• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Romain

je m’appelle Romain j’ai 18 ans set je suis actuellement en terminale économique et sociale au lycée Galilée de Cergy.passionné de sport je m’intéresse aussi beaucoup a la politique comme beaucoup de gens d emon âge malgré ce que l’on pourrait penser.j’ai décidé de m’inscrire agora vox car j’ai trouvé ici un lieu d’expression simple ou beaucoup d’avis de gens très différents sont confrontés.

Tableau de bord

  • Premier article le 13/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Romain 13 avril 2007 12:44

    donner des cours d’économies dans les banlieues ne serait pas forcément une mauvaise chose certes. Néanmoins considérer les jeunes de banlieues comme étant les principaux responsables de la perte de l’argent sur la tva de l’État est je trouve très réducteur. En premier lieu je pense que si les jeunes de banlieues avaient les moyens de payer ce qu’ils achètent plus ou moins illégalement 19,6% de plus pour être dans la légalité ils le feraient surement. Ensuite s’imaginer que ce genre de trafic ne se développe que dans les banlieues est tout aussi réducteur il y a fort à parier que de nombreuses personnes qui ne sont pas des banlieues bénéficient aussi de ces trafics. De plus si tous les gens avaient la possibilité de payer ses achats 19,6% de moins tout en sachant qu’ils volent l’État je pense que vu les problèmes actuelles de pouvoir d’achat des Français beaucoup le feraient.

    Enfin sachez que le programme de l’ESSEC est largement financé sur les fond propres de l’ESSEC et que les seuls subvention viennent du ministère de la ville et qu’elles sont largement minoritaires. De plus l’accès à la culture pour tous devrait être selon moi financé par l’État.Ainsi je ne pense pas que l’on puisse qualifier ce programme de pompe à fric et que les jeunes de banlieues soit de svoleirs de l’État


  • Romain 13 avril 2007 12:30

    je considère en effet les lois sur la parité et sur l’intégration des handicapés comme de la discrimination positive.Néanmoins le système de bourse n’est pas vraiment comparable à cela puisque d’une part il ne met en place aucun quotas d’attribution.D’autre part le système de bourse ne génère pas d’autre discriminations comme le font les politiques de quotas. J’entre dans l’enseignement supérieur dans quelques mois et je ne sais pas si j’aurai le droit à une bourse car je suis fils unique cependant je ne me sens pas discriminé.


  • Romain 11 avril 2007 10:59

    je suis tout à fait d’accord à l’idée d’un débat sur internet. Selon moi ces règles sur le temps de parole des candidats sont bien trop restrictives. Quand je vois une chaine comme TF1 montrer l’égalité des temps de parole fe tous les candidats sur leur chaine je ne peux m’empêcher de sourire.En effet avant le début de la campagne officielle cette même chaine consacrée une émission entière en prime time à nicolas sarkozy et une à Ségolène Royale alors que les autres candidats étaient regroupés par quatre.Je trouve d’une hypocrisie remarquable le fait de respecter le temps de parole des candidats seulement une fois que c’est obligatoire.C’est pour cela que la position des chaines et des candidats vis-à-vis de l’organisation d’un débat est lâche et hypocrite.Un débat sur internet est tout à fait possible aussi bien technniquement que démocratiquement.Aux candidats de prendre leurs responsabilités


  • Romain 11 avril 2007 10:37

    je ne pense pas que l’indécision des électeurs français soit un paradoxe étant donné la médiatisation jamais vu de ces élections. En effet il faut aussi prendre en compte que cette élection comporte un nombre impressionnant de candidats ce qui peut renforcer « l’embarras du choix ».De plus la grande médiatisation peut elle aussi contribuer à l’indécision puisque elle permet aux candidats de plus s’exprimer et donc aux électeurs de plus réfléchir à aux différents programmes et de plus s’interroger donc sur les différents candidats.Par conséquent les électeurs hésitent.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Education






Palmarès