• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

RdeLux

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • RdeLux 15 janvier 2010 08:14

    Mon histoire de prof est très proche de celle de Morice. Deux faits : en 1967, sévissait encore à la fac de Dijon un prof de géo ultra réac (il voulait me « casser la gueule » un an plus tard lors d’un joli mois de mai). A propos de travaux et recherches aboutissant à la théorie de la tectonique des plaques, il déclamait « c’est une foutaise de barbus gauchistes » (Le Pichon était alors barbu, signe de déviance évident !) Beaucoup plus tard (1990), j’eus droit à une lettre de parents d’élève adressée à tous les niveaux de la hiérarchie (proviseur, IPR, Inspectio générale, ministère), me dénonçant pour avoir étudié en Terminale le système de torture mis en place par l’armée française en Algérie et avoir parlé du drame du 17 octobre 1961 à Paris. La lettre fut évidemment sans effets, mais cela montre la dimension « chaude » de l’enseignement de nos matières, dès lors que tabous et légendes sont allègrement (jeu de mot ?) jetés aux orties. Pas étonnant que toutes les dérives autoritaires se soient méfiées de ces matières qui peuvent être si dangereuses !



  • RdeLux 29 septembre 2009 18:45

    Je suis un « fier » produit de l’école laïque, qui plus est athée et fermement attaché à la loi de 1905. Néanmoins, je suis réservé sur l’article en question :
    1- Sur le tableau de Delacroix, les personnages secondaires, hormis l’allégorie de la Liberté et « Gavroche », on peut observer des gens issus de milieux divers, du prolo entablier de cuir au jeune étudiant en haut de forme. Dans un éventuel équivalent 2009, ne pourrait-on voir une jeune femme avec un foulard ? Ce n’est pas une vue de l’esprit puisque l’on vit, au sein de manifestations très radicalement contestataire, de telles figures.
    2- Question : Puisque longtemps, y compris aux temps de la « gauche » au pouvoir, ces femmes furent absentées, effacées de la vie publique, n’est-ce pas de la part de certaines (pas toutes bien sûr) une façon de dire « j’existe, telle que je suis et choisis d’être ».
    3- Bien entendu, la burqua est hors champ républicain celui-ci exigeant d’être visible. Cela dit, le phénomène est-il aussi important ?







Palmarès