• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

roger faligot

roger faligot

Journaliste et écrivain, je suis né en 1952. J’ai débuté en 1973 en Irlande avant de travailler comme reporter d’investigation en free-lance pour des journaux et magazines bretons, parisiens ou étrangers. Pendant sept ans, dans les années 90, j’ai été correspondant spécial de l’hebdomadaire The European, basé à Londres. J’ai présidé, de 1993 à 2000, l’association des journalistes bretons et des pays celtiques.
Auteur, seul ou en collaboration, d’une trentaine d’ouvrages documentaires, notamment sur le renseignement. 
Crédit photo : Roger Faligot

Tableau de bord

  • Premier article le 18/06/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 1 26
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • roger faligot roger faligot 18 juin 2008 14:00

    Bonjour,

    Je comprends que deux petits extraits d’un livre de 600 pages peuvent donner un aspect un peu caricatural de l’ensemble. Aussi pour répondre à quelques remarques : 1) J’ai passé pas mal de temps à étudier le fonctionnement des services de renseignement chinois, parce que leur mutation accompagne forcément celle de la Chine, naguère simple puissance régionale tant sur le plan diplomatique que géopolitique. Le renseignement extérieur a pris forcément une ampleur sans précédent, et s’est accompagné de grandes structure d’intelligence économique. Pour les étudier j’ai aussi demandé sur place à rencontrer des personnalités qui pouvaient me parler des grands plans de recherche, des objectifs et des moyens engagés notamment depuis l’ouverture économique de la Chine depuis les années 80 (sous Deng Xiaoping).

    L’autre versant est évidemment plus problématique : c’est celui de la sécurité intérieure évoquée par Olga, et elle a raison, héritée du système soviétique. C’est évidemment l’aspect le plus sombre et attentatoire aux libertés en Chine. Hélas, alors que les JO se rapprochent, c’est plutôt ce clan-là qui semble l’emporter sur le plan du contrôle des populations. Un mauvais présage pour les journalistes : je crois que j’ai plus de liberté pour travailler à Pékin l’année dernière que n’en aurons mes confrères et consurs journalistes dans deux mois (j’espère me tromper).

    Mais je ne suis ni optimi !ste, ni pessimiste, je vous livre des éléments receuillis de façon clinique. Prenons un seul exemple d’actualité : concernant le Tibet, les élements les plus conservateurs de la sécurité sont contre des négociations avec le Dalai-Lama ou d’autres dirigeants tibétains. Au contraire, des éléments réformistes du Guoanbu (le service de renseignement extérieur) sont favorables à des négociations. Qui va l’emporter ?

    Dernier point (suite à ce que dit Praline) : journaliste-écrivain, je ne suis pas plus proche des services de renseignement qu’un entomologiste des insectes qu’il étudie à la loupe. Cependant, je ne vois pas ce qui nous autoriserait à dire que les services de renseignement français sont nuls. Leurs homologues étrangers les considèrent plutôt avec bienveillance. N’ont-ils pas empêché des attentats sur le sol français depuis douze ans ? Libéré ma consœur Florence Aubenas ? Même joué des rôles d’intermédiaires pour mettre fin à des conflits (je pense à la question des Touaregs, etc...). Je pense qu’il faut équilibrer nos jugements. Je renvoie ceux et celles que cela intéresse au livre que j’ai co-dirigé l’année dernière avec Jean Guisnel, du Point, « Histoire secrète de la Ve République » (en poche à La Découverte). Roger Faligot







Palmarès