• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

seanus

seanus

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 14 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • seanus seanus 15 septembre 2007 13:53

    Ben je me demande ce que Ouest a appris dans sa petite université. Il a pas du bien la fréquenter souvent. Les seules réponses de cet individu sont des insultes. Il n’a du pratiquer que ces cours la.

    A moins que les catalogues de gens sérieux soient tous faux, la peinture sur toiles a bien au moins un siècle quand Rubens peint. Et les peintres que j’ai cité ne sont que des exemples de ceux qui l’ont utilisé.

    Quand aux études préparatoires de Rubens, il suffit de parcourir les musées d’Europe pour s’en délecter. Mais comme Ouest discours sur des expos qu’il n’a pas vu, je suppose qu’il n’a jamais quitté le fauteuil qui se trouve devant son écran.

    MON Sieur West, vous n’aimez pas la peinture, vous passez votre temps a vous contempler le nombril en vous gargarisant de vos phrases sans queue ni tête toutes enflées de votre suffisance.


  • seanus seanus 15 septembre 2007 11:53

    Il dit « Rubens inaugura la manière grasse de la peinture à l’huile et sur toiles ».

    Je viens de consulter les catalogues de Titien, Véronèse, Tintoret, la majorité de leurs oeuvres sont sur toiles. Caravage n’a pas attendu Rubens pour peindre sur toile, son catalogue est quasiment entièrement sur toile.

    De plus nous faire croire : « Et qu’il se contentait de les lier en un passage rapide et très savant. », c’est oublier les innombrables études préparatoires a toutes ses grandes oeuvres. peu de place a l’improvisation.

    Lire le texte de Schama sur Rembrandt et Rubens.

    Et il sacrifie encore a sa manie des rapprochements hasardeux. Faire un parallèle entre Rubens et Warhol, c’est a pisser de rire.

    Bof, Demian ne m’apprend rien, ne me donne en plus pas envie d’aller au expo, mais surtout me fait bien rire. Ceux que la peinture dite classique intéresse peuvent aller sur le site de la tribune de l’art. On y lit des textes sérieux, documentés, pas ampoulés, ecrits par des gens qui ont vu les expos et savent de quoi ils parlent. De vrais amateurs de peinture.


  • seanus seanus 30 juillet 2007 21:50

    Encore un autre génie :« Franz Hals ». Damian n’a que ce mot pour qualifier le moindre zozo qui dépose de la couleur sur une toile.

    Hals n’est pas à négliger, certes, mais quand même, ses compositions sont d’une affligeante maladresse. La toile des régentes qui se trouve à Harlem est bancale, mal foutue et déséquilibrée. Il n’y a qu’à regarder « le syndic des drapiers » pour voir comment on peut traiter le même genre de sujet avec une autre réussite.

    Mais je ne crois pas que Damian aime vraiment la peinture, il aime surtout le discours, tout aussi bancal que les toiles de Franz Hals, qu’elle lui permet d’écrire.

    Petit rappel : je n’ai aucun goût pour Jimi Hendrix, je ne l’ai citer que parce qu’il était dans les références de Damian et que ce monsieur Jimi contredisait de façon flagrante les théories de l’auteur sur la musique (Il doit aussi en être un spécialiste puisqu’il connaît tout). Mais les oreilles de Damian n’ont sans doute jamais été atteintes par la musique de Monk. Trop subtil pour lui. De plus c’est de la musique qui s’écoute et qui ne nécessite pas de littérature.

    Je serrerais bien cinq à Boileau419.

    Damian nous affirme : « La société flamande avait inventé la banque pendant la Renaissance » Précision : les premières traces d’activité ressemblant a de la banque sont en Mésopotamie il y a 4000 ans et le mot apparaît en France au XVéme. Les Médicis ont pratiqué cette activité bien avant le XVII hollandais et la première bourse ouvre à Bruges. On m’aurait caché que Bruges était a l’époque en Hollande !.

    Il dit aussi « Rembrandt a peint des portraits intimes, de sa femme avec son fils ». Je connais bien quelques portraits de Titus (en moine, au pupitre,...) mais pas avec sa mère !

    J’oubliais aussi : « soutenues par l’espace marchand et la tolérance du « laisser faire » capitaliste de la nouvelle société bourgeoise montante. » alors que d’après Damian lui-même, il a fallut attendre Picasso pour profiter de cette liberté ! Voir articles précédents.

    Encore : « Aussi, cette période prépara-t-elle le grand avènement du portrait bourgeois puis démocratique, du XIXe siècle. ». Bon sang, ou sont passés Van Dyck, Rubens, et tant d’autres portraitiste français, Italiens, Espagnols ... Damian a le secret des raccourcis qui permettent de faire avaler n’importe quelles couleuvres a ceux qui découvrent la peinture.

    Enfin, je ne profère aucune injure, quelque ironie, certes, mais je n’en n’attends pas autant de vous puisque c’est la seule manière que vous utilisez pour répondre a vos contradicteurs que vous accusez ensuite d’utilisez les mêmes procédés.

    Pour rire un peu, apprenez que Damian est amateur de Valéry. On se demande ce qu’il y a appris. Le doute, certainement pas. La concision, encore moins. La clarté, je ne crois pas. L’intelligence ....


  • seanus seanus 14 juillet 2007 12:23

    Et puis que savez vous de mes économies de quelques études.

    Vous dites « Toute personne censée dans le public sait que l’art était contraint avant les libertés du XXè siècle. » Si il suffit d’être censé pour le savoir, a quoi bon les études.

    Et bien je n’en suis pas aussi sur que vous. Que le statut de l’artiste ne soit plus le même, sûrement. Mais ce n’est pas de cela dont il est question. Des exemples que je donne, vous prétendez qu’ils ne représentent qu’une minorité. Il serait pourtant bien facile d’en remplir des pages.

    Ah, pour sur, les artistes serviles qui suivaient scrupuleusement les désirs de leurs commanditaires sont légions. Mais qui les a retenu. Il est vrai que les cimaises des musées en sont couvertes. Vous nous avez expliqué le « génie » de Dürer parce qu’il a fait changé la société (C’est dans la définition que vous donnez du génie). Comment l’aurait il fait sans une certaine indépendance d’esprit. (Pour ce qui est de Dürer, la copie quasiment servile du retable de Bellini des Frari sur les panneaux aujourd’hui à Munich me laisse dubitatif devant cette indépendance d’esprit).

    Je crois que c’est justement la liberté revendiquée, malgré les contingences du siècle, qui a fait les grands. Cette liberté dont jouissent les artistes du XXè siècles est toute illusoire. C’est un nouveau conformisme de se dire libre.


  • seanus seanus 14 juillet 2007 11:54

    « Dans toutes ces manifestations hostiles aux institutions qui régulent le savoir, on sent bien le désir de transgression ». Je l’avais oublié celle la. Et c’est moi que vous traitez de staliniste !

    Surtout, régulons le savoir, brulons les livres qui ne conviennent pas, clouons le bec aux transgresseurs et éliminons toutes contradiction.

    Le conformisme est l’idéal d’une société bien policée, celle dont vous révez sans doute. je me demande ce que vous écoutez cher Gainsbourg.







Palmarès



Agoravox.tv