• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

SEPH

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 24/05/2010
  • Modérateur depuis le 02/08/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 17 1068 729
1 mois 5 49 337
5 jours 0 13 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 16 9 7
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • SEPH 22 mai 09:55

    Comment les banques ont roulé les gouvernements et les gogos :

     

    Les banques ont créé des produits financiers dont elles étaient les seules à comprendre le fonctionnement. Ce qui leur a permis de gagner sur tous les tableaux comme nous allons le voir dans une histoire « vraie » écrite par Isabelle Mouilleseaux, dans la chronique Agora du mardi 27 avril 2010, intitulé Meurtre « entre petits amis » avec préméditation  :

     

    «  Imaginez que vous soyez un banquier d’affaires...

    Un banquier aussi créatif que machiavélique, aussi redoutable qu’influent. Un banquier et qui a tous les moyens à sa disposition et un seul et unique objectif : réaliser des plus-values.

    Imaginez que ce banquier ait pour clients la plupart des grandes banques de la planète, qui font, elles, « commerce avec le petit peuple ». Vous êtes donc en situation de refourguer « vos petits produits maison » aux grandes banques mondiales qui vont ensuite en arroser la planète toute entière...

    Imaginez que vous puissiez mettre tout ce que vous voulez dans ces « petits produits maison ». Vous êtes comme un artiste qui jongle avec ses couleurs. Il ne vous reste plus qu’à les coucher sur le papier pour faire émerger une oeuvre d’art... Voici comment.

    Le marché immobilier cartonne, une véritable bulle se forme
    Vous sentez le bon coup : Il faut shorter. Tout cela ne peut qu’exploser !
    Un petit brainstorming entre amis, et hop ! L’affaire est dans le sac.

    Vous voilà déjà entre train de concocter un petit produit immobilier maison, un « spécial Goldman », à base d’emprunts hypothécaires immobiliers les plus toxiques que vous puissiez ramasser sur le marché.

    Vous allez voir vos amis les agences de notation qui vous estampillent votre petit produit maison « gros rendement sans risque ». Il ne vous reste plus qu’à vendre vos « petites douceurs » à vos amis banquiers qui s’occuperont d’écouler la marchandise. Vous gagnez sur les volumes vendus. Votre produit fait un tabac.

     

    Mais vous pouvez faire beaucoup plus fort. Gagner beaucoup plus
    Il vous suffit d’ajouter un peu de rouge à votre tableau. En "jouant contre vos propres produits maison" ! Car vous savez que le marché immobilier va craquer, et que les emprunts hypothécaires immobiliers concentrés dans votre petit produit maison feront défaut, tant ils sont toxiques. Vous avez tout prévu. Depuis le début. Jackpot assuré !

    Mieux encore : vous vendez vos « petits produits maison » à découvert et en parallèle achetez des assurances (CDS) contre le risque de défaut des actifs ultra-toxiques de votre produit. Ces contrats d’assurance, forcément, vont voir leur valeur flamber au fur et à mesure que vos petits emprunts hypothécaires, sélectionnés par vous avec tant de soin et préméditation, feront défaut.

    Un milliard de gains rien que sur les CDS... » Etonnant non !!!!!

     

    Suite, aux turpitudes des banques, des enquêtes ont eu lieues par les autorités de contrôles.In fine, au total l’ensemble des banques américaines ont payé 50 milliards $ de pénalités aux autorités américaines.

    En 2016 pour toutes les banques américaines : un bénéfices records de 171 milliards de dollars.

    Par Exemple : la banque JPMorgan Chase a payée pour toutes ses turpitudes que 13 milliards $. Une goutte d’eau dans ses bénéfices , rien qu’en 2016, JPMorgan Chase a publié un bénéfice record à 24, 73 milliards $ !!!!!!!!!

     

    Aujourd’hui, les banques américaines continuent leurs méfaits et sont de plus en plus puissantes.


  • SEPH 20 mai 21:50

    @Julyo
    Les taux ont baissé pour relancer l’économie après la crise de 2008.
     L’U.E qui. était en récession, semble sortir du marasme. Alors si la croissance est au rendez-vous, les taux vont remonter. C’est ce qui ce passe actuellement aux États-Unis.

    Alors, la dette augmentera si la croissance ne crée pas suffisamment de recettes pour l’État..

    Mais si, de nouveaux cadeaux fiscaux sont décidés par le gouvernement, alors il devra emprunter encore plus.

    C’est pour cela que la sortie de l’U.E est nécessaire pour ne plus payer des intérêts sur les futurs emprunts. 


  • SEPH 19 mai 20:28

    @charly10
    Excusez moi , mon tableau a été complètement éclaté à l’affichage sur le site.

    vous écrivez : "Quant à la solution pour  sortir de cette situation, il n’y a rien de parfait, Sortir de l’Europe n’est pas la solution.

    L’idéal serai de pouvoir s’affranchir de la volatilité des marchés en modifiant les statuts de la BCE, afin que celle-ci puisse financer directement les états à taux fixes et raisonnables…."


    Il me semble indispensable que les élus contrôlent la BCE. Or, dans un système qui se prétend démocratique, la BCE n’est nullement sous contrôle.

    Or, pour réformer la BCE il est nécessaire de modifier les traités. Pour le faire, il faut que tous les 27 pays soient d’accord, mais aussi que les 27 parlements des pays soient d’accord.

    Réviser le statut de la BCE exige l’unanimité des 27 États membres : c’est mission impossible

    Tout est donc gravé dans le marbre. La seule solution c’est de sortir de l’U.E par l’article 50.

    Ceci, permettra à la France d’emprunter à taux zéro auprès de la Banque de France. Ainsi, la France retrouvera non seulement sa souveraineté monétaire, mais aussi sa souveraineté budgétaire.



  • SEPH 19 mai 19:00

    @charly10
     "Il est vrai que ce qui a plombé la dette, ce sont les intérêts cumulés dans les années 80 à 2010. Dans ces années les taux d’intérêts « ondoyaient »t autour des 5 à 6 % voir plus de 10 % pour certains pays, peu cotés par les sacro saintes agence de notation.". En complément, les taux d’intérêts pour la France sont montés jusqu’à 17 ,4% en 1981( voir tableau ci-dessous)

    Pour le moment, tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour les bas taux français. La question est de savoir si cette situation est durable ou seulement provisoire

    Or, les taux peuvent remonter rapidement en fonction de la situation géopolitique du monde, ce sera catastrophique pour le budget de l’état.

    En effet, la France, lestée d’une dette publique de près de 100 % du PIB, est fragile. Une simple remontée d’un point des taux ferait grimper la charge de la dette de l’État de près de 7 milliards d’euros à trois ans. Source :http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/02/15/20002-20170215ARTFIG00380-la-hausse-des-taux-menace-la-france-surendettee.php


    1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 Années 1980 Taux 10 ans (fr) 17,4 % 14,8 % 14,4 % 13,4 % 11,9 % 9,2 % 9,9 % 8,6 % 9,3 % 10,0 % 11,9 %























    Année 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 Années 1990 Taux 10 ans (fr) 8,6 % 8,1 % 5,6 % 8,3 % 6,6 % 5,8 % 5,3 % 3,9 % 5,5 % 5 % 6,3 %























    Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Années 2000 Taux 10 ans (fr) 5 % 4,3 % 4,3 % 3,7 % 3,3 % 4 % 4,4 % 3,4 % 3,6 % 3,4 % 3,9 %























    Année 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Années 2010 Taux 10 ans 2,5 % 3,2 % 2,2 % 1,9 % 1,1 % 0,5 % 1,9 %















    l


  • SEPH 19 mai 16:18

    @Lugsama

    C’est n’importe quoi.

    « Honorez un contrat que l’on a sollicité est être victime de racket ? Peut-on tenir des propos plus absurde ? » . L’absurdité est que les États européens, en vertu des articles 104 du traité de Maastricht et 123 du traité de Lisbonne, ont l’interdiction d’emprunter ( notamment à taux zéro) auprès de leur Banque Centrale.

    Ils n’ont donc pas le choix, ils doivent passer par les fourches caudines des banques qui ont fait pression pour que ces articles existent. C’est l’une des absurdités de ces traités européen.







Palmarès