• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Savignol

Savignol de Casteljac, voilà qui fleure bon la gasconnade, la gauloise forfanterie.
L’auteur de L’abîme triomphant, cet amoureux du bon mot et de la phrase chantante, est à l’image de l’ostensible pseudonyme qu’il s’est choisi : haut en verbe et en couleur, mais refusant d’acquitter une rançon de la gloire qu’il juge inconciliable avec l’ascèse inhérente à l’Écriture. À la forfaiture des mondanités, il préfère une saine réclusion cathartique, condition sine qua none à l’indépendance d’esprit dont tout écrivain devrait se prévaloir.
Vous l’avez compris, Savignol a pris le parti de la rodomontade, de la farce délectable, et contribue, plus sérieusement, à ce qu’une toute nouvelle science, la Zygomatique ou science du rire gras, acquiert enfin les lettres de noblesse épistémologiques qui lui reviennent de droit ; un sacerdoce dont il s’acquitte avec tout le sérieux qui sied au dépositaire d’une mission de grande importance.
Car ne vous y trompez pas, derrière le ton badin dont il ornemente ses propos (l’auteur s’est essayé en vain à cette écriture blanche que Barthes appelait de tous ses voeux, mais le pittoresque l’emmène à chaque fois trop haut, bien au-delà d’un utopique « degré zéro »), l’auteur dissimule une volonté de dénoncer l’hypocrisie d’un monde qui souvent le dépasse, pour ne pas dire, le consterne. Une situation d’une gravité telle que seule la causticité de l’ironie semble à même de pouvoir la dissoudre.
Retrouvez les billets d’humeur de Savignol sur son blog.

Tableau de bord

  • Premier article le 05/10/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 69 125
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Savignol 7 juin 2008 16:15

    Un fatras d’imbécillité, mais venant d’un libertaire habitant Libourne on ne peut pas en attendre plus. Il est vrai que les effets secondaires (d’aucuns diraient collatéraux) d’une trop forte immigration doivent se faire ressentir énormément à Libourne. 

    Monsieur le nain s’étonne de la "stabilité déconcertante de l’immigration en France". Mais c’est parce que certains se chargent de la maintenir (avec plus ou moins de succès) à ce niveau.

    Moi ce qui me déconcerte, c’est que tous les jours quand j’appuie sur mon interrupteur il y ait de la lumière. Mais suis-je bête, c’est parce qu’il y a des gens qui oeuvrent en ce sens. Vous ne trouvez pas étonnant toutes ces routes sur lesquelles nous pouvons rouler ? Mais suis-je nouille, il y a des gens qui les construisent et qui les entretiennent. C’est étonnnant aussi ce pays où l’on ne se fait pas égorger à tous les coins de rue ? Comment ? il y a la police ? ah bon ? Je pensais que la violence s’auto-réguler. Comme à la préhistoire.

    Féru d’histoire dites-vous ? Faut réviser alors. Parce que l’Histoire, elle n’est faite que de violence et de lutte pour déposséder le voisin de ce qu’il a.



  • Savignol 18 février 2008 14:51

    C’est quoi une charge "pas infondée mais assez lourde" ?



  • Savignol 1er février 2008 17:09

    Copieur !



  • Savignol 1er février 2008 16:45

    Sauf que la démonstration proposée est elle-même pseudo scientifique. Reprend l’argumentaire du début avec les chiffres c’est à mourir de rire. J’aimerais savoir comment les gens qui n’ont pas eu d’infarctus peuvent répondre à la question ? Ca ne t’auras pas échappé.

    Ca y est ? tu vois le paradoxe ?



  • Savignol 1er février 2008 14:07

    Ce n’est pas une supercherie c’est une démonstration par l’exemple, avec un beau paradoxe à la clé.

    Ce qui aurait été plus fort, c’aurait été de ne pas démontrer avec une approche pseudo scientifique qu’avec une approche pseudo scientifique on ne prouve rien.

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès