• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sabazios

sabazios

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 02/07/2009
  • Modérateur depuis le 30/08/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 16 29
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • sabazios sabazios 5 septembre 2011 21:20

    “Combat” révélateur que celui de mr Raffarin et de nombreux autres députés.

    La fiscalité française est sommée de continuer à favoriser les usines à tourisme. Bien sur c’est pour le bonheur du peuple, pour la bonne cause, quoi.

    Il est vrai qu’à force d’avoir autorisé et lourdement aidé ces structures à détruire et privatiser le patrimoine naturel libre et gratuit, il est aujourd’hui quasiment impossible pour nous de le parcourir librement, d’y planter sa tente gratuitement et de se laisser aller aux plaisirs simples de la promenade, de la découverte, de la cueillette.

    Il y a encore quelques années, avant la touristification massive des territoires, nous partions gratuitement en famille ou entre amis, n’avions nul besoin de ces récents espaces “ludiques”, “éducatifs”, aseptisés, sécurisés, organisés, aménagés, clôturés ….. et payants .

    L’industrie du tourisme, avec la complicité actives des états, a réussi en quelques années le tour de force de modifier radicalement notre environnement, nos comportements, notre façon de le ressentir, d’y vivre et de l’aimer.

    S’offrir des vacances gratuites, sans consommation compulsive de confort urbain et d’activités intensives ou “destressantes” est aujourd’hui signe de comportement déviant. Et les déviants qui voudraient encore s’adonner librement à leur vision simple et originelle de la nature butent de clôtures en interdictions.

    L’organisation moderne du monde du travail y installe sa philosophie. Culte de l’effort, du dépassement de soi, si propice à faire de l’être humain un travailleur parfait et performant, et services de “ressourcement” guidé et orienté pour faire oublier au travailleur moderne ses innacceptables conditions de vie et le stress permanent et invivable de l’activité salariée qui a remplacé parfois en pire les accidents physiques.

    La société marchande victorieuse y a gagné le marché de la vente de services immatèriels, en complément de la vente matérielle de biens .

    Le monde politique y a gagné la paix, par le biais de ces structures modernes d’abrutissement de masse qui nous vendent ces “jeux du cirque” sophistiqués.

    Pour nous, messieurs Raffarin De Villiers et autres Vallini, l’idéal serait que vous nous laissiez tranquilles et arrêtiez la vente au privé de notre nature, de nos forêts, de nos plages et de nos montagnes et leur détournement mercantile.

    Et vos débats, en notre nom, sur le taux de taxation à appliquer à vos amis de l’industrie du tourisme et des loisirs, ou sur la quantité de subventions à leur offrir on n’en a que faire.

    http://chambarans.unblog.fr/



  • sabazios sabazios 4 août 2011 12:15


    Un scandale de type “hippodrome de Compiègne” pour le Center Parcs de Roybon ?

    Le canard enchaîné poursuit à juste titre un ancien ministre des ses ailes vengeresses pour avoir bradé l’hippodrome de Compiègne.

    D’autres volatiles, en Isère, s’indignent du prix vendu par la commune de Roybon du bois des Avenières, dont elle est propriétaire à la société privée, cotée en bourse Center Parcs, avec le soutien de la région et du département.

    Ce bois de 200 ha, classé en zone constructible pour les besoins de la transaction est en effet vendu ( offert !) à 0,30 cts le mètre carré.

    Une recherche sur internet donne pour la même région un prix moyen de …… 101 euros le mètre carré, le terrain constructible !

    Alors, gestion saine équilibrée de la commune de Roybon du Conseil Général et du Conseil régional (qui en plus de ce cadeau sidérant offrent à eux deux 22 millions d’euros de subvention publiques) ou bradage honteux au bénéfice de la très prospère société Pierre et Vacances-Center Parcs ?

    Plus d’infos :

    http://chambarans.unblog.fr/2011/08/04/un-scandale-hippodrome-de-compiegne-a-roybon/



  • sabazios sabazios 30 août 2010 23:11
    « L’auteur » ne mène pas de croisade. Je ne suis pas mu par un délire religieux ou idéologique.
    Et je ne pousse aucun groupe à quoi que ce soit.
    Je constate que, effectivement, des groupes émergent et veulent se faire entendre, dans un discours qui, parfois rejoint le mien.
    Je ne fais que tenter de faire réfléchir dans un monde ou les économistes sont devenus les nouveaux philosophes .
    Et en simple individu, plus tout jeune, adepte des promenades en nature sauvage, je ne peux que m’insurger contre la marchandisation des espaces naturels libres offerts contre la promesse de quelques emplois ( ah l’argument suprême de la société marchande qui parralèllement les délocalise à tour de bras !).
    Le lundi, on dépossède les gens de leur travail, le lundi suivant, après les avoir fait stagner dans l’angoisse du lendemain, on leur « offre » des emplois de misère en partie subventionnés par l’état et les collectivités et au passage on les dépossède de leurs forêts, transformées en terrain de jeux aseptisés, cloturés et payants .Et on rentre dans le « c’est mieux que rien » propre à nous faire avaler les plus ignobles couleuvres.
    Ce n’est pas d’un « chamboulement des habitudes » qu’il s’agit, mais bien d’une dépossession violente et brutale (bien que greenwatchée, évidemment).
    Se poser les questions quant aux limites aux actions d’oppositions ?
    Mais c’est une inversion tragique de toute logique humaine !
    La question qui se pose aujourd’hui est plutôt : « comment ne pas avoir de limites à nos oppositions » limites soigneusement établies et rendues incontournables par un fatalisme entretenu et une paupérisation sociale propre à faire taire nos consciences.
    « L’élément de compréhension », qui manquerait dans cet article n’est pas masqué et le lien vers le blog des opposants isèrois ( ou un simple clic sur mon pseudonyme) permet d’avoir une vue d’ensemble de nos griefs contre la société incriminée, mais aussi contre toutes celles qui sous couvert d’économie durable, nous vendent actuellement l’inacceptable.
    En isère c’est « Pierre et Vacances » que je participe à combattre, car c’est cette société qui veut s’installer, mais je ne fais pas de fixation sur cette dernière. Néanmoins les méthodes de cette dernière sont d’une telle « actualité » ( et ses concurents les reprennent en les copiant), qu’elle a attiré mon attention et m’a amené à réfléchir et à tenter de faire réfléchir mes concitoyens.
     


  • sabazios sabazios 30 août 2010 22:20

    Un bien fou à la région ? Là ou le tourisme s’installe, toute autre activité non liée est interdite .

    Comme Renault, peugeot ou Michelin à l’époque, c’est la « mono activité » qui arrive en reine avec des salaires tirés vers le très bas et l’espérance que le turn over ne fidèlisera pas des travailleurs qui ne seront pas en position de se fédérer et d’exiger des conditions de vie décentes.
    120 millions investis ? Pour qui et pour quoi ?
    Qui en tirera bénéfices ?
    sur les chantiers de Center Parcs les inspecteurs du travail trouvent des sans papiers, des jeunes de 16 ans en situation illégales .
    eh oui, il faut profiter de la « manne » ....
    800 emplois ? dont un tiers à 9 heures par semaine, dans le ménage tard le soir, tôt le matin.
    Quel avenir radieux !!
    Les chômeurs lorrains peuvent se ballader dans la forêt ?
    Mais ils ont tant à en apprendre !! tant qu’on ne leur a pas volée ....
    khmers verts ? 
    développez, s’il vos plaît .
    Je ne suis encarté dans aucune chapelle verte et la nature que j’aime c’est celle dont mon père m’a appris à en vivre en la respectant, et en n’en tirant que ce qu’elle est capable de me donner, pas en la volant, ni en la violant, ni en la privatisant .


  • sabazios sabazios 30 août 2010 21:51

    Entre la peste et le choléra , voilà bien le seul droit de réfléchir ou de croire décider qu’il nous reste !

    C’est Center Parcs ou l’aéroport
    Center Parcs ou le chômage
    Center Parcs ou la décharge ....
    La peste .... le choléra .....
    Et notre vie la dedans, nos aspirations nos rêves.
    Notre droit de décider de nos vies ?????
    De la façon de décider de ce que nous voulons en faire ?
    De l’envie que nous pourrions avoir d’une nature libre et non marchandisée .
    De ce que nous attendons de nos territoires ?
    De la vie que nous voulons y mener ? De la façon dont nous voulons y vivre ? en vivre ?
    Si des « associations  » veulent mettre le « binz » dans la mécanique bien huilée du tourisme comme seule alternative à la misère moderne tant mieux !









Palmarès