• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

romG

romG

Marin et voyageur, j’ai récemment posé mes valises dans notre belle capitale après avoir pas mal vogué.
Particulièrement touché par les problématiques écologiques, sociales et économiques, j’essaie de porter sur le monde qui nous entoure un regard critique avec une approche "développement durable". Si le fond est idéologique, je m’attache à garder une approche scientifique, pragmatique, mais surtout systémique.
Je suis par ailleurs président d’une association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) que j’ai créée dans le 14e, membres actifs d’associations (éco-construction, jardins partagés) et sociétaire/correspondant local d’ENERCOOP.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/06/2006
  • Modérateur depuis le 16/06/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 188 190
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 43 32 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • romG romG 28 août 2007 14:56

    Bonjour,

    Pour information, l’étude citée de l’ALP (centre de recherches apicoles de Berne) conclut que les toxines Bt utilisées jusqu’à aujourd’hui n’ont eu aucun effet négatif sur les abeilles même en concentrations élevées.

    La prise de conscience des graves problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés requiert une rigueur scientifique irréprochable à laquelle il faut sensibiliser les citoyens. Afin que la science ne soit pas confisquée par une élite et servir des intérêts autres que ceux du plus grand nombre.

    Merci donc aux auteurs de fouiller particulièrement leurs articles avant de les publier. Paul Molga n’est « que » journaliste aux Echos (entre autres).



  • romG romG 25 juillet 2006 19:31

    Attention Mathieu, vous réfléchissez en personne raisonnable ! Certes, la diminution de la biodiversité et de l’abondance des espèces est flagrante ... pour des yeux ouverts, observateurs et intéressés. La grande (et trop silencieuse) majorité n’en a probablement que faire (et tant mieux s’il y a moins de mouches !) et, surtout, ne se rend pas compte des conséquences extrêment graves.

    Alors certes une petite observation vaut mieux qu’un long discours, mais des études scientifiques sont plus que nécessaires pour emporter l’adhésion (notamment des politiques). Le problème, c’est qu’elles nécessitent pas mal d’années d’observation, donc de crédits ...

    Cordialement.



  • romG romG 25 juillet 2006 19:23

    Chers Jako et Jac71,

    Vos observations sont corroborées par des études scientifiques très sérieuses menées depuis de nombreuses années dans de nombreux pays (et dans le nôtre mais depuis peu à un niveau national).

    Je vous invite à aller voir l’excellente initiative d’Hubert Reeves, Bidiversité2007.

    Ce qui est certain, c’est que l’enjeu ne doit pas être ignoré des prochaines échéances électorales alors que les politiques passent un peu trop rapidement sur la question (pas assez vendeur, trop loin dans le temps (sic), ...). A nous d’agir et d’interpeler les élus et futurs candidats !

    Cordialement.



  • romG romG 25 juillet 2006 19:15

    Ah bon, pourtant le WWF, le site Sauvons les abeilles et celui de la Cité des Sciences assure que c’est bien de monsieur Albert. Désinformation de masse ?

    Je préfère penser que cette citation soit d’un grand scientifique plutôt que d’un auteur dramatique (quoi que ...).



  • romG romG 25 juillet 2006 16:57

    Bonjour Gnole,

    L’information est aussi reprise par Le Monde, et j’imagine qu’ils ont vérifiés les sources de Science (j’espère du moins). Toujours est-il qu’il s’agit d’une enquête menée par Jacobus Biesmeijer et William Kunin (université de Leeds, au Royaume-Uni) et une équipe de chercheurs britanniques, allemands et néerlandais. Par ailleurs, pour Guy Rodet, entomologiste à l’Institut national de la recherche agricole (INRA) d’Avignon (département santé des plantes et environnement), cet article est important car « c’est le premier à mettre scientifiquement en évidence le déclin des insectes pollinisateurs. Et cela avec un grand nombre de données et sur une longue échelle de temps. »

    Cordialement.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès