• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Serge Weidmann

Serge Weidmann

Ancien conseiller en formation continue dans l’Education nationale
Auteur du blog : Vent d’Auvergne

Tableau de bord

  • Premier article le 06/07/2005
  • Modérateur depuis le 28/07/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 18 5 352
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Serge Weidmann Serge Weidmann 24 octobre 2009 10:47

    Vos très nombreuses interventions à cet article, dont je vous remercie, montrent qu’il touche, à travers la relation d’un simple fait divers plutôt pittoresque, à quelque chose de profond, d’essentiel.

    Il n’est pas pertinent, comme l’ont fait certains, d’instituer un procès de Moscou aux « Identitaires », à votre serviteur et à Agora Vox. Camarades, le jour de gloire est passé, le mur de Berlin est tombé, les vieux réflexes sont périmés.

    Si nous voulons comprendre dans quel monde nous vivons aujourd’hui, il nous faut renoncer à le regarder avec les yeux d’autrefois, ceux de l’époque de la guerre froide.

    Nous vivons actuellement dans un système mondialisé que je qualifierai de « capitalisme oligarchique ». L’oligarchie est composée des hommes d’État, des hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises (dont A Lauvergeon), des journalistes des grands media, des artistes, des professeurs d’Université, des responsables des organismes professionnels et syndicaux, des notables et élus des partis politiques traditionnels (de l’UMP au PC chez nous), autour desquels gravitent des lobbys de tous poils.

    Les pouvoirs, légaux ou pas, qu’ils se sont octroyés, bafouent constamment la démocratie et les peuples. Pour que la classe moyenne, qui finance leurs ébats, continue à abonder la cagnotte sans se révolter, les oligarques ont eu recours à plusieurs moyens de « zombification » du peuple :

    - l’abrutir par le pain (l’État providence) et les jeux (promotion de la Fête sous toutes ses formes : voir Philippe Muray et son homo-festivus)

    - le noyer dans l’immigration étrangère de masse qu’on n’a pas pris la peine d’assimiler (assimiler à quoi d’ailleurs, l’idéal de vie de cette classe dirigeante étant celui du nomade apatride en avion, de l’individu sans racine qui parcourt la planète pour participer à des colloques, donner des cours, faire des affaires et pour qui tout se vaut)

    - l’avilir en le culpabilisant dans une repentance sans fin. La phrase d’A. Lauvergeon s’inscrit dans ce schéma ; c’est pourquoi ceux qui en ont marre de battre leur coulpe l’ont épinglée. Certains hommes blancs ne sont pas disposés à sangloter éternellement et à se fondre dans la grisaille de la « diversité. »

    - lui interdire de poser les vrais problèmes : immigration, déficits des caisses des états, crise de l’école, chômage et appauvrissement des nouvelles générations. Pour ce faire, on le conditionne à lutter contre de fausses catastrophes : réchauffement climatique, grippe A…

    Comme nos partis politiques traditionnels du centre mou au centre dur : UMP, Modem, Verts, PS, PC, participent à ce consensus, étonnez-vous après cela que les vrais contestataires du système soient aux extrêmes !

    Ils le sont, comme l’ont été, autrefois, radicaux, socialistes et communistes avant de se recentrer et de ne plus intéresser grand monde. D’où la montée des votes protestataires (FN, extrême gauche) ou des abstentions ou des votes rejets (Non à l’Europe).


  • Serge Weidmann Serge Weidmann 23 octobre 2009 15:08

    Cette sortie d’A Lauvergeon pose quand même des questions de fond et de bon sens.
    Une entreprise est-elle tenue d’assurer, dans son personnel, la diversité ? Au nom de quoi ?
    Une entreprise n’est-elle pas un lieu ou on fabrique et vend des services ? Elle requiert, pour ce faire, des compétences de la part de ses salariés.
    Ce sont ces compétences qu’elle va rechercher dans le recrutement. Les compétences tiennent aux diplômes, à l’expérience, à la personnalité... Qu’ont-elles à voir avec le sexe ou la couleur de la peau ?

    Tant qu’on ne sortira pas des marottes sociétales à la mode, notre monde occidental moderne ne sera qu’absurdité, désordre et folie.


  • Serge Weidmann Serge Weidmann 9 juillet 2009 18:46

    Je reçois cette newletter de l’ IREF. Sans commentaire :

    Réchauffement climatique : le Rapport interdit

    En mars dernier, Monsieur Alan Carlin, Senior Analyst au sein de la prestigieuse Agence américaine de Protection de l’Environnement, rend public un Rapport d’une centaine de pages qui met en doute le rôle de l’homme dans un éventuel réchauffement climatique et qui montre même que les températures globales sont plutôt en baisse. Immédiatement, la propagande officielle se met en branle afin d’attaquer ce rapport dont l’auteur est employé de l’Agence depuis plus de 35 ans. Même sa direction exerce des pressions sur lui afin de changer les conclusions de son étude. Aujourd’hui, une Commission d’enquête du Congrès a été mise en place afin de faire la lumière sur cette affaire.

    voir sur :
    http://www.irefeurope.org/breves/breves.html


  • Serge Weidmann Serge Weidmann 5 juillet 2009 17:55

    A ce moment du débat, à propos de cet article que j’ai écris, je voudrais d’abord vous remercier d’avoir lu et commenté ma prose. Et vous dire que mon texte, mis en ligne sur mon blog et repris par l’équipe d’Agora Vox, n’avait pour but que de présenter trois bouquins traitant du même sujet pour le contester : le réchauffement climatique, ses œuvres et ses pompes.

    Il n’était donc pas question pour moi d’écrire un plaidoyer anti réchauffement, mais d’attirer l’attention sur trois auteurs qui descendent dans l’arène. Normalement, il faudrait les lire ou, à tout le moins, en lire un ou deux avant de commencer d’en débattre. Des faits, des chiffres, des statistiques commentées (contrairement à ce que dit l’un d’entre vous) y figurent abondamment avec des critiques des modèles utilisés par le GIEC, et des considérations importantes chez Klaus, l’économiste, sur la vision fixiste, donc fausse ( à son avis) que les écologistes ont de la société.

    Nous sommes journellement abreuvés, dans tous les médias, de références au réchauffement climatique, tant et si bien que beaucoup ne songent pas à le remettre en cause et l’adoptent comme allant de soi. Moi même, il y a quelque temps, j’étais persuadé de sa véracité, jusqu’à ce qu’un iconoclaste, dont j’ai oublié le nom, fit entendre à mon oreille une petite musique différente. Et de fil en aiguille…

    C’est pourquoi je pense que chacun doit prendre position en connaissance de cause. D’où ma pub pour les livres de Klaus, Gérondeau et Chrichton. Je ne veux, dans cet article, convaincre personne mais je vous dit à tous : lisez-les sans arrière pensée et faites-vous votre opinion vous-mêmes.

    S Weidmann


  • Serge Weidmann Serge Weidmann 2 août 2006 14:37

    Pour informations des commentateurs, voici quelques mots du rédacteur concernant cet article :

    L’article est d’abord paru dans mon blog Vent d’Auvergne. Il a été ensuite repris par Agora Vox, comme le permet le contrat qui me lie à lui.

    Je l’ai écrit pour 3 raisons :

    1. Cette nouvelle a été peu diffusée dans les médias français( à part le journal « Libération » et quelques radios)Pourquoi à votre avis ? (voir 2)

    2. Bush étant l’homme au monde le plus exécré en France, j’ai voulu, aussi, dire aux esprits bien pensants et aux belles âmes tiers-mondialistes que le Diable, de temps en temps, pouvait faire le bien. A eux d’être assez honnêtes pour le reconnaître.

    3. Il n’y a pas de trosième raison.







Palmarès



Agoravox.tv