pour un pedocriminel, il vaudrait mieux un suivi dés le début (pas à la fin comme le suggère Mr Sarkozy) et essayé (si on ne peut pas éliminé ces attirances) de l’empêcher au moins de passer à nouveau à l’acte et si à la fin de son traitement, il est apte à réintégrer la société, sans être une menace pour nos enfants, je pense que la c’est la société qui gagne.

    Parceque franchement, une personne qui a ces déviances et qui est déjà passer à l’acte, c’est plus qu’un danger et va certainement repasser a l’acte (surtout s’il est déjà récidiviste). Donc pour moi libérer un homme comme lui, c’est comme libérer un homme qui a des pulsions pour le meurtre (un serial killer) qui a essayé une première fois de tuer et à échouer car la personne n’est pas morte et le libéré ensuite sans avoir soigné ou étudié ces pulsions.

    Donc ma conclusion c’est que libéré un homme avec des pulsions qui est passé à l’acte plusieurs fois, sans l’avoir aidé psychologiquement, c’est au moins aussi grave que le garder toute sa vie en prison de peur qu’il récidive.

    Et pour finir, un autre point est ce que vous pouvez laisser votre enfant en présence d’un homme pédocriminel en sachant qu’il n’a pas vraiment été traité ????? Je reformule ma question, est ce qu’on peut laisser nos enfants en présences de pédophiles qui n’ont pas été vraiment traités ????

    (je garde mes autres arguments en réponses à vos réactions, car sinon ça serait trop long).







Palmarès