• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Rems

Etudiant en école d’ingénieur, spécialisé dans le secteur telecom.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Rems 23 août 2008 17:26

    Je n’ai pas vu ce film mais j’ai beaucoup entendu "jazzer" à son sujet.

    Attention lecteur, mon discours va faire un peu "Peta" ...
    Tous les messages politques que vous pourrez trouver dans ce film n’enlèvent à mon avis pas le fait que des animaux ont été massacrés (la tortue ?) durant ce film.
    D’accord, d’accord, je mange du boeuf et c’est la même chose diront certains .... mais dans ce cas ci, il s’agit de cruauté.
    Si tout ce que j’ai entendu à ce sujet est vrai, je suis heureux d’avoir pris le parti de ne pas voir ce film.

    Ensuite, le discours "la violence pour condamner la violence" ou encore "le racisme pour condamner le racisme" est ressorti pour chaque film flirtant avec la limite. Je n’ai pas d’avis là-dessus, si ce n’est que la fiction doit rester de la fiction.

    C’est tout .... désolé pour ce message "Bisounours"



  • Rems 31 juillet 2008 01:04

    J’ai eu l’occasion de faire deux années de classes prépa et je me permets de réagir, et aussi de préciser certaines choses.
    Avant toute chose, ces deux années ne sont pas les plus réjouissantes du point de vue psychologique, ni pour les loisirs. Le rythme de travail est soutenu, même si, pour reprendre les termes d’un ancien professeur de mathématiques, ce n’est tout de même pas le bagne.

    Il faut tout de même savoir qu’il y a plusieurs types de classes prépa.
    Plusieurs types de prépa coexistent : scientifique (maths-physique : MP, physique-chimie : PC, physique-sciences de l’ingénieur : PSI), technique (PT), véto (enfin agro-véto si je ne m’abuse), économique (HEC), littéraire (khâgnes) ou encore des prépas "parallèles" comme ATS. Ces différentes classes cohabitent généralement dans les mêmes lycées mais chaque filière a un esprit propre : dans mon lycée, les Veto étaient très orientés "esprit de corps" (avec des chansons par exemple) et les HEC étaient ...... puants (désolé).

    Ensuite, il existe différents types de lycée : les grands lycées (souvent parisiens) mettent généralement une pression importante sur les élèves, avec parfois quelques humiliations (j’ai entendu parler de notes s’échelonnant entre -20 et 20). De plus, il arrive que les professeurs ne s’occupent pas des élèves en difficultés, ne voulant traiter qu’avec "la crême" (un camarade qui est passé par le prestigieux Lycée du Parc m’a expliqué qu’en dehors de Polytechnique et de l’ENS aucun concours n’avait de la valeur aux yeux de ses professeurs).....
    Puis vous avez les lycées de provinces ou les lycées moins prestigieux que les premiers où l’esprit de compétition est moins éxacerbé et où l’on "ose" se contenter d’écoles seulement "bonnes".
    Vous avez enfin quelques lycées de taille modeste, parfois privés, spécialisés (que des prépas HEC ou que des prépas PT, par exemple) qui font souvent preuve d’un bon esprit avec, en moyenne, des résultats en dessous des autres..... malheureusement.

    Enfin, la classe est très importante. J’ai eu la chance d’être au cours de ma seconde année dans une bonne classe avec un corps enseignant compétent et compréhensif... honnêtement, je me considère comme priviliégié.


    Vous le voyez, il existe plusieurs prépas, avec des niveaux de stress plus ou moins élevés. Par contre, il est certain que le stress et que l’esprit de compétition font partie intégrante de ce monde. C’est malheureux, et c’est surtout assez idiot. En effet, il existe un classement officieux des écoles entre les élèves (les super écoles, les bonnes écoles, les écoles moyennes, les écoles honteuses) qui se base souvent sur celui du magazine "Le Point" -ne me demandez pas pourquoi- et qui implique que celui qui rentre dans l’école numéro 10 aura une vie infiniment meilleure et un travail beaucoup plus valorisant que celui qui entre dans l’école numéro 14...... Hors cela est totalement faux et vous vous rendez compte par la suite que toutes les écoles se valent à quelques exceptions près....

    Bref, beaucoup de compétition et de stress pour finalement pas grand chose, mais c’est malheureusement ce stress qui pousse les élèves à travailler... Je trouve cela particulièrement dommage.
    Mais ce monde est aussi le monde des """""élites""""", des lycées qui traitent avec des couches sociales très élevées (en moyenne), de la comparaison avec les frères qui sont aussi passés par là, du prestige qui fait que vous obtenez de facto un "titre". Bref, un monde qui paraît parfois un peu en retard, socialement parlant., avec une conception de la parformance qui n’a que très peu évolué depuis 40 ans.....



    Pour réagir à ce que dit Seku, il y a en fait quelques points un peu génants (disons imprécis) dans cet article, juste quelques petits détails. @ l’auteur : ne le prenez pas mal.

    A la fin de l’année universitaire

    En classe prépa, on ne parle pas d’année universitaire.... (d’ailleurs, une "taupe" n’a quasiment aucune relation avec l’université).

    fleurons de l’université française
    Même remarque. Attention, hein, ça ne rigole pas !

    au cours d’une longue et épuisante série d’examens

    Aucun examen en classes préparatoires. Des contrôles continus (qui ne servent à rien en seconde année) et des concours à la fin.

    brader le prestigieux diplôme
    Pas de diplôme en prépa... "juste" un équivalent License II. Par contre, une réputation pour l’école....



  • Rems 27 juillet 2008 17:10

    Je suis personnellent amateur occasionnel de catch et je trouve votre article ... nécessaire.

    On oublie trop souvent que la construction d’un personnage scéniaque peut passer par la destruction de la personne réélle, que ce soit par appropriation ou par exigence physique.

    De plus, l’extrême violence de ces combats (il n’est pas rare de voir des combattants couverts de sang .... poches d’hémoglobine ?), le caractère malsain de certains combats (Hair Match : la perdant se fait raser les cheveux, Bra and Panties match pour le catch féminin : mettre son adversaire en sous-vêtements ou encore le Casket match : mettre son adversaire dans un cercueil...), ou le côté séxuel parfois ridicule (bodybuilders huilés ou poupées siliconées) ne sont pas ce qui m’attire dans ces show....

    Non en effet, il est parfois possible de voir de vrais athlètes, avec un physique certes imposant mais pas inhumain, comme Rey Mysterio http://www.dailymotion.com/video/x3o9ct_rey-mysterio-619_extreme ou Jeff Hardy http://www.dailymotion.com/video/x3hqkx_presentation-de-jeff-hardy_extreme qui vous l’aurez remarqué sont avant tout souples et explosifs....

    Bref, des combats malsains et violent mais parfois, parfois un peu d’esthétisme..... parfois, et encore, ce n’est aue moi aui trouve cela esthétique ! Tout cela m’amène à penser qu’il faudrait restreindre la diffusion et l’accès au stade aux adultes (et adolescents).

    Je me rappelle à ce titre un combat où un des deux protagonistes étrangle l’autre avec des câbles vidéos... la caméra se tourne par fausse pudeur (malsaine) vers le public... là un enfant de 8 ou 10 regarde son père avec des yeux horrifiés et reproduit le geste ..... ce jour là j’ai souffert......



  • Rems 10 juillet 2008 04:35

    Je me permets de réagir au post de taihun étant moi même dans une école d’ingénieur, où je suis censé côtoyer tous les jours les """cadres de demain""". J’aimerais apporter mon avis sur les relations entre les docteurs et le secteur privé.

    ll y règne dans mon école un certain dédain par rapport aux chercheurs (nos enseignants), à ces gens "absolument pas pragmatiques", "idiots" de préférer un travail excitant (c’est mon avis : vous avez au moins le temps de travailler honnêtement, ce qui est impossible pour un ingénieur) à un gros chiffre sur le bulletin de salaire et surtout "inutiles" ......

    Nous vivons dans la douce illusion que les consultants vont faire tourner tout le secteur privé et que les tâches techniques ne sont destinées qu’aux jeunes qui n’ont pas encore basculé dans le management voire à certains spécialistes (qui s’apparentent souvent à des consultants spécialisés.... à tout hasard pour Cisco.....).

    Je ne pense pas que ma génération soit plus bête que les précédentes ni que mon école contienne des gens beaucoup plus éteints qu’ailleurs..... j’en conclue donc que la plupart des cadres (qui sont généralement passés par ces écoles) ne peuvent même pas concevoir l’hypothèse d’accueillir un docteur dans leur équipe (sauf cas particulier comme les études amont). Et je n’ose meme pas évoquer les réseaux "mafieux" de chaque école.

    Peut être que cela aussi plombe les docteurs, dans leur recherche d’emploi..... En effet, quand je réfléchis à ce qui distingue le système français des autres, je pense que le principe de "Grande Ecole" (Dieu que c’est pompeux) est une spécialité particulièrement française..... Et si c’était de notre faute si les docteurs n’étaient pas reconnus ? C’est peut-être nous (les made in "ecole d’ingenieur") donner un rôle trop grand.... mais c’est sûrement un début d’explication, un peu en bordure du débat, je vous l’accorde.







Palmarès