• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Sébastien MERIC

Mon enfance s’est forgée dans des projets éco responsables
  • Maison solaire dans les années 80
  • Maison passive dans les années 2000
  • Participation à la mise en place d’une réserve naturelle
  • Mise en place d’une bibliothèque municipale
  • ....

comptent parmi les projets élaborés au sein de ma famille
C’est fort de ce socle et de cette expérience du militant concret que j’ai pu rentrer dans ma propre vie militante :
  • Président de la Lesbian&Gay Pride de Lyon pendant les combats pour le pACS
  • Présent aux côtés de Ras le Front quand Million signait un pacte contre nature
  • Rédacteurs d’articles libres pour la communauté de développeurs francophones
J’ai fini par entrer chez les Verts en 2005

Tableau de bord

  • Premier article le 11/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 8 19
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Sébastien MERIC 13 février 2008 08:45

    Amis lecteurs et amies lectrices merci.

    Cet article a déconserté nombre d’entre vous parce que j’ai refusé le point de vue dogmatique du "ma bagnole d’abord" et qu’en jettant un oeil par la fenêtre j’ai vu des gens qui vivaient dans les bouchons.

    Ils/elles ne sont pas nombreux au volant à empreinter les voies bus, à nerveusement doubler alors que le feu plus loin est rouge, à faire la loi sur la route, etc. Ne laissons pas leur mauvaise humeur ternir l’image de l’automobiliste civique, qui pense et regarde autour de lui.

    J’ai lu nombre d’idées constructives

    • Ne plus construire au bord des autoroutes (dans Paris cela ne revient il pas à ne plus construire d’autoroutes en zone urbaine ?)
    • Développer le télétravail. C’est valable pour certains emplois, pour les autres ont pouraient imaginer d’arrêter de concentrer le travail dans Paris et la defense et de rééquilibrer les bassins d’emplois... vous en avez aussi fait la proposition
    • Etaler les déplacements... du point de vue politique cela revient me semble-t-il à sensibiliser les entreprises sur le sujet
    • le feroutage, des voitures adaptées à l’environnement urbain, ...

    Nous devons continuer à prendre en compte toutes les contraintes, celle de l’automobiliste comme celle de ses riverains afin d’avancer ensemble. Merci encore de m’avoir lu et de me lire.


  • Sébastien MERIC 9 février 2008 15:28

    Bonjour,

     

    A ceux que Tchernobyl "amuse" parce qu’un accident ne peux pas arriver en France, parce que le nuage de l’époque a oublié de venir faire un tour au dessus de la France, je demande toujours :

    Alors vous ètes prêt à signer un engagement à devenir liquidateur en cas d’accident en France ?

    Les liquidateurs sont ces 100aines de milliers de personnes qui sont allées boucher le trou infernal avec une brouette et une pelle, parce que les appareils, les robos étaient grillés par les radiations en appochant du site !

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/liquidateurs%2Btchernobyl/video/x1rrd0_la-bataille-de-tchernobyl-1_events 

    Moi, j’ai du mal à oublier et à m’en amuser. On peut aussi oublier les horreurs de la guerre mondiale, on peut oublier tant de choses pour se rassurer... Et puis s’amuser de ceux qui n’oublient pas... Jusqu’au jour ou çà n’arrive pas aux autres.


  • Sébastien MERIC 15 janvier 2008 14:06

    Joli message de haine et d’injures, aussi constructif que peut l’être son auteur ? Allons un effort s’il vous plaît.

    Pour en revenir au fait que l’écologie ne puisse pas être politique, je ne comprend pas du tout le message ? Vous qui portez le message du libéralisme, c’est à dire de la disparition de l’état en faveur du marché, comment conciliez vous la gestion de ressources trop rares qui impose une gestion par le politique et le marché ?

    A moins que vous ne vouliez gérer l’écologie par le marché. Mais dans ce cas vous reconnaissez que votre vision de la politique ne peut pas gérer l’écologie et la rareté des ressources gaspillées. Donc vous reconnaissez que pour faire de l’écologie politique, il est impossible d’être libéral. Ou qu’être libéral est incompatible avec une gestion politique de l’écologie.

    Donc l’écologie est politique.


  • Sébastien MERIC 15 janvier 2008 13:44

    Au delà du fait que le passage sur une autoroute n’importe où en France est payant et qu’il n’y a rien d’inégalitaire a faire payer le periph aussi, personne ne vous oblige à passer sur ce périf. Vous le faites parce que c’est gratuit au contraire des autres autoroutes qui contournent Paris.

    N’oubliez pas non plus que quand vous empruntez le perif vous ètes dans Paris. Paris ne s’arrête pas au périph par enchantement, les habitants vivent de chaque côté du periph. Cette limite administrative n’empêche pas que ceux qui vivent là ont besoins de cohérence dans la gestion de leur espace de vie. Ils ont besoin de pouvoir vivre ailleurs qu’au bord d’une autoroute. Denis Baupin veut transformer le périph en boulevard urbain et le payage est une étape décisive.

     


  • Sme 10 janvier 2008 18:52

    Bonsoir,

    Je suis un peu égaré dans cet article parce qu’il présente un vrai problème et ne propose pas de solutions. Du coup on se demande quel effet recherche l’auteur.

    Le problème, bien réel, c’est qu’aujourd’hui il est difficile d’accéder à des produits de qualité, pour manger, pour se loger, pour vivre en général.

    Mais que proposez vous auteur ?

    • De supprimer enfin les aident de la PAC aux agro pollueurs et de redistribuer ces aides vers les agriculteurs bio ?
    • De construire plus de logements sociaux dans les centres villes ?
    • D’éviter l’étalement urbain ?
    • d’arrêter les pôles de concentration d’activité comme la défense ?

    Vous soulignez que vivre bien c’est vivre cher et donc réservé à quelques catégories sociales dans nos sociétés industrielles. Je souscris assez et je le regrette, l’industrie plutôt que d’améliorer nos vies au travers d’une meilleure organisation, a détérioré l’aptitude du plus grand nombre à vivre convenablement.

    Mais j’ai peur que vos lecteurs et vos lectrices ne comprennent mal votre propos et conclus que vous ayez lancer une polémique sur le thème : "C’est facile de nous faire la morale sur le durable, l’équitable et le quand on a de l’argent mais la vie des vrais gens n’est pas celle-ci".

    A ceux qui comprendraient votre article sous cet angle, je souhaite dire que si le mal est bien réel, les solutions existent et ne passent en aucun cas par la promotion de l’industrie agro alimentaire qui pollue l’eau et notre nourriture, de la promotion de super marchés (même lidl), de la course au profit des golden-boys, de la vente à la découpe, de la publicité... Il faut cesser de fuir nos responsabilités en cherchant à gagner toujours plus (que son voisin) et trouver des solutions concrètes aux maux de nos sociétés industrielles.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société Paris Transports Pollution






Palmarès