Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

SALOMON2345

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 497 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires

  • SALOMON2345 (---.---.---.84) 27 août 2014 19:28

    Il faut distinguer le drapeau de qui le porte et si - tels certains catholiques qui sont peu chrétiens - beaucoup de prétendants A et non DE gauche (le distinguo est pour tous les apparatchik sur l’échiquier), piétinent l’idéal et les valeurs humanistes de la gauche, certes au contours flous comme peuvent l’être des sentiments, mais ces « socialistes » qui se revendiquent À sont des « socialistes » non pratiquants (tel le catho Borgia, pape, et le chrétien Abbé Pierre, petit curé par ex.). De grands penseurs et écrivains ont pensé le bon, le beau et le bien qui peuvent gouverner les coeurs mais effectivement, les sauvages sans foi ni loi triomphent et il y a longtemps que ni Montesquieu, ni Hugo et encore moins Jaurès n’alimentent - « s’ils ont un trou » - leurs rêves, tous ces « pragmatiques » !!!
    Salutations

  • SALOMON2345 (---.---.---.84) 27 août 2014 19:10

    Bien avant l’élection, il dit un jour, alors qu’il était à Londres et pour rassurer les rosbeef, qu’ils n’avaient plus rien à craindre car « en France il n’y avait plus de communistes... »
    La preuve et selon le Canard : Vals boit un coup à la Fête du Medef et cet été, François boit le canon et casse la croûte à Saint Tropez, chez son pote le milliardaire François Pinault (le pote de Chirac, décidément tous les deux) et François dans les yeux de François lui a sûrement répété : « j’aime pas les riches ! ».
    Tout ça rappelle un peu le célèbre TOPAZE et son collègue qui fume à la fin du film un excellent cigare pour riche et bien au-dessus de sa condition...

  • SALOMON2345 (---.---.---.84) 27 août 2014 19:10

    Bien avant l’élection, il dit un jour, alors qu’il était à Londres et pour rassurer les rosbeef, qu’ils n’avaient plus rien à craindre car « en France il n’y avait plus de communistes... »
    La preuve et selon le Canard : Vals boit un coup à la Fête du Medef et cet été, François boit le canon et casse la croûte à Saint Tropez, chez son pote le milliardaire François Pinault (le pote de Chirac, décidément tous les deux) et François dans les yeux de François lui a sûrement répété : « j’aime pas les riches ! ».
    Tout ça rappelle un peu le célèbre TOPAZE et son collègue qui fume à la fin du film un excellent cigare pour riche et bien au-dessus de sa condition...

  • SALOMON2345 (---.---.---.84) 27 août 2014 18:50

    Vos remarques sont pertinentes mais hélas les institutions permettent juridiquement de rester au pouvoir même si ceux qui s’y trouvent n’ont plus que quelques % dans l’opinion. D’autres élus avant nos « libéraux sociaux » ont déjà connu (en moins fort certes) certaines dégringolades sans qu’ils ne s’en émeuvent plus que moralement acceptable : ce sont des « bêtes à sang froid », loin de nous simples citoyens...
    Pompidou (ancien de chez Rostchild) est de retour et Chaban (pur Gaulliste) est viré de nouveau, symboliquement, comme l’arrivée du nouveau ministre des sous, formé dans la même banque. L’histoire se répète parfois... mais jusqu’où ?
    Salutations.

  • SALOMON2345 (---.---.---.153) 20 août 2014 16:36

    Merci de confirmer ce que beaucoup semblent ne pas voir : le bordel est arrivé les lendemains de la chute de l’Est, non pas qu’y régnait un paradis là-bas mais à l’Ouest, les puissants n’ont plus eu aucune crainte face aux partis disons progressistes : « plus besoin de se tracasser, on est les rois du monde, les partis de gauche, les syndicats et toutes leurs merdes : aux chiottes ! Enrichissons-nous ! » François Guizot était de retour et le XIXe siècle n’allait pas tarder à faire un retour triomphant : on y est... presque... encore quelques instants, Monsieur le Bourreau et vos complices...







Palmarès