• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

reaper95

reaper95

Citoyen énervé et énervant, qui a toujours quelque chose à dire, mais qui fait toujours en sorte de ne pas parler pour ne rien dire.

Mon mot d’ordre : l’argumentation. Ma devise : ce n’est pas parce qu’on est engagé qu’on ne doit pas essayer d’être objectif. Mon obsession : avoir l’esprit critique et non pas l’esprit DE critique.




Tableau de bord

  • Premier article le 06/09/2007
  • Modérateur depuis le 02/10/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 50 266
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • reaper95 reaper95 26 avril 2009 09:13

    Vous pourriez rajouter, outre le manque de places en crèche, le coût parfois prohibitif des assistantes maternelles et la faible prise en charge pour les parents qui se situent dans des tranches salariales entre 1 et 1,6 smic (ie. la grande majorité en fait). On demande aux parents de devenir des patrons et de payer un salaire alors qu’ils n’en ont déjà pas forcément un suffisant pour eux... Et heureusement qu’ils ne payent pas les charges !

    Pour mon enfant, Avant, j’étais au chômage, et j’ai fait la nounou pendant une petite année, avant de retrouver un emploi.Maintenant, j’ai la chance d’avoir mon beau-père qui le garde la semaine, puisque nous n’avons pas les moyens d’avoir une nourrice. Mais, comme ma femme attend notre 2e, il ne pourra s’occuper des 2 et on ne pourra pas le mettre en nourrice car ça nous coûtera, au bas mot, 1.000 euros par mois, dont une partie de remboursée, bien entendu, mais les aides à la garde d’enfant ne tombent pas régulièrement.

    Résultat : ma compagne, qui a un travail d’hôtesse de caisse peu rémunérateur et chronophage, va prendre un congé parental, ce qui va provoquer une baisse de nos revenus (compensés par le fait que cet argent aurait servi à payer une nourrice).

    Et bien entendu, le nombre de place en crèches n’augmente pas car c’est aussi un excellent argument électoral au niveau municipal (souvent démagogique, demandez à Balkany) et du coup, certaines personnes sont obligées de délaisser leur emploi, ce que déplorait récemment Nicolas Sarkozy. Mais que veut-il : il est quand même incroyable que notre pays, qui a un taux de natalité exceptionnel depuis une dizaine d’années, n’ait pas réagi à cette arrivée « massive » de nouveaux enfants pour adapter son nombre de crèches et d’écoles (parlons comme lui, peut-être comprendra-t-il mieux)



  • reaper95 reaper95 16 mars 2009 06:53

    Il est invité tous les 15 jours en tant que "chroniqueur officiel" au Grand Journal de Michel Denisot, ainsi que dans de nombreuses émissions de débat (notamment sur i-Télé), ce qui prouve qu’à défaut d’être entendue, sa parole continue d’être crédible...



  • reaper95 reaper95 4 avril 2008 13:52

    Je suis moi-même adhérent du MoDem, donc je risque de ne pas être toujours complètement objectif, mais je vais essayer : je pense que si le mouvement crée par François Bayrou n’a pas forcément gagné son pari, il ne faut pas oublier qu’il n’a même pas un an, puisqu’il a été fondé quelques semaines après l’élection présidentielle de 2007.

    J’ai participé aux Municipales dans ma ville, et j’ai constaté qu’il existe quand même une demande pour cette voie. Oh, bien entendu, je ne dis pas que tout va bien, et que tout est rose, mais je trouve que pour un parti aussi jeune, il existe une dynamique intéressante tant au niveau interne qu’au niveau des électeurs. En tout cas, personne ne nous ferme la porte.

    C’est aussi la première fois que je m’engage dans un groupe politique, et on me laisse m’exprimer comme si ça faisait 20 ans que j’étais là, ce que je trouve très agréable, en tant que citoyen et en tant que démocrate.Je ne peux pas comparer avec les autres mouvements, mais pour avoir vu fonctionner les listes "concurrentes" (UMP et PS principalement), j’ai l’impression que ce n’est pas forcément le cas (surtout à l’UMP, mais est-ce peut-être seulement un problème local ; je ne peux donc pas généraliser)

    Le problème du MoDem au niveau national est que le système électoral français n’est pas adéquat pour les petits partis, à cause du système majoritaire à 2 tours (qui élimine tous les candidats contre 1 seul). Pourtant, dans toutes les villes dans lesquelles le MoDem était présent en tant que tel (c’est-à-dire avec une liste estampilée MoDem), les candidats ont une moyenne de 16%. Ce n’est certes pas suffisant, mais c’est à mon avis un bon début, et cela ne peut que s’améliorer !

    Il est vrai que François Bayrou a été un peu isolé, mais Nicolas Sarkozy veut tellement le faire tomber qu’il a été prêt à tout, même à s’allier à Pau avec un candidat socialiste. Les clivages et les calculs politiciens ont eu raison du Béarnais, mais il est curieux que Nicolas Sarkozy ait oublié sa traversée du désert personnelle : il n’avait jamais été plus dangereux que quand il avait été isolé par Chirac. S’il a été élu président, c’est aussi parce que tout n’a pas été tout tracé pour lui, et qu’il a connu un parcours semé d’embûches.

    Cela dit, n’enterrons pas le MoDem trop vite. Il y a des élections à la "proportionnelle", qui ont toujours réussi à François Bayrou lorsqu’il était à l’UDF (c’est vrai que ce sont des élections "faciles" pour obtenir des sièges). L’objectif n’était pas de faire un coup et de prendre la majorité dès la première élection venue ; il s’agit de développer un courant de pensée politique différent et de celui de l’UMP et de celui du PS. Déjà, on pourra tirer un premier bilan lors de l’élection présidentielle de 2012, mais pas avant...



  • reaper95 reaper95 4 avril 2008 13:01

    Je veux faire une remarque sur votre position sur une "faillite" de l’Etat. Contrairement à une entreprise, un Etat ne peut pas faire faillite, car il a le pouvoir de lever autant d’impôts qu’il veut pour se "rémunérer" (je shématise très brièvement bien entendu). Une entreprise ne peut pas ’s’auto-vendre’ des produits pour augmenter son chiffre d’affaires.

    En contrepartie, seules les finances de l’Etat sont mauvaises ; celles des Français sont plutôt bonnes (merci l’épargne !). Ce qui pourrait être dangereux pour une Nation, c’est que ce soient leurs habitants qui soient en situation de faillite (ce qui ne risque pas d’arriver, la somme des particuliers et des entreprises est largement excédentaire par rapport aux dépenses dans l’Hexagone). Théoriquement (mais j’insiste sur ce mot), si la situation de l’Etat français (c’est-à-dire des institutions étatiques) s’aggravait davantage, nous pourrions toujours nous appuyer sur les possessions des Français (épargne, bons du Trésor, retraites complémentaires,actions,etc...)

    La situation des Etats-Unis est à mon avis bien plus préoccupante : à une dette absolument colossalle (et un gouffre qui s’est creusé à cause de la guerre en Irak et en Afghanistan) s’ajoutent les millions de faillites personnelles et de société qui sont nées d’un trop fort endettement des ménages et qui sont pénalisées par les très aguichantes et lucratives "subprimes". Idem en Angleterre (même si les finances de l’Etat sont, elles, plus saines).

    En plus, en France, notre système est fait de telle façon qu’un surplus de croissance entraîne automatiquement un surplus dans les caisses (rappelez-vous la fameuse "cagnotte" de Jospin à la fin des années 1990) ; en effet, notre système de cotisations et de reversement (qui est tel qu’il est) fait que plus les gens travaillent, plus les gens cotisent et plus l’argent entre dans les caisses (Là encore, je shématise).

    L’erreur majeure du Gouvernement actuel n’est pas d’avoir voulu faire des économies, mais d’avoir calculé son budget sur la fourchette haute de la croissance, pénalisant de ce fait toutes les entrées d’argent prévues avec une croissance à 2,5% (alors qu’elle est de 1,9%). 0,6% de différence, ce n’est pas énorme, mais à l’échelle de plusieurs centaines de milliards d’euros, la facture peut être très différente ! Tous les économistes expliquent que, pour faire un bon budget, il faut prendre la fourchette basse des prévisions (il vaut mieux de bonnes surprises que de mauvaises). Mais parce que les dépenses effectuées en début de mandat (paquet fiscal notamment) ne pouvaient se financer que par une croissance élevée, il a fallu bluffer les Français, au risque de gréver les finances publiques un peu plus (ce qui ne dérange pas outre mesure un gouvernement de droite, dont l’objectif est de réduire la taille de l’Etat dans le pays, donc c’est un argument valable de plus).

    Du coup, la France va être obligée de faire des économies de bouts de ficelle, alors qu’une réforme structurelle de l’administration du pays est urgente, nécessaire et pas si difficile à faire (80% des Français la soutiennent, même chez les fonctionnaires, qui sont les premiers à se plaindre du manque d’efficacité dans certains domaines. Et de tailler en outre dans des postes phares et juste super indispensables en période de crise comme en ce moment. Pour protéger certains acquis de l’élite, on préfère le forcer à serrer la ceinture aux plus démunis, alors qu’en général, une bonne politique de rigueur commence par faire faire des sacrifices aux plus privilégiés (et je ne parle pas des fonctionnaires, mais des VRAIS privilégiés, ceux qui gagnent plusieurs centaines de milliers d’euros par an). Or, le Gouvernement de Fillon et Sarkozy a commencé par, non pas leur demander des sacrifices, mais de les récompenser avec un bouclier fiscal à 50% (qui n’a même pas fait revenir les élites exilées en Suisse), et de leur reverser 250 millions d’euros par le Fisc, alors que soi-disant (selon les dires du Président) "les caisses sont vides".

     

    Il est juste dommage (et je ne dénonce que cela dans mon article, pas le principe même des économies) qu’une fois encore, des intérêts privés, des positions idéologistes et des réactions à brûle-pourpoint risquent d’enfoncer encore un peu les déficits de la France et de rendre la situation des Français un peu plus difficile...



  • reaper95 reaper95 21 mars 2008 09:16

    Le problème majeur du "journalisme citoyen et participatif", c’est que n’importe qui peut écrire, ce qui a ses avantages, mais aussi clairement ses inconvénients ! Si je n’arrive pas à déterminer si cet article est un publi-rédactionnel ou pas, on peut juste dire qu’il est aussi fade qu’un compte-rendu d’association, d’une neutralité telle qu’elle pourrait choquer les plus consensuels journalistes du Monde et surtout d’un intérêt plus que douteux, tant je ne vois quel est le sens de cet article, ni pour Lagardère, ni pour l’auteur... 

    M. Thierryro, je veux bien croire votre sincérité, au bénéfice du doute, mais je ne comprend pas tellement vos propos : qu’apportez-vous clairement au sujet ? absolument rien... Cela ressemble vaguement à mes cours sur le sujet que j’ai eu lors de mes études... il y a 7 ans !

    Reconnaissez au moins à Marianne2.fr, à défaut d’avoir su répondre clairement à la problématique qu’il soulève, de vous avoir permis une certaine notoriété ! Notoriété qui va vous peser longtemps, chacun de vos articles risquant d’être dorénavant surveillés et scrutés avec beaucoup de vigilance par tous les Agoranautes...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès