• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Raphaël D

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Raphaël D 29 mai 2007 11:14

    Si l’économie était une science, elle pourrait s’insérer dans l’ordre 1 (techno-scientifique).

    La « propriété privée des moyens de production », est-ce donc là un postulat scientifique ?

    Les règles du libéralisme :
    - « transparence »
    - « information totale »
    - « concurrence libre et non faussée »

    ... ne sont PAS respectées, et ne font qu’office de dogmes idéologiques. (SI c’était le cas, le capitalisme, APRÈS UN CERTAIN TEMPS, et SI l’homme était cohérent, alors le capitalisme, DANS LA THÉORIE, tiendrait ses promesses) (la publicité elle-même nuit au précepte « information totale » et d’indépendance des individus)

    Bernard Maris (l’excellent « Antimanuel d’économie ») explique bien que la sociologie & la psychologie possèdent bien plus de cohérence que l’économie qui tente de scientificiser un amalgame de sciences humaines. Si je me rappelle bien, Sponville (et Pascal avant lui) défendent que l’ordre politico-judiciaire (ordre 2) fixe les limites de l’ordre 1.

    Or le libéralisme nécessite la réduction (l’affranchissment) de l’état (ou tout du moins sa réduction à sa plus simple expression (régalien)). Le libéralisme se libère de ses contraintes d’ordre scientifique en se faisant passer pour une fantastique idéologie (notamment aux yeux dirigeants).

    Les décisions politiques paraissent maîtriser les «  »sciences«  » économiques, alors qu’elles ne font qu’obéïr qu’établir un ordre « pseudo-moral ». L’économie, dirigée par des concepts idéologique profite de ses deux facettes :
    - fondamentalement morale (substitut de religion) par rapports aux décisions d’ordre 2)
    - scientifique (se voulant amorale et irrefutable).

    Dédiant nos instruments politico-judiciaire à une idéologie (immorale, ou, au moins, erronnée) déguisée en science, la démocratie devient une technocratie, la dictature des spécialistes d’une pseudo-science.

    Je repasserais ; tenter de développer le rapport morale/idéologie. (une idéologie économique représente-t-elle un ordre moral ? smiley









Palmarès