• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sersiron

artiste plasticien : landart. Vice président CADTM, comité pour l’annulation de la dette du tiers monde, www.cadtm.org. Président ENM, Echange non marchand, association de solidarité avec Madagascar, www.echangenonmarchand.org

Tableau de bord

  • Premier article le 02/05/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 2 19
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • sersiron 24 septembre 2008 15:32

    Bonjour,

    je ne peux répondre en quelques lignes à toutes les questions que vous posez ou aux affirmations que vous pensez, avec sincérité, être justes mais qui ne résistent pas à une analyse documentée. Je vous renvoie donc au site www.Cadtm.org (comité pour l’annulation de la dette du tiers monde) dont je suis le vice président en France et à quelques livres édités par Syllepse dont plus particulièrement deux vous éclaireront si vous avez l’envie d’en savoir plus. L’ Afrique sans dette de Damien Millet et Banque Mondiale de Eric Toussaint.

    Quant à la dette odieuse sachez que c’est une doctrine du droit international que Alexander Nahum Schack a écrite en 1927 et qu’elle a été appliquée de nombreuses fois depuis. La dernière datant de 2003 quand les américains ont demandé au Club de Paris l’annualtion de la dette de l’Irak. Une dette qui n’a pas été utilisée pour le profit des populations, correspondant à un emprunt pour lesquelles elles n’ont pas été consultées alors que le préteur connaissait à l’avance la destination des fonds. Ils ont effectivement obtenue une annulation d’environ 35 milliards de dollars. Vous n’en avez sans doute pas entendu parler. La raison est la suivante : la grande majorité des dettes des pays en développement est odieuse. Les américains ont vite abandonné cette stratégie pour ne pas risquer de voir l’ensemble de ces pays réclamés le même traitement. C’était toute la recolonisation des PED par la dette qui se serait écroulée. Les américains avaient d’autres moyens de pression et ils ont obtenu cette annulation qui a couté fort cher à la France. Elle avait bcp prété à Sadam, le gentil dictateur, pour obtenir quelques contrats d’armement, pétroliers et autres, très juteux pour nos entreprises transnationales.
    NS







  • sersiron 23 septembre 2008 21:46

    merci pour votre commentaire, je suis plutôt d’accord avec vos remarques et je vous conseille le dossier dans le monde diplo de ce mois de septembre sur l’humanitaire NS







Palmarès