Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Redrogers

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 13/02/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 179 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0



Derniers commentaires

  • Redrogers (---.---.---.210) 10 septembre 2011 17:22

    Je lui renvoie le compliment...

  • Redrogers (---.---.---.210) 10 septembre 2011 13:58

    Merci pour le lien. C’est un élément supplémentaire pour la bonne compréhension de ces phénomènes plutôt hermétiques pour des non financiers (ce qui est pratique...).

    Néanmoins je relève que ces taux doivent être compris comme le reflet de la défiance du « marché » face à un débiteur et les taux actuels montrent donc bien que la Grèce est au plus mal.

    « Par contre si la Grèce voulait par elle-même se refinancer sur les marchés financiers avec de nouveaux emprunts, ceux-ci seraient alors concernés par les taux des CDS actuels et les prêteurs éventuels exigeraient un taux d’intérêt majoré du coût de la garantie (CDS) du risque soit près de 30%, ce qui ne serait pas acceptable pour le pays. La Grèce ne peut donc plus se financer à un coût raisonnable sur les marchés. »
  • Redrogers (---.---.---.210) 10 septembre 2011 12:19

    Ok, je comprends votre objection et apparemment j’ai sauté une étape dans le raisonnement...

    Mais je me pose la question, pourquoi le site dont j’ai donné le lien présenterait le marché secondaire et pas le marché primaire ?
  • Redrogers (---.---.---.210) 10 septembre 2011 12:03

    Merci pour cette précision mais je ferai 3 remarques :


    1. Pure question de forme mais il aurait été plus simple de repartir directement de cette valeur (97%) pour développer la démonstration.
    2. Sur ce lien (http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND), il n’est fait aucune mention d’un marché secondaire.
    3. Si on part du principe qu’il s’agit bien d’un marché secondaire (une sorte de marché de l’occasion pour caricaturer donc), on constate qu’il y a 1 an, ce même taux tournait autour d’1%. Donc, si je reprend votre explication, même en prenant quelques raccourcis, cela signifie qu’il y a 1 an, le taux d’intérêt « en première main » était aux alentours de 0,1% ! Ce qui signifie une rentabilité incroyablement bas pour des investisseurs éventuels, et pas très réaliste...

    J’en conclue donc que le taux présenté sur le lien ci-dessus représente a priori le taux réel des bonds du trésor grec à 1 an et que ce taux est une véritable mise à mort de l’économie grecque. Car, soit ce taux reflète la perception des investisseurs vis à vis de la Gréce, à savoir une position hyper risquée nécessitant donc une rentabilité de fou, soit c’est meurtrier pour la Grèce si elle arrive malgré tout à trouver des banques pour lui prêter à un taux pareil...
  • Redrogers (---.---.---.210) 10 septembre 2011 11:04

    Intéressant mais où interviennent ces 97% d’intérêt. Vous partez de ce constat sans y revenir par la suite.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre






Palmarès