• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

SALOMON2345

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 498 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • SALOMON2345 1er octobre 2014 18:39

    Qu’un état gère mal cela est possible mais que TOUS - les 28 - soient ensemble à quelques variantes près dans la mouise, attend une autre explication que celle d’avoir « VÉCU AU DESSUS DES SES MOYENS » ! Toute l’Europe est malade : mais c’est une épidémie alors ? À moins que...

    Souvenons-nous, sont arrivés ensemble :
    - la chute du mur de Berlin (et les frontières disparues) a favorisé les déménagements d’usines (surtout l’Allemagne et sa proximité vers l’Est ), les bénéfices tirés de cette désindustrialisation à l’ouest restant au passage dans les même poches des patrons et autres zinzin (les investisseurs institutionnels et autre packages financiers)
    - à l’ouest - l’ours soviétique à genoux - plus questions alors de s’inquiéter des opinions publiques : « youpi c’est la fête, champagne ! » se réjouirent tous les Picsou d’occident, on a gagné«  !!! Les usines fermant en lâchant dans la nature des milliers et des milliers d’emploi, les états refusant de taxer avec justice et INTELLIGENCE la finance pour compenser les pertes sociales née de ce nouveau business, les politiques vont de concert agir donc sur trois leviers pour rembourser ces fameux emprunts, »compensatoires« au désordre voulu et bien organisé, les transports, les personnels déplacés, les normes inapplicables : 
    1er levier - détaxer (au nom de la compétitivité) les entreprises, laisser s’installer un dumping fiscal (voir les paradis au coeur de l’Europe), réduire les cotisations sociales patronales (les charges qu’ils disent) d’une part... tout cela créant un trou abyssal... qui sera comblé par l’emprunt... ben voyons... un peu comme celui qui ne paye pas le juste prix de sa cantine et la collectivité qui compense !
    2e levier - réduire voire supprimer ce que nos anciens avaient obtenu de longues luttes sociales, le gros mot »d’acquis social« , voulu par le CNR, signé par de Gaulle, le PCF, le PS, les Chrétien/sociaux etc... (ce que Chaban-Delmas voulu instituer avant que Pompidou ne le vire)
    3e levier - laisser américaniser plus encore la société française par de sournoises privatisations, au bénéfice de quelque Qatari et autres philanthropes, vente des bijoux, le tout pour compenser les creux provoqués intentionnellement pour un retour au 19e siècle (Lire Thomas Piketty)
    Mais avant cette ruine imminente et annoncée de notre société, partout en Europe (et ailleurs peut-être), il faut rappeler le rôle de nos industriels nationaux partis au long de contrées lointaines - non pas pour rapporter des épices - mais détruire des pans entiers de ce qui se fabriquait par exemple en France. Complément d’enquête un soir sur la 2 montrait le déchargement au Havre d’un porte contenairs provenant de Chine lequel repartait À VIDE !!! Pas besoin d’explication de texte, l’image suffisait pour comprendre ce qu’il se passait !
     »Qu’un chat soit noir ou gris, peu importe, s’il attrape les souris« . Nouvelle »religion« de Den Siao Ping, il promulguait ce nouvel adage tout en supprimant la faucille et le marteau du drapeau national :  »on allait voir ce qu’on allait voir...« et on a vu, ce Peuple qui voilà peu de temps hier utilisait encore le boulier avant que les anciens »ennemis« n’arrivent avec plans, machines, sciences, études, matières, outils, pour fabriquer à vil prix ce qu’alors ils avaient cependant réussi chez nous mais au passage, ces Medef associés construisirent quelques nouvelles fortunes en conservant - pour eux comme d’hab - la différence de »coûts" permis par ces déménagements et quelques corruptions certainement...
    Pour conclure et si vous additionnez :
    - 1973, les Etats empruntent aux banques privées - perte du levier de souveraineté
    - 1989, le mur et toutes ses conséquences (heureuses certes pour beaucoup d’entre-elles)
    - 2000... 2014... et à suivre : LE BORDEL GÉNÉRALISÉ !!!


  • SALOMON2345 30 septembre 2014 08:48

    Bien sûr que les idées doivent gouverner (quoique Brassens refuse de mourir pour elles ou alors de mort lente) mais passons sur le poète et sa stigmatisation pertinente contre tout fanatisme.
    À l’évidence le « drapeau » prévaut sur celui qui le porte et il n’y a pas de mauvais outils mais que de mauvais ouvriers mais et cela dit, on ne peut ignorer l’influence du chêne du tonneau sur le goût final du nectar... ou du vinaigre ? Contenant et contenu vivent ensemble mais j’approuve lorsque vous laissez entendre que changer la constitution ne résoudrait en rien le mauvais comportement de ceux qui doivent en principe en respecter l’esprit mais qui souvent abusent de la lettre pour masquer l’inanité de leur pensée. Cela reviendrait à renverser la table mais alors pour la suite avec Pandore...
    Le référendum : pourquoi faire, puisqu’une autre route permet d’en occulter le résultat qui déplait ?
    Trahison de l’esprit encore : au nom de la parité parentale (dont on se sert en douce pour réduire « la charge »), on divise le congé familial père/mère en 50/50, ainsi, derrière un beau principe dans lequel le pouvoir se drape, on bidouille le réel avec une hypocrisie énorme tel le nez au milieu de la figure et c’est ce genre d’accumulation qui détruit à terme, toute confiance à l’endroit des élus dont nous savons de surcroît, leur impossibilité personnelle et structurelle (les partis) à s’opposer à toute idée malfaisante ! Sans bouleverser la structure et je vous rejoins, il nous faut inventer de nouveaux verrous pour conserver l’essentiel : notre République, Sociale et Démocratique... inventer des radars contre les infractions commises à l’encontre de notre code politique : notre Constitution, toujours à manipuler avec précautions.


  • SALOMON2345 4 septembre 2014 19:57
    Alinéa
    « Que celui qui n’a pas péché lui jette la première pierre... » fait-on dire à un célèbre barbu, parabole à laquelle j’adhère mais ici il ne s’agit pas du péché - offense (discutable) à la morale - mais bien d’une offense à l’éthique : le mensonge public entre les affichages d’empathie et la réalité des sentiments qui servent au succès d’une élection DÉMOCRATIQUE, jouée avec des dés pipés in fine !! 
    Que des humains partouzent, tant mieux s’ils aiment, mais qu’un Cahuzac contrôle les fraudeurs, qu’un curé tripote les enfants à qui il enseigne l’interdit du vilain péché de chair, qu’un Borgia diffère tellement d’un Abbé Pierre bref, quelqu’un qui se déguise sur des vertus qu’il n’a pas, qui porte un masque de bon enfant, propre sur lui, déclare pour obtenir les « ors » qu’il il aime la veuve et l’orphelin et se comporte - plus discrètement - que SARKO en gros suscite légitimement quelques grosses questions, non ? La fausse monnaie - le mensonge par intérêt - pour un chef d’Etat ne provoque pas le même regard que celui porté sur le voyou lambda ! Peu me chaut que Hollande soit comme nos rois un chaud lapin sauf ce qu’il dévoile dans la coulisse, hors micro, loin des attentes de ceux qui l’ont élu (dont moi). De surcroît, mes mensonges n’auront jamais les mêmes conséquences que ces paroles frelatées, droit dans les yeux, dites par mon Président... aux édentés !
    Salutations et sans rancunes...

  • SALOMON2345 4 septembre 2014 19:10

    Il n’aime pas les riches (mais bouffe avec eux - voir le Canard) mais déteste aussi les pauvres ! À part sa zigounette, qui aime-t-il donc : pas les pauv’cons de gauche dans mon genre, semble-t-il ?


    Tous vomissent sur « la vengeance » de l’ex 1ere dame (c’est pas beau), mais selon les paroles prononcées par le PR (même en privé), prouve que nous sommes tous cocus avec elle ! 

    Imaginez le Pape François (oh non pas lui !) qui enfin apporte la preuve absolue que Dieu n’existe pas : vous imaginez le bordel mondial ? Et bien c’est un peu ressemblant au fait d’attendre du pain qui manque sans jamais recevoir de la brioche à la place qui jamais ne viendra, parce que la promesse était mensongère... « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent... » qui disait l’autre, le condamné...

    Non, le plus critiquable des deux n’est pas le porteur du message mais celui qui le rédige....

  • SALOMON2345 4 septembre 2014 18:14

    Bonjour Alinea...

    Moi qui vous suit régulièrement, qui apprécie vos textes, qui partage vos idées, je ne vous suis pas dans votre commentaire et j’explique :
    - CLINTON, bénéficiaire d’interdites et illégales (je ne parle pas d’illégitimité) papouilles, fut défendu alors par un glissement douteux de la caméra, ses thuriféraires accusant ses procureurs de « moralistes » et et porteurs d’autres ringardes pensées ! Le facteur responsable d’un mauvais courrier...
    La-dite caméra - comme aujourd’hui celle de Solférino - fit croire à l’époque que le reproche adressé à Clinton relevait de ses délicieux apartés alors que, Président des US, il les avait niés officiellement et s’il est un des très rares traits américain que j’apprécie, c’est l’exigence pour tout élu de ne jamais mentir à son Peuple. 
    Je ne suis pas naïf et n’ignore pas le règne généralisé du mensonge (où sont les « vertueux ») mais les faux culs « et complices » qui soutiennent les menteurs me font absolument horreur ! Dito aujourd’hui, mêmes stupéfactions, mêmes avocats marrons mais : le Roi est nu... et il n’a pas (ou peu) de coucouillettes et il faut le dire, même si son Ex effraie par la crudité de son message... et je crains que le pire n’est pas celui à qui l’on tente de « sucrer » l’amertume qu’il déverse ainsi par des projecteurs allumés sans préavis...
    Je suis très triste car où mettre son bulletin demain, surtout lorsque Guy Bedos souligne qu’il est dur d’être socialiste... surtout quand on est de gauche ! Il reste bien sûr notre ami... s’il suit vos conseils.
    Salutations sincères






Palmarès