• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

robeta

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • robeta 14 juin 2007 14:10

    Je maintiens. Quel que soit le secteur de production, c’est bien le consommateur final qui paie tous les coûts de l’entreprise, les taxes, les charges... à condition que le consommateur ait bien acheté la ...production.

    L’entreprise prend le risque de la production et de l’avance des coûts, mais ne les paient vraiment de sa poche que si la marge est négative. Dans ce cas uniquement, la charge est patronale. Dans tous les autres cas de production à marge positive, ce sont bien les acheteurs finaux qui ont vraiment payé l’ensemble des coûts, charges, taxes, impôts, TVA,..., de quelque nom qu’on les baptise.

    Ps j’ai émis un commentaire vers votre article parce que je l’ai trouvé le plus « tranquille » sur le sujet de la TVA sociale. Sur le sujet, il plus de réactions que de reflexion. J’ai apprécié le reflet de votre reflexion. robeta


  • robeta 14 juin 2007 12:52

    Que de clichés avec la TVA... Impôt visible sur toutes les factures, la ligne juste en dessous du prix HT, par nous consommateurs.

    Que de clichés avec les charges patronales et salariales. Qui les paient ? Les patrons, les salariés... mais non Non, en final , ce sont ceux qui achetent la production finale qui paient tout, cad nous les consommateurs.

    L’entreprise ne fait que l’avance de charges, en attendant que sa production nous soit vendue. Elle ne les paie vraiment que si la production reste invendue ou vendue à perte. Ce qui ne dure pas longtemps.

    Remplacer les charges sur le travail (patronales et salariales), par de la TVA sociale, mais pourquoi pas ? Ces charges sociales sont cachées dans le prix HT, elles n’apparaissent pas sur une ligne distincte de la facture, mais elles sont payées à la proportionnelle par le riche et le pauvre. Comme la TVA... !

    Sauf que pour que les charges sociales diminuent, les entreprises s’automatisent ou délocalisent.

    Et qu’en dehors d’un réemploi des travailleurs rendus disponibles, on en met la charge supplementaire aux entreprises qui continuent à employer en France. En période de sous emploi du travail en france, le mécanisme de financement actuel de la sécu est dérégulateur.

    Il est temps d’inventer des mécanismes de financement de la sécu, qui tiennent compte des échanges internationaux avec des pays à dumping social, qui tiennt compte des automatisations avec les machines qui remplacent les hommes, sans réemploi. Je suis plutôt heureux que l’on examine de nouveaux mécanismes d’efficacité solidaire, ceux du passé ont perdu de leur pertinence.

    robeta







Palmarès



Agoravox.tv